Luc Ferry : la révolution trans-humaniste

Luc Ferry est venu présenter son nouveau livre “La révolution transhumaniste” sur BFMTV il y a deux jours, voir:

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/luc-ferry-face-a-ruth-elkrief-791490.html

http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021824033923-le-transhumanisme-entre-fantasme-et-politique-1212463.php

J’ai téléchargé un extrait du livre, ce qui m’a donné envie d’acheter le livre ce matin sur l’Appstore d’Apple mais bien sûr je ne l’ai pas encore lu en entier.
L’interview par Ruth El krief permet de constater que Ferry arrive à naviguer en évitant à la fois Charybde et Scylla: il nous prévient que ces transhumaniste sont sont des gens très sérieux, pas du tout de doux rêveurs ou des illuminés, et qu’il est très probable que les données fondamentales de l’existence humaine vont changer radicalement dans les années qui viennent, à la fois à cause de l’idéologie transhumaniste et de la Singularité, de l’évolution de plus en plus accélérée des technosciences, de la mondialisation et de la transformation du travail par l'”uberisation” qui va dans le sens de la dérégulation. Mais Ferry évite aussi les excès technophiles , ce n’est pas un naïf doucement béat et il en reste à un niveau encore réaliste. Alors que certains dingues américains parlent sans rire de “conquête de l’immortalité à portée de la science” il se contente de prévenir que les progrès scientifiques pourraient permettre rapidement un allongement de la durée de vie d’environ 30% et, ce qui est très important, il s’agit d’une durée de vie supplémentaire ( de 25 ans environ) dans de bonnes ou relativement bonnes conditions. Mais même dans ces conditions raisonnables , cela pourrait bien poser à nos sociétés des problèmes gigantesques, en termes d’équilibre des systèmes de retraites notamment , et en termes “moraux” : comment seront sélectionnées les personnes qui profiteront de ces avancées et verront leur durée de vie augmentée de 20 ou 30 ans ? Par l’argent, très probablement …
Mais ce qui est intéressant dans le livre de Ferry c’est son analyse de la “généalogie ” philosophique de ce mouvement de pensée transhumaniste, où l’on trouve bien sûr les Lumières et l’humanisme “classique” mais aussi , ce qui est nettement plus inquiétant, le déconstructionnisme français des années 60 (Derrida notamment, adulé par les universitaires gauchistes américains) avec son obsession bien connue de mettre à bas le “Phallo-Logo-blanco-euro-centrisme”.
Au fond, la pensée trans-humaniste revient à limiter au plan vital la perfectibilité indéfinie de l’homme qui est “l’implantation” du plan spirituel en nous. Le progrès envisagé n’est plus ou plus seulement) celui de la conscience, celui dont parle Brunschvicg dans “Le progrès de la conscience dans la philosophie occidentale” :

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/12/01/brunschvicg-progres-de-la-conscience-dans-la-philosophie-occidentale-tomes-i-et-ii/

mais surtout le progrès en termes du “plan vital” : durée de vie, “bonheur”, puissance sexuelle conservée plus longtemps, productivité ec’conomique, etc…Il est vrai que Ferry cité des textes (de Nick Bostrom en particulier) qui parlent aussi de progrès intellectuel, moral et spirituel, sans que l’on sache très bien à quoi cela correspond selon eux.
Ferry distingue à ce point deux sortes de “transhumanistes”:

-les transhumanistes biologiques avec un idéal de perfectibilité humaine qui semble compatible avec les propos de Condorcet (admiré par Brunschvicg) que cite longuement Ferry, et qu’il associe à Pic de la Mirandole dans le cam de l’humanisme classique.ce transhumaniste pourrait être qualifié d'”hyperhumanisme”
– la seconde sorte de trans-humanistes, qualifiés par Ferry de “post-humanistes” veulent créer une nouvelle espèce humaine par une hybridation de l’homme avec l’ordinateur au moyen d’implants cérébraux. Cette nouvelle espèce mille fois plus intelligente que la nôtre n’aurait plus grand-chose à voir avec l’humanité actuelle. On trouve surtout parmi eux selon Ferry des informaticiens et des mathématiciens (ce qui correspond à deux pensées différentes, Ferry reste assez évasif sur ce point) comme par exemple Ray Kurzweil, l’inventeur du concept de la “Singularité”:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Singularité_technologique
Le grand adversaire dans le camp de la Science de ces tendances effectivement inquiétantes est Roger Penrose, qui réfute avec des arguments convaincants le “matérialisme” et le réductionnisme (que Ferry se contente de vitupérer) consistant à rêver de télécharger la conscience humaine et la “vie de l’esprit” sur des supports informatiques. Cela revient tout simplement à rabattre le plan spirituel sur le plan vital, mais ici Ferry devrait mieux préciser ce qu’il entend par “vie de l’esprit” où il mêle mémoire, impressions vitales, émotions, intelligence,…”;il est clair que pour nous il est nécessaire de discriminer ce qui est seulement psychique (qui appartient au plan vital) et ce qui est du plan spirituel, qui est trans-individuel.
Luc Ferry a raison, en conclusion de son interview, de nous appeler à nous éveiller (et c’est une nécessité en tous les domaines, pas seulement le transhumaniste, car nous dormons en France depuis 70 ans ) car comme il le dit plaisamment “si nous ne nous réveillons pas, nous leur ouvrons un boulevard pour un Reich de mille ans” une forme humoristique et détendue de “Reductio ad Hitlerum”

Advertisements
This entry was posted in Léon Brunschvicg, Ontologie, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Physique, Plan vital-plan spirituel, Platon, Religions, Science, mathesis and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.