Du Dieu qui vient à l’idée

Cet article s’inscrit dans la continuité du précédent :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/06/09/commencer-en-meme-temps-letude-de-descartes-et-de-spinoza/

ainsi que dans celle de cette citation de Brunschvicg :

Le vrai est, le bien est, Dieu est : telles sont les trois propositions génératrices du scepticisme, de l’immoralisme et de l’athéisme

Ce qui signifie, dans notre terminologie de l’Ouvert, que ces trois Idées ou Valeurs fondamentales se situent sur le plan spirituel, et ne doivent donc pas être considérées comme des “étants”, des choses qui sont, c’est à dire considérées comme se trouvant sur le pan vital-ontologique.
Nous avons vu hier que Dieu est une Idée, qu’il se confond donc avec l’Idée de Dieu, impliquant la Perfection Absolue, l’Unité absolue,l’universalité de la Vérité, et du Bien, c’est à dire l’Idée de l’Un-Bien qui se situe “au delà de l’Etre” comme dit Platon; tous les désastres qui ont frappé l’humanité s’expliquent par le fait que Dieu n’a pas été considéré comme une Idée, nécessaire selon Spinoza pour fonder les sciences, mais comme une Personne qui aurait une Volonté, des sentiments, exactement comme un être humain sur le plan vital. Ceci constitue au sens propre l’idolâtrie qui consiste à prendre une Idée , qui appartient en tant qu’Idée au plan spirituel, pour un étant du plan vital qui devrait donc être “adoré” sur le modèle des relations, propres au plan vital, du serviteur envers son “Seigneur”, relations qui caractérisaient les temps féodaux en Europe ou bien les relations de castes en Inde. L’Idée de l’Un-Bien s’est dégradée en celle de la Toute-Bonté d’une Personne, qui de façon contradictoire “préférerait” ses “bons serviteurs obéissants” aux autres humains, qu’il serait possible de fléchir par des prières (mais si elle est Miséricordieuse et Toute Puissante et Toute-Connaissante, pourquoi tenter de l’influencer par des prières ? Elle agira au mieux, puisqu’elle aime tous les humains, pas besoin de le lui demander).
Si cette fausse conception de Dieu a pu, par l’intermédiaire de sa foi catholique dont il était si fier (se flattant d’être “toujours resté fidèle à la religion de sa nourrice”) amener Descartes, immense et prodigieux génie, à l’erreur gravissime de penser que Dieu peut nous tromper meme dans nos certitudes les plus évidentes : les certitudes mathématiques, combien les conséquences de cette idolâtrie peuvent être infiniment plus graves chez des personnes du commun, non éduquées par la fréquentation intellectuelle des “longues chaînes de raisons”!!
Or cette idolâtrie consistant à précipiter Dieu du ciel sur la terre, le prenant non comme une Idée du plan spirituel, mais comme une Personne du plan vital, cette erreur est présente dans les trois monothéismes abrahamiques : Islam, judaïsme, christianisme, mais aussi dans les religions polythéistes: hindouisme ou bien dans les anciennes religions dites païennes où les dieux et déesses se conduisent en tout point comme des humains mortels, gloutons, ivrognes et fornicateurs. Le bouddhisme apparaît comme la “religion” la mieux préservée parce que “Dieu” en est absent, mais elle laisse place avec les bodhisattvas à ce qui ressemble fort à des “divinités” et l’on assiste souvent, en Thaïlande par exemple, au spectacle de fidèles se prosternant mains jointes et à genoux devant une statue de Bouddha.
Mais, demandera t’on, pourquoi cette unanimité de populations très différentes, un peu partout sur le globe, pour adorer ainsi et prier une ou des entités ayant des pouvoirs surnaturels et pouvant être influencées par des prières ou des cadeaux, dans les sacrifices?
C’est que la Science et la philosophie véritable, celle idéaliste de Platon purifiée ensuite par Descartes et le génie de l’analyse, n’étaient pas encore apparues pour donner aux peuples encore primitifs et plongés dans l’ignorance des cultes tribaux, la volonté de rejeter ces croyances ancestrales. Ce sont les religions monothéistes qui ont accompli cette tâche, mais par la violence contre les anciens cultes “idolâtres ” (l’Islam surtout) et elles ont “emprunté” aux anciens cultes cette idée pernicieuse de Dieu envisagé comme les anciens dieux ou déesses comme une personne ayant une volonté et des désirs (mais s’il est Parfait, comment peut il désirer ?):telle est l’explication de l’épisode des “versets sataniques ” en Islam, relaté par Salmanazar Rushdie,au cours duquel La langue de Mahomet a fourché et l’a incité à glorifier les anciennes déesses de l’Arabie Al-Lat, Uzza et Manat. D’une manière générale, le “réalisme” qui consiste à prendre tout ce qu’on voit et sent (le plan vital) comme seule forme de réalité et à considérer les idées, le plan spirituel, comme irréel, est le propre des peuples sauvages, alors que l’idéalisme caractérise les peuples plus avancés et civilisés, une fois que la Science leur a appris que ces idées en apparence “abstraites” (mathématiques, géométriques) peuvent leur donner une influence sur les phénomènes qui leur apparaissent sur le plan vital .
En somme le réalisme consiste à croire que seul le plan vital est réel, en lui adjoignant éventuellement un “autre monde” ou “vivent ” les esprits des ancêtres de la tribu, mais cet “au delà ” est envisagé exactement sur le modèle du plan vital : l’idéalisme, qui apparaît en Europe apres la ligne de partage des Temps du cartésianisme:

https://renatuscartesiusmathesisuniversalis.wordpress.com/descartes-la-ligne-de-demarcation-des-temps/

consiste à distinguer les deux plans: plan vital ou monde, et plan de l’Idée ou plan spirituel et à donner la prédominance au plan spirituel. C’est alors que la véritable idée de la religion, consistant à libérer la conscience de la servitude du plan vital et à l’orienter vers le plan spirituel, peut naître, et elle est alors en conflit avec les anciennes conceptions de la religion, nées avant la Science, consistant à adorer et à servir un “Dieu” considéré comme une Personne située sur le plan vital

Advertisements
This entry was posted in Christianisme, Coran, Descartes, Europe, Islam, Israel, judaisme, Léon Brunschvicg, Ontologie, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Pascal, Philosophie, Physique, Plan vital-plan spirituel, Platon, Religions, Science, mathesis, Spinoza and tagged , , , , . Bookmark the permalink.