Valeur et signification de la chasteté et de l’ abstinence sexuelle ABSOLUE

Voici un texte philosophique d’Edmond Goblot “La valeur de la chasteté”:

https://renatuscartesiusmathesisuniversalis.wordpress.com/goblot-valeur-de-la-chastete/

C’est moi qui avais extrait le fichier pdf d’une revue philosophique sur Gallica, à l’époque il m’avait semblé intéressant.
Edmond Goblot a écrit notamment un traité de logique “classique” (sans beaucoup de maths)que je recommande, et qui est sur Gallica :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Edmond_Goblot

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5480162m

Concernant son article sur la chasteté je dirai simplement que si l’on suivait ses thèses, la police aurait beaucoup de travail : une épouse qui fait l’amour avec son mari en utilisant un contraceptif quel qu’il soit est selon Goblot une prostituée et son mari un proxénète s’il est au courant du fait qu’elle utilise un contraceptif. Car un rapport sexuel accompli par un couple qui tente artificiellement d’empêcher la fonction naturelle du coit, la procréation, est de la prostitution. A l’époque j’étais très provocateur, encore plus que maintenant, je me suis assagi en somme, je mettais le lien sur les forums d’ultra-gauche et de féministes radicales, mais même avec 5 grammes d’alcool par litre je n’aurais pas osé défendre de telles thèses en public : je tiens à l’intégrité physique de mes parties intimes, va savoir pourquoi…
Mais soyons sérieux, qu’est ce qui cloche dans ce texte? c’est que certes il ne parle jamais de Dieu , du père fouettard des religions qui viendrait espionner par le trou de la serrure ses ouailles en train de faire l’amour, pour voir s’ils ne le font pas dans une position interdite , ou s’ils ne se livrent pas à une pratique perverse, c’est à dire qui ne vise pas directement la procréation , et de cela on peut être reconnaissants à Goblot. De nos jours ce serait plutôt l’inverse, le “Dieu sévère” des “émancipés” ordonne à toute l’humanité : “

sortez couverts

” , c’est à dire que ce “Dieu unique et jaloux” du “libertinage” ordonne et commande à tout le monde de “grimper aux rideaux” de continuer à “s’éclater” malgré le SIDA, et le préservatif acquiert quasiment le caractère sacré de l’hostie. Malheur à celui qui a l’ audace un peu suicidaire de dire qu’il préfère l’abstinence sexuelle au préservatif : il est excommunié de la communauté des civilisés, nommée “camp du Bien” par le regretté Philipe Muray, qui nous manque beaucoup aujourd’hui pour trouver des noms de baptême pour les nouveaux imbéciles, ceux qui parlent de “radicalisation ” et de “radicalisés” qui bien sûr n’ont rien à voir avec l’islam à propos des horreurs de Daesh ou des attentats monstrueux en Europe… Mais je m’éloigne du sujet, revenons aux anciens imbéciles du camp du Bien, aux “matons de Panurge” et à leur envie de pénal , qui à cette époque étaient prêts à vous clouer au poteau de torture si vous ne connaissiez pas par cœur les dernières marques “pu-to date” de préservatifs…ceux là , je m’en suis donné à cœur joie sur les forums en insérant le lien du fichier de l’article de Goblot, accompagné de force revendications d’un “nouvel Ordre Moral”, ‘ un article qui a connu depuis ces années là une brillante carrière sur Internet, on ne le retrouve pas seulement en bibliothèque de l’un de mes blogs mais aussi ici par exemple :

