« La disparition », présence houellebecquienne

Houellebecq au milieu des gouffres humains

IMG_0853Voici un poème du recueil La poursuite du bonheur, qui me semble contenir beaucoup de la voix de Houellebecq écrivain : romancier, poète, penseur.

«                                            La disparition

Nous marchons dans la ville, nous croisons des regards

Et ceci définit notre présence humaine ;

Dans le calme absolu de la fin de semaine,

Nous marchons lentement aux abords de la gare.

Nos vêtements trop larges abritent des chairs grises

À peu près immobiles dans la fin de journée

Notre âme minuscule, à demi condamnée,

S’agite entre les plis, et puis s’immobilise.

Nous avons existé, telle est notre légende

Certains de nos désirs ont construit cette ville

Nous avons combattu des puissances hostiles,

Puis nos bras amaigris ont lâché les commandes

Et nous avons flotté loin de tous les possibles…

View original post 25 more words

Advertisements
This entry was posted in Philosophie. Bookmark the permalink.