Examen rétrospectif et réflexif des notions développées ici : plan vital, plan spirituel, Ouvert

Résumons, en la resaisissant par un examen réflexif et rétrospectif, notre démarche entamée ici il y a peu de temps.
Tout part de la méditation incessante d’un livre de Léon Brunschvicg, “Raison et religion”:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/brunschvicg-raison-et-religion/

et plus particulièrement de ses trois premiers chapitres portant sur trois oppositions fondamentales :

1 Entre Moi vital et Moi spirituel :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/05/19/brunschvicgraisonreligion-les-oppositions-fondamentales-moi-vital-ou-moi-spirituel/

2 entre monde imaginaire et monde véritable :

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/08/03/brunschvicgraisonreligion-seconde-opposition-fondamentale-monde-imaginaire-ou-monde-veritable/

3 entre Dieu (trop ) humain et Dieu (vraiment) divin, nous pourrions aussi bien dire : entre Dieu inventé imaginaire, forgé par l’instinct vital , et Dieu véritable, car nous avons vu à de nombreuses reprises que toutes les impostures (pseudo)-religieuses ou sectaires disent une seule et même chose: “Dieu n’est pas Dieu”: pour prendre un exemple sur lequel j’ai beaucoup travaillé ces dernières années , l’Islam qui affirme dans le Coran que Dieu ordonne à ses fidèles croyants (appelés “musulmans”) de tuer et de faire la guerre aux fidèles croyants de deux autres groupes humains précédemment recrutés par lui (les juifs et les chrétiens) et promet à ses fidèles croyants qui tueront beaucoup de les récompenser “après la mort”avec des putains célestes éternellement jeunes et expertes en amour (appelées “houris”), l’Islam dit que “Dieu n’est pas Dieu” et nous comprenons que là se situe l’explication de la terrible catastrophe qui frappe actuellement le monde…

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/08/14/brunschvicgraisonreligion-troisieme-opposition-fondamentale-dieu-humain-ou-dieu-divin/

puis

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/09/02/brunschvicgraisonreligion-troisieme-opposition-fondamentale-vie-religieuse-oui-mais-laquelle/

Nous retenons ici comme opposition, ou plutôt dualité, fondamentale de la réalité le couple : plan vital et plan spirituel, correspondant à la première opposition fondamentale décrite par Brunschvicg entre Moi vital et Moi spirituel. Nous changeons donc subrepticement de terminologie, passant du registre de la conscience humaine  (Etre Moi est une pensée qui s’éprouve sur le terrain de l’intériorité , de la conscience) à celui de plans de réalité qui évoquent davantage l’idée de “mondes” (là se situe d’ailleurs un grave danger de dérive pseudo-“religieuse”) .Nous agissons ainsi en nous autorisant d’autres citations de Brunschvicg et selon une visée d’universalisme, car il y a toujours risque, en restant au niveau du Moi, de rester cantonné au niveau de l’individuel et donc de la psyché (l’âme).
En fait la première des trois oppositions fondamentales peut être considérée comme introduction et condition des deux autres, dans la mesure où, dans le cadre d’une pensée idéaliste, la conscience conditionne le “monde” et la réalité : “Moi vital” et “Moi spirituel” correspondent à deux formes opposées de conscience, et conduisent respectivement au monde et au Dieu imaginaires, et au monde et au Dieu véritables. Je pense à une autre forme structurelle-géométrique , en relation avec la “structure absolue” de Raymond Abellio qui pourrait être utilisée ici, et le sera peut être dans l’avenir:

http://www.rencontres-abellio.org/rencontres/2012/Structure%20absolue_premières%20portes.pdf