http://www.docfoc.com/goblot-valeur-de-la-chastete

Tout cela grâce à moi, ou plutôt à cause de moi, indigne pécheur! je présente mon “mea culpa , mea maxima culpa” au camp du Bien et à son “Dieu des condoms”.
Le fichier a encore beaucoup servi, vous vous en doutez bien,sur des réseaux comme Facebook, au moment du fameux “osez le clitoris”, ainsi bien sûr au moment des débats sur le “mariage pour tous”, j’ai aussi beaucoup ri au moment de la récente discussion sur la loi de “pénalisation des méchants clie nts de prostituées” ces monstres qui préféraient “acheter un corps de femme ” (péché qui ne sera plus jamais pardonné) plutôt que de découvrir de nouvelles formes de sexualité plus branchées et surtout plus respectueuses de la Femme (qui comme chacun sait est l’avenir de l’homme) en allant dans un sauna gay se faire sodomiser par une dizaine de “mecs” à la queue ( c’est le cas de le dire) leu leu. En faisant bien attention d’obéir au commandement du Dieu jaloux du camp du Bien et en apportant leur provision de capotes…tous les défenseurs de cette loi stupide prenaient soin de préciser qu’ils ne prônaient pas un “ordre moral” et qu’ils étaient pour la “liberté sexuelle totale” , situation exactement symétrique des débats sur le “mariage pour tous ” ( formule admirable digne d’un expert -es-propagande du temps de Staline qui serait parvenu à se passer complètement de vodka) où c’était les adversaires de la loi autorisant ce nouveau type de mariage (on attend la sortie du mariage zoophile, Caligula qui avait épousé son cheval était plus “avancé” que nous) qui prenaient soin de préciser qu’ils n’étaient absolument pas homophobes et même qu’ils avaient eu une palpitante liaison homosexuelle lors de vacances de rêve il y a longtemps..
Vous vous dites que je suis un lâche et que ce n’est pas très courageux ni très élégant de provoquer ainsi les gens bien planqué derrière son écran : sachez que je ne me suis pas contenté de ce genre de provocations, j’ai le souvenir d’un dîner en ville au milieu de bobos très à gauche et engagés pour le “mariage pour tous” ( que je ne refuse pas, ne voulant pas me retrouver dans le meme camp que les musulmans) où je me suis livré à la “totale”: islamophobie, ultra sionisme (il s’agissait de “juifs de gauche” bien sûr très hostiles à Israel) ..la seule chose que je n’ai pas faite ce soir là c’est de montrer mon oiseau ou mes fesses à une féministe de l’ultra-gauche particulièrement virulente et insultante, me traitant de “ringard coincé”(et d’autres épithètes plus désagréables) après que j’ai prononcé un plaidoyer pour l’abstinence sexuelle complète, ( et pourtant je n’avais pas bu une goutte ce soir là ,c’était je m’en souviens mon cinquième mois d’abstinence d’alcool et je n’allais pas replonger à cause de cette conne quand même !) assez proche de celui de Goblot, et suggéré que c’était là le remède aux problèmes de la communauté LGBT, en couronnant le tout par un rappel en forme d’apologie des honteux et intolérables propos de Missoffe à Cohn-Bendit en 1968, lui suggérant d’aller piquer une tête dans la piscine pour régler ses “problèmes sexuels”.
Mais revenons à Goblot : ce qui cloche dans son article c’est qu’il parle uniquement à partir du plan vital de la génération et de la procréation, censée être le but naturel du sexe. Or il n’y aucun but dans le déroulement spatio-temporel du plan vital, qui est “une histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, qui ne signifie rien”.

Attention, je ne dis pas non plus qu’il faut faire l’amour comme on veut et avec qui l’on veut sans se soucier des conséquences, cet article n’est absolument pas un plaidoyer pour l’avortement, ou le “libertinage”, ni contre d’ailleurs.
Ce que je dis c’est que le sexe est l’activité qui représente, ou symbolise, le plus parfaitement possible, le plan vital , et que ce plan vital n’est certainement pas la création d’un “Dieu Parfait, Tout-Puissant et Toute-Bonté” ayant un but (s’il est Parfait, pourquoi aurait il un but et désirerait il quelque chose?) mais une “histoire racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur et qui ne signifie rien”. Par contre lorsque l’on prend conscience du plan de l’Idée et de sa différence radicale (nommée ici “différence hénologique”) d’avec le plan vital, le sens universel de l’existence humaine apparaît, non voulu ou imaginé par un Dieu créateur Transcendant, mais découlant “more geometrico” de l’axiome unique de la théorie de la Clavis Universalis : “il n’y a que des corps et des psychés , sinon qu’il y a le plan de l’Idée dans sa différence abyssale, appelée “Ouvert”, d’avec le plan des corps désirants ou machines désirantes, et des psychés , plan qui est le plan vital ou “monde“. Ou bien, selon la forme que je lui ai donné dans la page “À propos de ce blog”:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/a-propos-de-ce-blog-plan-vital-et-plan-spirituel-dans-leur-dualite-qui-est-louvert/

Il n’y a que le plan vital de la multiplicité pure des étants sinon que le plan spirituel des idées opére sur le plan vital selon la dualité de l’Etre et de l’Un, en unifiant par la pensée selon l’Un nommée “Mathesis universalis”la multiplicité pure des faits du monde (du plan vital), qui est tout ce qui arrive, tout ce qui se produit, tout ce qui est (le cas)

Et ce sens universel et absolu de l’existence humaine, symbolisé par le récit biblique de la sortie d’Egypte du peuple hébreu et de son errance à travers le désert vers la Terre Promise, est la recherche Promise, est la recherche de la liberté et de l’autonomie par l’individualité humain consciente, c’est à dire la libération de l’esclavage imposé par le plan vital et l’orientation vers le plan spirituel.

