#CochetBrunschvicg 2 : genèse du plan vital-ontologique

Venant à la suite de :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/09/13/cochetbrunschvicg-objet-et-objectivite-raison-et-rationalite/

Je lis et commente dans les articles de ce hashtag un livre peu connu et difficilement trouvable dans le commerce:
“Commentaire sur la conversion spirituelle dans la philosophie de Léon Brunschvicg” par Marie-Anne Cochet (Bruxelles, Maurice Lamertin éditeur, 58-60 rue coudenberg, 1937)
J’avais déjà écrit sur ce livre dans l’autre hashtag : #BrunschvicgCochet
mais je reprends tout au début en utilisant le nouveau schéma philosophico-mathématique de l’Ouvert (dualité plan vital-plan spirituel) qui j’en suis persuadé s’applique merveilleusement à la pensée qui sous-tend le livre de Mme Cochet. Je ne suis pas forcément l’ordre des pages du livre, dans l’article précédent j’ai commencé à la page 1, aujourd’hui je passe à la page 53, où commence le chapitre II qui concentre l’activité de réflexion en quoi consiste le livre sur la thèse de 1897 de Brunschvicg :”La modalité du jugement”. Je crée aussi deux nouvelles catégories dans ce blog : “Cochet-Brunschvicg” et “Science-internelle” où seront classés tous les articles du hashtag #CochetBrunschvicg :

La modalité du jugement fixe le point central de notre propre analyse sur le mouvement de réintégration du concept dans la conception. Ce mouvement de retour rejoint nécessairement le point d’où il est parti inconsciemment. L’esprit connaît son œuvre en lui, par lui l’éprouve,l’accueille ou la rejette , suivant le jugement de sa réflexion critique

Auparavant Mme Cochet a précisé qu’elle préférerait utiliser le terme “intelligence” traduction du grec νουϛ plutôt que le terme “esprit” qui lui semble trop teinté de “mysticisme”, mais qu’elle ne le fait pas pour conserver les termes employés par Brunschvicg, j’ai la même prévention et c’est pour cette raison que je préfère souvent le terme “plan internel ” et surtout “science internelle” (j’ai forgé moi même le mot “internel” ) à “plan spirituel” et surtout “science spirituelle” qui est un terme de l’anthroposophie de Rudolf Steiner qui a été l’occasion de beaucoup de méprisés et de balivernes: “science spirituelle” ou “science de l’esprit” est même devenu un quasi-synonyme d’anthroposophie , discipline que je ne rejette pas en son entier mais qui n’a selon moi aucune valeur scientifique.
“Réintégrer le concept dans la conception” correspond au mouvement fondamental dans la philosophie brunschvicgienne : ne pas mélanger le résultat avec l’activité de pensée qui l’a produit. Le dogmatisme n’ait justement du refus, ou de l’impuissance à faire la différence et aboutit à l’idolâtrie de la forme, à la confusion de “la lettre et l’esprit”…

Le concept se forme par le mouvement qui , partant du choc : “cela est” aboutit à une détermination particulière :” cela est bleu”. Ce mouvement va de la puissance unifiante, éternellement active dans le “cela est” , à la chose à unifier, qu’elle soit pierre ou Univers : il crée ce qui est extérieur . Le mouvement du retour , revenant du créé au pouvoir créateur , réfléchit, non la chose créée mais le pouvoir créateur lui même, et ne laisse plus au concept que la valeur d’une expression provisoire de ce pouvoir :il saisit l’acte de l’esprit

Remarquons ici que la formulation de Mme Cochet est assez “extrême ” dans le sens de l’idéalisme : il n’y a pas ici de place pour un “Dieu créateur” , c’est l’intelligence (l’esprit νουϛ) qui crée les choses et les êtres de par son éternelle activité créatrice . Les lignes suivantes nous en disent plus:

Le “cela est”, primitivement subi par les sens, qui représentent la périphérie de notre organisation connaissante, aboutit donc aux concepts des êtres, des forces et des choses, que nous appelons l’univers. Mais lorsqu’il est rejoint par le mouvement réflexif, il apparaît comme l’activité unifiante de l’esprit, immanente à la conscience, et le pouvoir de conversion de l’univers créé à l’unité créatrice change le signe de l’action humaine de la passivité des sens à la liberté formatrice de l’intelligence.
Il change également le signe du rapport entre l’être et l’un , car l’être des vivants, des forces et des choses, subi comme positif dans l’univers extérieur appréhendé par les sens, n’est plus jugé que comme une série d’apparences provisoires dans l’opération unitive en acte à l’intérieur de la conscience. Ce rapport de l’immanence spirituelle aux apparences sensibles est le même que celui du présent éternel au temps chronologique

