ADAM, l’homme universel de Pascal, et le Nouvel Adam

On trouve ici les slogans les plus connus de Mai 68 :

http://www.toupie.org/Citations/Slogans_mai_68.htm

Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi!” est l’un de ceux ci qui me déplaît le moins…

image

et pourtant je m’en vais de ce pas le “déconstruire”, pour parler comme “ces gens là ” ( les déconstructeurs des années 60, qui sont à l’origine de la mentalité 68).
Qu’est ce que le “vieux monde” dans l’esprit de ceux qui ont imaginé ce slogan?
Le monde pourri que leur avaient légués leurs aïeux honnis, monde d’avant la glorieuse Révolution qui allait tout changer, tout bouleverser, et casser l’Histoire en deux , ces deux parties étant le monde d’avant, le “Vieux monde” rempli d’hypocrisie et de mensonge, et le “monde nouveau” venant remplacer le “vieux monde”… On a vu ce que cela a donné, ne serait-ce que pour la France…de meme les nazis, les bolchéviques célébraient l’homme nouveau et chantaient “nous entrons dans la Nouvelle époque” ( Neue Zeit) … Et je suppose que les gardes rouges et les khmers de Pol Pot tenaient le même genre de propos?
Seulement ceci se heurte à la célèbre métaphore de Pascal, que Brunschvicg commente souvent, puisqu’il était un admirateur fasciné de Pascal et à passé une partie de sa vie de professeur à le rééditer , métaphore que reprend Pierre André Taguieff dans son livre “Le sens du progrès” dont on peut lire le passage en question ici :

https://books.google.fr/books?id=VWS3E2QTdroC&pg=PT150&lpg=PT150&dq=pascal+humanité+moderne+plus+vieille+que+l’humanité+ancienne&source=bl&ots=ycM2Khgcos&sig=zAAA0s-OPEHj43gqF2uBghtK5s8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjLm6D-_qnMAhXnLcAKHTLPDKYQ6AEILjAH#v=onepage&q=pascal%20humanité%20moderne%20plus%20vieille%20que%20l’humanité%20ancienne&f=false

Je n’ai pas pu retrouver les références des œuvres où Brunschvicg en parle, aussi y reviendrai je dès que je les aurai trouvées. Pascal voit donc l’humanité comme un seul homme universel et immortel, en marche vers la perfection, qui comme on le sait n’est pas de “ce monde” et cette marche consiste donc en une progression indéfinie.
Toute la suite des hommes pendant le cours de tant de siècles doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement.”
Non seulement chacun des hommes s’ avance de jour en jours dans les sciences mais tous les hommes ensemble y font un continuel progrès parce que la même chose arrive dans la succession des hommes que dans les différents âges d’un particulier”. Ne reconnaissons nous pas là quasiment ce qui a été dit dans l’article précédent, sur le chapitre 2 de Genèse, que Pascal, grand savant mais aussi grand chrétien et lecteur de l’évangile ne pouvait pas ignorer:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/04/24/les-deux-arbres-au-milieu-du-jardin-deden-les-deux-plans/

La succession des hommes qui forme l’homme universel de Pascal c’est le Aleph qui est la première lettre d’Adam אדם et les deux lettres suivantes Dam signifiant le sang représentent ce “particulier” dont parle Pascal, c’est à dire plutôt un individu singulier puisque le sang permet de reconnaître l’ADN d’un homme qui le caractérise et le différencie, le discrimine parfaitement et sans aucune erreur possible par rapport à tous les autres hommes. ADAM est donc l’union indissoluble de Aleph-Un de de Dam, de l’universel et du singulier.
Auguste Comte a reconnu en 1839 que l’idée de progrès naît de l’esprit scientifique moderne (il aurait pu dire l’esprit européen) tel qu’il se manifeste dans cet aphorisme de Pascal. Il est vrai, comme le fait remarquer Pierre-André Taguieff, que “cet homme universel que fictionne Pascal n’a pas de véritable vieillesse puisque celle ci n’implique ni dégradation ni chute mais une progression sans terme assignable”. Mais il y a deux temps entièrement différents, correspondant à la dualité des plans: temps biologique de la dégradation lors de la vieillesse inévitable , et temps spirituel qui est redressement incessant et progrès continu”:

https://mathesismessianisme.wordpress.com/leon-brunschvicg-temps-biologique-et-temps-spirituel/

