Quand la lumière s’est éteinte

Houellebecq au milieu des gouffres humains

Habité d’un sentiment d’étrangeté face au monde et de la sensation glacée qu’il n’y a rien devant, pour lui, le narrateur houellebecquien semble se demander : comment ai-je fait pour en arriver là? Mais aussi, comment me sentir à nouveau vivant, humain, dans ce monde stérile et insensé que je ne sais rejoindre ?

« Vous avez eu une vie. Il y a eu des moments où vous aviez une vie. Certes, vous ne vous en souvenez plus très bien ; mais des photographies l’attestent. Ceci se passait probablement à l’époque de votre adolescence, ou un peu après. Comme votre appétit de vivre était grand, alors ! L’existence vous paraissait riche de possibilités inédites. Vous pouviez devenir chanteur de variétés ; partir au Venezuela.
Plus surprenant encore, vous avez eu une enfance. »
Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte

Une des couvertures d'Extension du domaine de la lutteÉdition Flammarion d'Extension du domaine de la lutte

View original post

Advertisements
This entry was posted in Philosophie. Bookmark the permalink.