image

image

Les trois oppositions fondamentales sont projetées sur les trois axes de symétrie d’une sphère (appelée par Abellio “sphère sénaire”) , la première opposition (Moi vital-Moi spirituel) et la seconde (monde imaginaire-monde véritable) correspondant à la croix des deux axes du plan équatorial de la sphère et aux diagrammes d’Abellio représentant la phénoménologie de la perception d’un objet sur fond du monde ( deuxième image ci dessus) et la troisième opposition ( Dieu humain-Dieu divin) se situe sur l’axe vertical qu’Abellio nomme “axe du sens” dans “Introduction à une théorie des nombres bibliques” ( involution du sens, vers le bas, et évolution du sens, vers le haut). Retenons pour l’instant que la dualité que nous appelons “Ouvert” et qui oppose deux plans de conscience et donc de réalité : plan vital et plan spirituel , cette opposition -dualité peut être vue comme retenant les trois oppositions fondamentales de Brunschvicg tout comme les trois axes de la structure absolue d’Abellio (dont il me semble me rappeler qu’elle est plus que la “sphère sénaire” , un empilement de quatre telles sphères tangentes l’une à l’autre par le zénith de l’une , celle qui est en dessous,et le nadir de celle qui est au dessus) : résumons pour simplifier que le côté du plan vital est celui de la multiplicité pure, des objets , des outils et des langages conçus comme outils de la technique ( de l’ingénierie comme on dit aujourd’hui) sociale,de l’involution du sens et de l’imaginaire individuel, en opposition avec l’unité intelligible dans l’immanence radicale de la conscience s’opposant à la transcendance du monde “objectif” (mais attention : cette immanence ne saurait être assimilée à ce qui est “seulement subjectif”, car en elle se situe la véritable universalité) et le Sens , le Divin véritable, le Verbe (intérieur, logos endiathetos, opposé au verbe -langage, ce Verbe divin que la religion appelle Christ)  de l’autre côté , du côté évolutif et du “progrès de la conscience” du “plan spirituel”. Abellio oppose Heidegger, qu’il rattache au pôle-monde , ontologique, à Husserl qu’il rattache au pôle-conscience, spirituel : cela vaut mieux que ces débiles tentatives, depuis un certain temps, de se débarrasser de Heidegger en prétendant que sa pensée même est nazie .
J’observe d’ailleurs que Badiou ne s’est jamais laissé entraîner vers ce genre d’extrémités “déconstructionnistes” (c’est à dire nihilistes) .Mais j’espère avoir déjà suffisamment montré que le badiolisme est pourri d’ambiguïtés fondamentales. Avec ses outrances ridicules et abjectes sur le maoïsme et les Khmers rouges, Badiou donne à l’ennemi ( le matérialisme démocratique nihiliste ) des verges pour se faire battre. Le dernier épisode de cette guerre qui ne dit pas son nom étant celui de son disciple le plus doué, Mehdi Belhaj Kacem, passant avec armes et bagages dans le camp ennemi, celui de la “Règle du jeu” de Bernard Henri Lévy .
Je suis absolument persuadé que cette dualité fondamentale de l’Ouvert est un outil qui permet de tout comprendre en réorientant la pensée et la conscience : il s’agit d’une Révolution gnostique, philosophique, scientifique et “religieuse” qui permettra peut être d’éviter la catastrophe , l’effondrement de l’Occident et donc de l’humanité que seuls les aveugles et les lâches ne voient pas venir. Nous savons maintenant qu’il est FAUX de dire , en prétendant s’appuyer sur les derniers résultats des sciences modernes, que l’aventure humaine est absurde, sans aucun sens sinon celui que chaque individu veut bien donner à sa propre vie (nous sommes au pays des droits de l’homme, n’est ce pas ? Et chacun fait c’ki lui plait…). Notre existence est orientée, elle a un sens : celui du progrès de la conscience ( dans la philosophie occidentale disait Brunschvicg) sur l’axe correspondant à la dualité de l’Ouvert et dont nous avons montré ici qu’il reprend les trois oppositions fondamentales découvertes par Brunschvicg en 1939:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/brunschvicg-raison-et-religion/

Advertisements
This entry was posted in Léon Brunschvicg, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Plan vital-plan spirituel, Science, mathesis and tagged , , , , . Bookmark the permalink.