et cet homme universel dont parle Pascal et qui s’identifie à l’ADAM du chapitre 2 de la Genèse , qui progresse selon une “perfectibilité sans terme assignable” et ne connaît donc pas la dégradation biologique ni la mort (sauf à imaginer, ce qui est une quasi-certitude selon la théorie des probabilités, qu’un jour un énorme astéroïde heurtera la Terre, et que ce sera la fin de l’humanité et donc la mort de l’homme universel), cet homme universel donc est une Idée qui appartient au plan spirituel, où il a son “séjour”, et non pas au plan vital où la seule humanité que l’on puisse observer est celle des hommes individuels et mortels, regroupés en familles, clans, peuples , nations et empires.Quel est ce progrès dont parle Pascal ? Est ce que les humains peuvent “apprendre” ce qui est du domaine du seul instinct, donc du plan vital? A t’on besoin d’apprendre les gestes de l’amour physique ? Non, chacun(e) trouve tout seul ce qu’il faut faire pour faire un enfant, pas besoin de manuels, ou de leçons infligées par papa-maman ou par la maîtresse au tableau dans la salle de classe, il est vrai qu’il existe depuis peu dans les pays développés occidentaux des “cours d’éducation sexuelle” mais ceux ci visent à humaniser le sexualité , à la civiliser (et dans certains “quartiers” de France, il en est bien besoin) pas à apprendre aux adolescents les gestes qu’il faut accomplir, ils les trouvent bien tout seuls (aidés en cela hélas par les films pornographiques qu’ils voient sur Internet, mais avant Internet ils trouvaient tout seuls). Le progrès continu dont parle Pascal est un progrès du savoir, des connaissances, mais il est plus que cela : un progrès de la conscience, selon la formule de Brunschvicg, un progrès spirituel. S’il n’est pas cela, il n’existe tout simplement pas! Et certes il nous est réservé, à nous qui vivons à l’épique contemporaine et sommes plus vieux que ne l’étaient les hommes du temps de Pascal, que l’accumulation des savoirs, ou plutôt des “informations” comme on dit aujourd’hui, ne conduit pas forcément à un progrès spirituel des individus, souvent abrutis par tout ce qu’ils entendent à la télévision.mais comme vu plus haut, ,les hommes individuels et mortels se situent sur le plan vital. L’homme universel qui se situe sur le plan spirituel, lui, progresse dans les savoirs scientifiques, et ce progrès signifie forcément un progrès spirituel (c’est à dire : vers le plan spirituel) comme j’en suis persuadé sous l’influence de Brunschvicg et comme le confirme l’expérience: la suppression de l’esclavage au 19 eme siècle sous l’influence de la conscience européenne est un tel signe de progrès (et comme par hasard l’esclavage existe encore mais seulement dans des pays musulmans) comme aussi la disparition de la mise à mort pour blasphème religieux : une horreur telle que le supplice du chevalier de la Barre au 18 eme siècle ne pourrait plus se reproduire aujourd’hui en Europe, sauf hélas mise en œuvre par les terroristes islamiques qui ont frappé Charlie Hebdo mais ces monstres n’ont rien de civilisé ni d’européen ( de l’esprit européen je veux dire, quant à la “race européenne” , les aryens d’Hitler, c’est une notion du plan vital, donc sans aucune valeur de vérité)
Voir là dessus mon article:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/03/24/pourquoi-le-retour-du-delit-de-blaspheme-serait-une-regression-de-la-civilisation-demonstration-dans-le-cadre-du-formalisme-de-louvert/

Là encore certains pays musulmans comme l’Arabie saoudite tentent à toutes forces de réintroduire le délit de blasphème à l’échelle du monde, mais ils ne réussiront pas car ce serait agresser l’Homme Universel et faire régresser la Conscience et la civilisation …

Si j’ai commencé cet article par les slogans de Mai 68, c’est parce que j’ai regardé hier soir sur BFMTV, effaré , le grand philosophe Alain Finkielkraut décrire l’odieuse agression dont il a été victime sur la place de la République de la part de militants de “nuit debout”qui veulent faire semblant de réactualiser en s’en inspirant certains slogans de Mai 68 , comme “Ne perdons pas notre vie à la gagner” par exemple. Mais Finkielkraut a participé à Mai 68 lors de sa jeunesse (il avait 19 ans) comme le lui faisait remarquer perfidement Ruth Elkrief (dont l’attitude vis à vis de “Nuit debout” est fort ambivalente) et il a eu raison de parler à l’heure actuelle d’un “retour du totalitarisme” : en 1968, “tout le monde parlait avec tout le monde” a t’il dit, et ce n’est plus le cas aujourd’hui comme le révèle l’odieuse expulsion violente dont il a été victime avec son épouse.Mais le sens de Mai 68 et de certaine “valeurs de gauche” et fort équivoque et ambivalent, et cela est dû à la dualité des plans.
Il y a deux sortes d’universels, abstrait et concret, parce qu’il y a deux cadres mathématiques pour parler de manière rigoureuse d’universel: théorie des ensembles et théorie des catégories, voir ma page :

https://mathesisuniversalis2.wordpress.com/deux-universalismes-concret-categorique-henologique-et-abstrait-ensembliste-ontologique/