Que devons nous comprendre dans ces liges? Que l’origine du plan vital, des apparences sensibles des phénomènes physiques, se situe dans le “Cela est”, c’est à dire dans l’activité formatrice de l’intelligence humaine . Il y a d’abord le choc extérieur reçu (subi) par l’organisation connaissante vivante que nous appelons un être humain ou animal: mais le chien sous le pommier (ou le sauvage) reçoit la pomme qui lui tombe sur la tête en poussant un grognement de douleur, sans que cela ne le pousse à élaborer une théorie physique du monde. Par contre l’homme européen Newton, lorsqu’il reçoit la pomme , ne se contente pas de subir ce choc: de par l’activité spirituelle unifiante qui se manifeste en et par lui, il entame le “mouvement de conversion des apparences de l’univers créé à la liberté formatrice de l’intelligence” et édifie peu à peu la théorie newtonienne de la gravitation qui ne sera dépassée que par celle d’Einstein et sera pour Kant l’occasion d’élaborer sa grandiose philosophie.
En l’absence de science, avant Newton et Galilée, il n’y a que les chocs sensibles subis par les humains, sans liaisons explicatives et causales entre ces occurrences: il n’y a donc que la multiplicité pure des chocs subis, sans relations ( sans morphismes ) entre eux: c’est là (pour nous qui avons la chance de vivre apres le découvertes de Cantor au 19eme siècle et celles de Mac Lane et Eilengerg en 1945)la définition d’un ensemble c’est à dire d’une catégorie sans morphismes reliant les objets entre eux. Je dis “pour nous” , nains montés sur les épaules des géants du passé (les Thalès de Milet, Galilée, Newton) et non pas pour le géant Newton :” ce n’est qu’au crépuscule que la chouette de Minerve prend son envol
On pourra lire ces deux articles tres techniques sur l’utilisation de la théorie des topos en physique moderne :

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/08/06/deux-sortes-dapproche-utilisant-la-theorie-des-topoi-en-physique-quantique-contravariante-et-covariante/

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/2015/08/08/approche-covariante-a-topos-for-algebraic-quantum-theory-spitters-heunen-landsman/

Pour comprendre que le premier topos rencontré par l’activité spirituelle unifiante humaine dans l’édification de la Science est le topos Ens des ensembles (ou en anglais le topos Set) parce qu’avant l’activité explicative et unifiante de la Science il n’y a que la multiplicité pure (l’ensemble) des chocs sensibles subis par les animaux humains, sans relation explicative-causale entre eux. Quel sera donc le mathème du “Cela est” dont parle Mme Cochet, dans cette “science internelle” que nous voulons édifier ici? Ce sera le topos Ens, et pour marquer qu’il s’agit d’une activité de l’Intelligence , ce sera le Foncteur identité sur ce topos Ens que nous noterons :

1Ens

(Dans la théorie des catégories, les morphismes et foncteur représentent l’activité , les objets correspondent aux résultats, à la fixation des activités)
Mais encore une fois ceci n’est que la découverte de l’activité réflexive à propos des débuts de la physique à l’époque de Newton, activité qui met en œuvre les idées découvertes bien plus tard : topos, ensembles, catégories, morphismes, foncteurs..deux siècles et demi à trois siècles après Newton, pour être précis:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Isaac_Newton

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Topos_(mathématiques)

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Théorie_des_ensembles

https://ncatlab.org/nlab/show/topos

https://ncatlab.org/nlab/show/Set

Quand Mme Cochet parle, dans les lignes ci dessus, du ” changement de signe du rapport entre l’être et l’un” l’être fait référence au plan ontologique, c’est à dire à cette activité spirituelle du “Cela est” que nous représentons par le foncteur :

