Ce qui cloche chez Mehdi Belhaj Kacem ( la transgression et l’inexistant)

Cet ebook “La transgression et l’inexistant” peut être acheté ici :

http://www.mehdibelhajkacem.com/fr/la-transgression-et-l-inexistant/
Voici ce qu’on peut lire dans le “résumé” du livre :

L’indice qui marque décisivement l’avènement de l’humanité comme événement est celui de l’appropriation

Tres juste mais c’est incomplet! C’est l’humanité tant qu’elle reste confinée et emprisonnée sur le plan vital qui se caractérise par l’instinct d’appropriation: des terres, de l’argent, des professions gratifiantes qui donnent de l’argent et du pouvoir, des partenaires sexuels…

Mais voici la suite du texte :

Cette appropriation est ce que désigne, en très gros, pour nous le syntagme de « Science ». L’homme est l’animal ultra-appropriateur parce qu’il est l’animal de l’astuce proto-scientifique : de la technique et de l’imitation (voir Infra., tekhnè, mimèsis). Mais l’animal est d’ores et déjà un étant sur-appropriateur par rapport aux autres étants, notamment végétaux : là où la plante se contente de recevoir et absorber la lumière et l’eau pour croître avant de dépérir (et toute forme de dépérissement est le trait d’expropriation qui sanctionne inévitablement, on le verra, toute appropriation), l’animal gaspille, par le mouvement en tous sens et l’assimilation surnuméraire du stade purement végétal, mais aussi « alter-animal », son être-là pour obtenir une sur-appropriation de temps et d’espace…
En somme l’homme continue l’animal et la Science (remarquez comme il met un S majuscule, pour mieux marquer son intention “déconstructrice”) n’est qu’une astuce habile (appelée technique) lui permettant de porter à l’Absolu son animalité qui réside dans cet instinct d’appropriation.

Mais. Ici il ne s’attaque pas seulement à Badiou et à son système de “fidélité à une Vérité” , qui marque définitivement la rupture possible de l’être humain (celui qui s’humanise complètement en choisissant librement de devenir le “Sujet d’une Vérité”) avec l’animalité , mais à Brunschvicg , qui est le véritable inspirateur du badiolisme (de ses bons côtés en tout cas) Brunschvicg qui explique que la Science moderne rompt définitivement avec l’ancienne science antique qui n’est q’une technique, celle d’un animal malin , rusé et appropriateur : l’homme comme Homo Faber et son ou ses dieux à noms propres que l’on peut invoquer.
La rupture entre technique et science coïncide avec celle entre Homo Faber et Homo Sapiens ( qui chez Brunschvicg n’a pas du tout le même sens que chez nos Paléo-anthropologues modernes , selon lesquels Homo Sapiens est l’espèce humaine qui peuple actuellement la Terre , avec toutes ses races) qui s’est produite à l’intérieur du pythagorisme:

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/progres_conscience_t1/progres_conscience_t1_intro.html