Cela correspond à deux conceptions de l’universel : selon le plan vital, universel abstrait comme ce qui vaut pour toute l’humanité conçue comme un ensemble ( et la charia islamique qui veut s’imposer à tout le monde se situe dans ce genre de conception) et selon le plan spirituel comme universel concret, comme perfection concernant l’exemplification d’une propriété , voir là dessus les travaux cruciaux du mathématicien David Ellerman:

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/10/11/david-ellerman-theorie-des-ensembles-et-universaux-abstraits/

Un universel est dit concret s’il participe à lui même, cela est impossible pour un universel ensembliste, car il faudrait pour cela q’un ensemble puisse être élément de lui même, ce qui est interdit en théorie des ensembles à cause du paradoxe de Russell:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Paradoxe_de_Russell

Par contre tout objet de la théorie des catégories possède une fleche, appelée “morphisme identité” qui peut être vue comme participation à lui même:

IdA : A → A

Et donc la théorie des catégories n’interdit pas l’universel concret.

Un exemple: le Christ peut être vu comme “représentant parfait” de l’humanité c’est pour cela qu’il est appelé “Nouvel Adam” si, comme je l’ai expliqué plus haut , Adam s’identifie à l’homme universel de Pascal.mais le Christ doit être consid’eré comme plus que l’homme Jésus Christ qui appartient au plan vital, c’est cela le sens de la R’esurrection, ce mythe symbolique sublime : la résurrection consiste en ce que l’homme mortel Jésus Christ s’élève du plan vital ( lors de sa mort à ce plan vital, mort au monde) au plan spirituel, appelé “royaume des cieux” dans l’Evangile, en devenant universel concret, représentant parfait de l’humanité ,”fils de l’homme” dit l’Evangile. C’est pour cela que Malebranche l’appelle “Raison universelle des esprits” et Brunschvicg en fait un exemple du “Médiateur”qui peut être incarné en d’autres individus du plan vital. Le livre où Brunschvicg parle du “Médiateur” (c’est à dire l’universel concret correspondant à l’Idée éternelle “Humanité” qui se situe sur le plan spirituel de l’Idée, et dont les individus concrets comme Jésus Christ, Galilée, voire Brunschvicg lui même sont des “incarnations” mortelles) est “Philosophie de l’esprit”, voir ce texte ici:

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/philosophie_de_esprit/philosophie_de_esprit.html

j’en ai recopié quelques lignes ici:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/


ce qui s’oppose avec Socrate à la force matérielle du passé social, c’est l’humanité idéale que portent en soi la découverte et le développement de la raison pratique, c’est une sorte de Médiateur tel que sera le Verbe selon Malebranche dans les Méditations chrétiennes, ou le Christ selon Spinoza dans le Tractatus theologico-politicus.

Le Médiateur est présent chez Galilée devant le Saint Office, comme plus tard, devant la violence acharnée des critiques, chez Lavoisier ou chez Cauchy, chez Pasteur ou chez Einstein. C’est lui aussi qui est, devant les condamnations prononcées par les autorités sociales, présent chez le Pascal des Provinciales et chez le Voltaire de l’affaire Calas, chez le Rousseau de l’Emile et chez le Kant de la Religion dans les limites de la simple raison.

Cette présence est ce qui rend heureux le modèle de justice que Platon a dépeint dans le second livre de la République:

« il sera fouetté, torturé, mis aux fers, on lui brûlera les yeux; enfin, après lui avoir fait souffrir tous les maux, on le mettra en croix, et par là on lui fera sentir qu’il faut se préoccuper non d’être juste mais de le paraître »

Or le juste parfait, quelle que soit sa destinée, du point de vue physique ou social, est heureux non en songeant à l’avenir, par l’espoir d’un temps où serait matériellement compensé et récompensé le sacrifice actuel, mais par une joie immédiate, intérieure et pleine qui ne laisse place à aucune idée de sacrifice, où il s’exalte au contraire dans le sentiment d’incarner la justice éternelle et universelle ….

Quelles lignes sublimes et admirables ! Oui Léon Brunschvicg est bien le Christ pour notre temps de bassesse et de déréliction! Notre temps de mensonge aussi!
et peut être Finkielkraut l’est il aussi, bien que dans une moindre mesure, car il fr’quente trop la littérature, pas assez la mathématique… Mais comme disait Nietzsche :” les poètes mentent trop”

https://fr.m.wikisource.org/wiki/Ainsi_parlait_Zarathoustra/Deuxième_partie/Des_poètes

et Platon aurait pu dire la même chose!