Dans cette optique la chasteté apparaît pour ce qu’elle est : non pas un commandement d’un Dieu Père sachant mieux que nous ce qui est bon pour nous (d’ailleurs s’il voulait que nous soyons abstinents de sexe, pourquoi nous a t’il créés avec cette tunique de Nessus du désir sexuel ?). Mais bien sûr un tel “Dieu” anthropomorphique imaginé sur le modèle de l’être humain dans le monde, avec une volonté , des désirs, des sentiments, toutes choses propres au plan vital , un tel “Dieu” est une rêverie inconsistante de primitifs grelotant de froid ou de peur dans leur grotte, et au sens propre une Idole.
L’abstinence sexuelle absolue est juste un comportement vital absolument nécessaire pour se libérer de l’emprise du plan vital, mais elle n’a de sens que pour celui ou celle qui cherche une telle libération: les anciens Gnostiques avaient personnifié sous le nom d’Archontes les pulsions qui naissent du plan vital et emprisonnent la conscience (l’âme ) dans les liens du désir toujours renaissant, telles les têtes de l’hydre. On comprend donc qu’en aucun cas la chasteté ne peut être imposée aux autres sous couvert d’évolution spirituelle. toute “voie spirituelle” ou “religieuse” qui implique la contrainte physique ou psychologique et ne préconise pas dès le début la liberté et l’autonomie totale pour ses adeptes, une telle voie n’est qu imposture. Je ne vois pas comment on pourrait parvenir à la liberté en passant par ce qui est le contraire de la liberté.
“Liberté” veut dire “accord conscient avec la Raison universelle ” et non pas ” je fais cke je veux je bois je fume je sors en boîte je baise et j’temmerde et si ça te plaît pas va niquer ta grand-mère” mais la vie sociale , ses règles collectives et ses différentes polices se chargeront vite de rappeler au sens des réalités ceux qui croiraient que liberté signifie faire ce que je veux au mépris de la liberté des autres.

Sur la liberté et l’autonomie voir le “manifeste pour l’autonomie” d’André Simha qui constitue la préface à l’ouvrage de jeunesse (1900) de Brunschvicg “Introduction à la vie de l’esprit”:

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2016/01/24/brunschvicgintroduction-un-manifeste-pour-lautonomie/

Ce dernier article aura une suite car la préface d’André Simha , constituant son manifeste, est beaucoup plus longue (51 pages) que l’extrait donné dans le lien ci dessus, qui va de la page 2 à 16.
Le sexe est l’autorité (pour parler comme François Laruelle) ou l’Archonte (pour parler comme les anciens gnostiques) le plus difficile à vaincre. Mais ceterrible combat intérieur n’a de sens que si les Archontes moins durs à vaincre ont été victorieusement combattus : à quoi sert il d’être totalement abstinent sexuellement si l’on boit et fume comme un malade ou bien si l’on se drogue ? “First things first” ! Or j’ai dans l’idée que si les toxicomanies (y compris l’alcoolisme) sont si difficiles à soigner c’est qu’elles impliquent les deux plans . Ainsi “Au dessous du volcan” montre une réelle recherche ésotérique chez Malcolm Lowry, et la même chose est vraie de “Sound and fury” de William Faulkner qui a tenté sa vie durant de lutter et de se soigner de son alcoolisme pathologique, même s’il ne s’est pas suicidé comme Lowry parce qu’il était entouré d’une famille qui l’aimait. Par contre l’addiction au sexe ne met en branle que plan vital, par définition.
Il me semble que l’on confond souvent deux choses très différentes : le contrôle social ou communautaire de le sexualité et l’ascèse et l’abstinence recherchées librement et individuellement , une telle confusion se trouve à mon sens dans l’article que j’ai reblogué hier :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/05/25/la-prostituee-en-tant-quagent-fondateur-de-la-civilisation/