1Ens

Cette activité ? Ce foncteur est le mathème du plan vital-ontologique, il n’y a pas ici de contradiction avec ce que nous avons dit ailleurs en affirmant que le plan vital est la catégorie (le topos) Ens car un objet s’identifie au morphisme-identité qui lui est associé et donc le foncteur identité sur Ens 1Ens S’identifie à Ens. En le voyant comme foncteur nous insistons sur son aspect d’activité spirituelle unifiante. Quant à l’un, c’est l’activité unifiante totale, c’est à dire comme nous l’avons démontré la catégorie de toutes les catégories CAT :

https://ncatlab.org/nlab/show/CAT

https://ncatlab.org/nlab/show/Cat

Ou le foncteur identité sur Cat :

1 Cat

Si nous voulons insister sur son aspect d’activité . C’est le :

plan internel spirituel

Et nous comprenons pourquoi l’Un est supérieur à l’être (ce qui est un axiome de ce blog) ou pourquoi Platon décrète que l’Idée de l’Un-Bien est “au delà de l’être ” : c’est parce que CAT contient Set qui est l’un de ses objets (puisque Set est une catégorie)

Finissons sur les lignes de Mme Cochet qui suivent :

sur tous les plans, esthétiques, pragmatiques, mystiques, la réflexion du mouvement connaissant vers sa source , soit, la réintégration du concept dans la conception, converge irrésistiblement vers ce noeud central :”

Cela est


La diversité des interprétations de cet aboutissement égaré sur cette convergence et la masque, mais elle n’est causée que par les diversités fonctionnelles mises en jeu par les penseurs et par l’adhérence que toute affectivité pose sur le “cela est”, le viciant ainsi d’une attribution impossible à suspendre, fût elle divine, à la pureté de son affirmation. Cette affirmation se pr sente d’abord comme l’acte d’actualisation immanente à tous les temps et à tous les espaces. Il les contient par les deux termes du lieu, ici, et du moment , maintenant, mais ces deux termes restent en lui dépouillés de toute spécification, et dans le temps qu’ils engendrent et dans l’espace qu’ils ordonnent. Ils sont l’acte du Présent éternel , qui reste présent justement parce qu’il est éternel.
Cette affirmation toujours en acte manifeste l’immanence de l’esprit. C’est le seul acte purement spirituel que nous puissions atteindre. Aucune matérialisation ne peut le réaliser, mais rien ne peut se réaliser sans lui, qui ne dépende de lui, fût ce le néant ou Dieu.
Dire :tout est Dieu ou Dieu est tout , détruit l’infinité de l’Idée divine, en la suspendant à l’affirmation qui l’a crée, n’est pas créée par elle et la dépasse

Quelle est cette affirmation toujours en acte, véritable racine de la pensée ontologique ? C’est le foncteur

1Ens

(Rappel : Ens et Set désignent la même chose, en français et en anglais : la catégorie des ensembles, qui est un topos)

Pourquoi aucune matérialisation ne peut elle la réaliser? Parce qu’une matérialisation à pour mathème le foncteur Identité sur un ensemble particulier X :

1X

Alors que le foncteur mathème du Présent éternel (internel dirais je plutôt) est l’identité sur tous les ensembles.

Nous comprenons aussi pourquoi la physique relativiste a raison d’associer le temps à l’espace ( et donc pourquoi Bergson à tort, et pourquoi Einstein et Brunschvicg ont raison) : c’est parce que temps et espace ont leur source dans l’ici et le maintenant, qui sont les deux “faces” indissociables de l’actualisation immanente à tous les temps et à tous les espaces.

Par contre Mme Cochet a tort de dire que cette immanence du “cela est” est le seul acte spirituel que nous puissions atteindre(ce qui pourrai être assimilé à la thèse du Vedanta : sac-cid-ananda = être conscience béatitude) car au delà et au dessus du foncteur

1 Ens

est le foncteur :

1 Cat

Qui est l’activité unifiante totale c’est à dire :

l’Un-Bien

Et il n’y a rien au delà ou au dessus, et surtout pas Dieu puisque Dieu est une Idée suspendue à l’affirmation qui la crée, en dessous et en deçà donc du foncteur :

1Ens

Advertisements
This entry was posted in Anthroposophie, category theory, Cochet-Brunschvicg, DIEU, Higher category theory, Higher topos theory, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Physique, Plan vital-plan spirituel, Relativité, Science, mathesis, Science-internelle, Théorie des ensembles (set theory), Théorie des topoi (topos theory). Bookmark the permalink.