Alfonso Cuaron : les fils de l’homme (2006)

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Les_Fils_de_l%27homme_(film)

Alfonso Cuaron a réalisé par la suite “Gravity” dont j’avais fait le commentaire suivant à sa sortie:

https://horreurislamique.wordpress.com/2013/10/23/gravity/

(Commentaire auquel il faut ajouter que la Terre “notre séjour qui ne se meut pas ” selon Husserl symbolise le plan vital et l’espace silencieux à 600 km de haut où “aucun humain ne peut vivre  sans équipement spécial” symbolise le plan spirituel)….
Voir aussi cette analyse en relation avec Antonioni: 

https://horreurislamique.wordpress.com/2013/10/27/de-zabriskie-point-dantonioni-a-gravity-dalfonso-cuaron/

Cette video en anglais:

 comprend toutes les scènes du film qui durent plus de 45 secondes(mais hélas sans la très belle scène finale où Theo blessé par Luke au camp de réfugiés de Brexhill meurt après avoir pris place avec Kee et son bébé dans une barque qui les mène vers le navire médicalisé Tomorrow où se trouvent des soignants qui prendront soin de la mère et de l’enfant : le brouillard recouvre la mer et la côte mais l’on voit passer quatre éclairs qui sont les avions de chasse de l’armée anglaise et l’on observe sur la côte des déflagrations : ce sont les chasseurs qui bombardent le camp de Brexhill)

Une dystopie ce film, selon la  page Wikipedia au début,  le  préfixe dys- venant du grec δυς signifiant “mal, mauvais” qui se retrouve dans le sanskrit duhkha: “malheur , souffrance” qui est passé directement dans le Canon pâli bouddhique où il se trouve dans la trinité fondamentale :”duhkha, anicca, anatta ” : malheur , impermanence, “sans Soi substantiel” qui caractérise l’existence dans le plan vital ou le “monde” ( pas seulement l’existence humaine). Dystopie  signifie donc “mauvaise suite d’occurrences” par opposition à utopie ( du préfixe privatif grec ου) signifiant ” qui ne se passe nulle part en en aucun temps” donc “qui ne se passe pas dans le monde, sur le plan vital”.

Et pour une dystopie c’en est une, censée se passer en Angleterre en 2027. Une Angleterre bien plus proche de l’actuelle que de celle de 2006, année où le film a été tourné : une Angleterre de 2027 envahie par les “fugees ” , abréviatif de “refugees “, où toute aide à l’immigration est punie comme un crime, et où règne le terrorisme et la guerre civile entre les descendants des “anarchistes”, ” antifas”et “No borders ” combattant aux côtés des migrants musulmans et les forces gouvernementales. Les terroristes ( anarchistes et musulmans) commettent des attentats sanglants pour lutter contre les “discriminations anti -immigrés” , ils sont appelés dans le film “Fishes” (Poissons) : allusion aux premiers chrétiens il y a deux mille ans ?

Un Royaume Uni de 2027 ayant donc un caractère apocalyptique , qui nous surprend beaucoup moins et nous semble bien plus vraisemblable , réel même, qu’il y a dix ans, en 2006, maintenant que nous avons été témoins de l’afflux des migrants en Europe et des atroces attentats de 2015.D’ailleurs dans le film les terroristes musulmans semblent être responsables des désastres ayant frappé le monde, en dehors du Royaume uni qui reste seul en état de fonctionnement minimal, semble t’il… Mais il y a en plus dans ce monde imaginaire de 2027:  l’arrêt des naissances depuis 2009 ; les  femmes (et non les hommes) sont infertiles, pour une raison indéterminée . Une cessation du plan vital donc, où les générations humaines ne se renouvellent plus. Theo (Clive Owen) dit au début du film : ” je ne me souviens plus du moment où j’ai perdu l’espoir” et il semble bien que tous les autres humains de 2027 l’ont perdu aussi. Nous occidentaux connaissons cela, que ce soit en 2016 ou en 2006  et si l’on en croit Brunschvicg lisant Spinoza c’est plutôt une bonne chose (pas une mauvaise en tout cas, et l’espérance est ce qui signale l’impuissance du christianisme historique à s’élever au dessus du plan vital):

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/
 

Une philosophie de la conscience pure, telle que le traité de Spinoza « De intellectus emendatione » , en a dégagé la méthode, n’a rien à espérer de la vie, à craindre de la mort” ( ni à craindre de la vie ou à espérer de la mort).

Ce qui signifie que le plan spirituel et le rapport de l’humanité à ce plan n’est pas concerné ni touché par des dystopies comme celle que raconte “Les fils de l’homme”. Mais peut on dire que la cessation du plan vital par arrêt des naissances est favorable à ce rapport de l’humanité avec le plan spirituel ? 

Certainement pas! Et ce serait mal comprendre l’Ouvert  et l’appréciation sans concessions de ce qu’est réellement le plan vital à savoir le domaine de la FINITUDE où ceux qui entrent doivent “abandonner tout espoir” comme dans l’Enfer de Dante (et je pense que l’origine de toutes les croyances mythologiques en un enfer apres la mort, cette origine est justement le plan vital) .Seulement pour que le rapport et l’accès au plan spirituel se perpétuent, les générations doivent se renouveler, et le plan vital continuer. Ce blog ne soutient aucunement le “Voluntary human  extinction project “…
  

  

This entry was posted in Cinéma, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel and tagged . Bookmark the permalink.