Et conduit à cette affirmation fausse et d’ailleurs absurde (“sémite désigne un groupe linguistique, non une race et “spirituellement sémite” est un nom donné par un pape aux européens chrétiens d’ascendance non juive):”rigorisme et abstinence sexuels sont spirituellement sémites”. Les règles sévères édictées par la Torah en matière de sexualité sont de portée uniquement sociale et communautaire (tribale), et non pas d’ordre religieux c’est à dire universel mis à part les passages du texte comme justement celui cité par l’article reblogué :

“Il n’y aura pas de prostituées sacrées parmi les filles d’Israël ni de prostitués sacrés parmi ses fils. Tu n’apporteras pas à la maison de Yahvé le salaire d’une prostituée ni le paiement d’un sodomite quel que soit le vœu que tu auras fait : car tous deux sont en abomination à Yahvé ton Dieu »( Deutéronome, XXIII, 17 ) .”

Que la prostitution soit utile socialement, tout à fait d’accord, et les prostituées doivent en effet être honorées pour cela. Mais que la prostitution soit sacrée et ait un rôle religieux, pas d’accord!

Seul le plan spirituel est sacré et je ne reconnais pour religieux que l’Ouvert, c’est à dire la dualité, la

FENTE

,

l’ORIFICE

entre plan vital-psychique-social et plan de l’Idée, avec comme seule “consigne” religieuse de se libérer du plan vital et de s’orienter vers le plan spirituel en ne servant que les “valeurs cléricales” (cf Julien Benda) (mais dans une atmosphère de liberté et d’autonomie) , donc ce n’est évidemment pas un commandement donné par un “Dieu” Transcendant et je ne reconnais pas les religions existantes historiquement (pas même le christianisme, le judaïsme, le bouddhisme ou l’hindouisme bien que je me prépare à introduire ici le Vedanta, sûtras et Upanishads, je révise pour cela mon sanskrit appris avant l’hébreu à la fin des années 70 et j’ai du mal) comme ayant une validité universelle mais comme des particularismes propres à des communautés du plan vital et se transmettant par l’éducation familiale, des parents aux enfants, ce qui constitue du point de vue républicain et laïque qui est le mien un VIOL (de la conscience) des enfants , si du moins les dites religions prétendent à une valeur plus que tribale (ce qui est notamment le cas de l’Islam et du catholicisme). D’ailleurs j’ai précisé plus haut qu’il est totalement inutile et vain de se livrer à une ascèse (forcément très difficile, et dangereuse, comme le montre l’atroce exemple des prêtres ou cardinaux qui “dérapent” dans des agissements pédophiles)visant l’abstinence sexuelle absolue si l’on ne s’est pas d’abord libéré des différentes drogues ( comme tabac, alcool , cannabis, cocaïne, télévision) : du plus facile au plus difficile. Mais il est aussi totalement stupide d’entreprendre une telle ascèse sexuelle (qui risque en plus de poser des problèmes si l’on vit en couple) si l’on ne s’est pas libéré de la communauté religieuse ou sectaire (voire politique n’est ce pas messieurs les communistes et autres antifascistes gauchistes infantiles’?)à laquelle on “appartient” par la naissance ou la (fausse) “conversion” (il n’y a qu’une seule conversion véritable , la conversion à la Raison, c’est à dire au plan spirituel): l’ascèse de l’abstinence sexuelle a pour but de nous libérer entièrement, corps et âme, du plan vital, il n’y a donc aucun sens à la mettre en œuvre alors que l’on suit encore les pratiques et les rites d’une religion qui reste comme toutes les autres “établie sur le plan vital” (dixit Brunschvicg). Mais bien entendu ceci n’est que mon opinion, bien que j’ai proposé dans ce blog plusieurs démonstrations..
Sur ces questions voici deux pages écrites par moi il y a longtemps dans une autre visée et alors que je n’avais pas encore en tête le cadre mental de l’Ouvert (on n’y trouve donc pas la terminologie correspondante, ce qui les rendrait pourtant plus claires) :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/marie-anne-cochet-ce-quest-la-conversion-veritable/

et

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/toute-foi-ou-obeissance-a-un-systeme-de-croyances-collectives-non-fonde-sur-la-raison-est-immorale-et-condamnable/

inspirée de l’anthroposophe dissident José Dupré et de Marie Anne Cochet

Advertisements
This entry was posted in Anthroposophie, Bible, Christianisme, Coran, Europe, judaisme, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Plan vital-plan spirituel, Religions and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.