Il y a deux sortes d’universel, deux sortes de progrès ( selon le plan de l’idée : progrès spirituel; selon le plan vital : progrès matériel, économique, technique) et donc les valeurs cardinales de la gauche que sont l’universalisme et le progressisme sont frappées d’une sorte d’ambiguïté : là se situe à mon avis le problème de la gauche et de Mai 68 qui aboutit comme le dit l’ancien militant de 68 Finkielkraut à un “nouveau totalitarisme ” (plutôt qu’à un “nouveau monde” et une “nouvelle époque” comme c’était l’intention affichée en 1968)
Et Badiou se trompe complètement (peut être le sait il, car c’est un homme profondément immoral) lorsqu’il accuse Finkielkraut de revenir au “charnel et à l’etnique” qui serait celui du sinoisme et des “nouveau amis” de Finkielkraut le “fasciste” ( nouveaux amis de l’extrême droaatttte!)voir sa lettre ouverte :

http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20151112.OBS9357/lettre-ouverte-a-alain-finkielkraut.html

C’est évidemment le pas que, malgré mes conseils éclairés, vous avez franchi avec le volume «l’Identité malheureuse» et le devenir central, dans votre pensée, du concept proprement néo-nazi d’Etat ethnique. Je n’en ai pas été trop surpris, puisque je vous avais averti de ce péril intérieur, mais, croyez-le, j’en ai été chagrin: je pense toujours en effet que n’importe qui, et donc vous aussi, a la capacité de changer, et – soyons un moment platoniciens – de se tourner vers le Bien.

Mais vous vous êtes irrésistiblement tourné vers le Mal de notre époque: ne savoir opposer à l’universalité, abstraite et abjecte, du marché mondial capitaliste, que le culte, mortifère dès qu’il prétend avoir une valeur politique quelconque, des identités nationales, voire, dans votre cas, «ethniques», ce qui est pire.

Seulement le Mal de notre époque, ce n’est pas ce que dit Badiou : c’est ce qu’il fait, c’est à dire trahir les “valeurs cléricales” qui sont celles du plan spirituel et qui devraient être celles de tout “intellectuel” comme elles étaient celles de Julien Benda, Léon Brunschvicg, au 20 eme siècle, et de Descartes, Malebranche, Spinoza au 17 eme siècle , comme elles sont celles de Finkielkraut (ce qui est la cause de la haine universelle qu’il s’attire).

Badiou est un imposteur pseudo-platonicien, et il n’a aucune idée de ce que c’est réellement “se tourner vers le Bien” le “Bien au delà de l’Etre” dont parle Platon : c’est changer de registre de pensée, passer de la pensée de l’Etre à la pensée selon l’Un selon Brunschvicg, HENOSOPHIA, pensée selon la mathématique des topos et des catégories et non pas selon la théorie des ensembles qui est l’ontologie (comme l’a démontré Badiou de manière convaincante dans “L’être et l’événement”): c’est se tourner vers le plan spirituel ou “monde des Idées” et donc se libérer de l’emprisonnement dans la caverne de Platon :

https://unedemeuresouterraineenformedecaverne.wordpress.com/a-propos/

C’est chercher Dieu là où seulement il peut être trouvé : dans la conscience convertie à la pensée selon l’Un, et non pas dans l’extériorité de l’espace et du temps, dans la fidélité à un événement tel que le conçoit Badiou.

Badiou qui est redevable à Brunschvicg, comme Sartre l’était, de tout ce qu’il y a de bon chez lui, mais ne prononce jamais ce nom exécré, parce que c’était le nom du dernier philosophe idéaliste avant la rupture réaliste et matérialiste de 1945:

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/heritage_de_mots_idees/heritage_de_mots.html

Dieu ne naîtra pas d’une intuition tournée vers l’extérieur comme celle qui nous met en présence d’une chose ou d’une personne. Dieu est précisément ce chez qui l’existence ne sera pas différente de l’essence ; et cette essence ne se manifestera que du dedans grâce à l’effort de réflexion qui découvre dans le progrès indéfini dont est capable notre pensée l’éternité de l’intelligence et l’universalité de l’amour. Nous ne doutons pas que Dieu existe puisque nous nous sentons toujours, selon la parole de Malebranche, du mouvement pour aller plus loin jusqu’à cette sphère lumineuse qui apparaît au sommet de la dialectique platonicienne où, passant par dessus l’imagination de l’être, l’unité de l’Un se suffit et se répond à soi-même. Méditer l’Être nous en éloigne ; méditer l’unité y ramène.

(Léon Brunschvicg, Héritage de mots, héritage d’idées, chapitre “Dieu”, Novembre 1943)

image

image

Advertisements
This entry was posted in Alain Badiou, Anthroposophie, Bible, category theory, Christianisme, Léon Brunschvicg, Ontologie, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Pascal, Philosophie, Plan vital-plan spirituel, Platon, Religions, Science, mathesis, Théorie des ensembles (set theory), Théorie des topoi (topos theory) and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.