“4. Ces observations contiennent le secret de l’histoire du pythagorisme. L’homo sapiens, vainqueur de l’homo faber, y est vaincu par l’homo credulus. Grâce aux démonstrations irréprochables de l’arithmétique pythagoricienne, l’humanité a compris qu’elle possédait la capacité de se certifier à elle-même, non pas des vérités qui seraient relatives au caractère de la race ou du climat, subordonnées au crédit des magiciens ou des prêtres, à l’autorité des chefs politiques ou des pédagogues, mais la vérité, nécessairement et universellement vraie. Elle s’est donnée alors à elle-même la promesse d’une rénovation totale dans l’ordre des valeurs morales et religieuses. Or, soit que l’homo sapiens du pythagorisme ait trop présumé de sa force naissante, dans la lutte contre le respect superstitieux du passé, soit qu’il n’ait même pas réussi à engager le combat, on ne saurait douter que le succès de l’arithmétique positive ait, en fin de compte, servi d’argument pour consolider, pour revivifier, à l’aide d’analogies mystérieuses et fantaisistes, les propriétés surnaturelles que l’imagination primitive associe aux combinaisons numériques. La raison, impatiente de déployer en pleine lumière sa vertu intrinsèque et son efficacité, s’est heurtée à ce qui apparaît du dehors comme la révélation d’une Parole Sacrée, témoin « le fameux serment des Pythagoriciens : « Non, je le jure par Celui qui a révélé à notre âme la tétractys (c’est-à-dire le schème décadique formé par la série des quatre premiers nombres) qui a en elle la source et la racine de l’éternelle nature… » Le caractère mystique du Pythagorisme (ajoute M. Robin) se révèle encore par d’autres indices : c’est caché par un rideau, que le Maître parle aux novices, et le fameux : Il l’a dit (αὐτὸς ἔφα) ne signifie pas seulement que sa parole doit être aveuglément crue, mais aussi que son nom sacré ne doit pas être profané » ”
L’antithèse de la science et de la technique, devient de nos jours celle du langage et de la pensée , et ce depuis fort longtemps semble t’il : mais si Mehdi Belhaj Kacem a raison, la première opposition tombe, donc aussi la seconde et seul subsiste le langage comme outil de la technique sociale, outil pour persuader les masses crédules et la démocratie s’effondre parce qu’il n’y a plus de pensée derrière tous les beaux discours fabriqués par des “spin doctors” (chez nous on dit “fils de pub”)à l’usage des politiques beaux parleurs qui briguent l’élection (une élection fort peu divine ) . Finalement les Sophistes ont gagné et Mehdi Belhaj Kacem entériné cette victoire sur le platonisme qu’il hait et accuse d’être responsable des génocides du vingtième siècle, rien que ça…
Pour nous (cela veut dire pour moi qui jusqu’à plus ample information suis le responsable de ce blog) la situation est très claire : le langage, les langages sont le Verbe extérieur , logos propherikos, d’ordre technique, et les techniques appartiennent au plan vital. La Pensée véritable peut se passer du langage, et pour s’exprimer elle ne peut utiliser que le Verbe mathématique, logos endiathetos des Stoïciens , Verbe intérieur, Raison universelle des esprits de Malebranche, qui n’est autre que le plan spirituel. Et voilà pourquoi Galilée disait que le Livre de la Nature (et non la Nature, qui est le plan vital) est écrit en langage mathématique : cela veut dire que la physique a besoin de devenir une physique mathématique ( ce qui se produit au 17ème siècle) pour progresser de la manière que l’on sait . Les nazis, qui pensaient que la physique mathématique est une “physique juive” inférieure à la physique aryenne fondée sur l’intuition, sont définitivement réfutés . Et c’est une tragédie que cette réfutation intellectuelle n’ait pas suffi et qu’il ait fallu en plus les explosions d’Hiroshima et Nagasaki pour que le plan vital qui est Moloch soit satisfait.

Les ennemis de nos ennemis ne sont pas nos amis : ce n’est pas parce que les sophismes de Badiou (et ils sont nombreux, quoiqu’il en dise) me révulsent que je vais me réjouir du passage avec armes et bagages de Mehdi Belhaj Kacem avec armes et bagages chez Bernard Henri Lévy et “La règle du jeu” . Et cela représente bien plus que des querelles de clochers ou de camps électoraux: car nous venons de voir ici que ce qui se cache sous la pensée de MBK , c’est la tentative de mettre à bas le “déplacement d’axe de la vie religieuse ” que décelé Brunschvicg dans l’émergence d’une physique mathématique . Et c’est beaucoup plus que le GPS qui est en jeu: c’est le salut même de l’humanité , la sortie hors de la forêt du plan vital-ontologique dont je parlais hier:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/04/12/burhanuddin-baki-badious-being-and-event-and-the-mathematics-of-set-theory/

Seulement ils ne peuvent rien contre la Vérité, qui se prouve en marchant , ou plutôt en montant sur l’Echelle Sainte de Jacob dont je parlais dans l’article d’hier
Premier barreau : le topos des ensembles
Second barreau : le topos des préfaisceaux sur une catégorie choisie comme “ground-model”
Ensuite: le topos des faisceaux Sh(C)
Et cela continue…BHL peut peut être arrêter Jean Marie Botul, mais pas la “topos physics”..

Advertisements
This entry was posted in Alain Badiou, category theory, Higher category theory, Higher topos theory, Islam, Léon Brunschvicg, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Physique, Plan vital-plan spirituel, Religions, Science, mathesis, Théorie des ensembles (set theory), Théorie des topoi (topos theory), topos physics and tagged . Bookmark the permalink.