Le catharisme, l’idéal platonicien et Mallarmé

Si le catharisme est la tentation et l’erreur de toute démarche spirituelle, alors j’y succombe je l’avoue, et en bonne compagnie encore: celle de Mallarmé , selon cette vidéo, et celle de Simone Weil , qui nous écrase tous de sa supériorité insigne:

A propos des cathares, une lettre de Simone Weil à Déodat Roché

Et bien sûr, cela nous mène à Déodat Roché, grand admirateur de Rudolf Steiner et de l’anthroposophie, et à José Dupré, son disciple, qui a révolutionné récemment l’anthroposophie:

https://laviedelesprit.wordpress.com/2013/02/05/la-revolution-de-pensee-jose-dupre/

Que Simone Weil ait dit “attirée vers” plutôt que “attirée par”, ce qui intrigue le blog de “la dormeuse” (joli nom!) fait référence à l’orientation vers le “plan spirituel” ,” gloire du long désir de l’Idée”…

Mais je sais que je ne tomberai jamais dans le caniveau du gnosticisme , de la théosophieet des sectes et la raison en est double : je serre très fort la main du vieux Brunschvicg et de son rationalisme, et surtout je me colle à la Sévère Mathématique, qui elle, n’est pas du genre comme la Mystique ou la Poésie , voire la Théologie à montrer ses seins pour m’entraîner.. Je ne sais pas trop où…

image

image

image

http://www.poetes.com/ducasse/c2_s10.htm

http://www.inclassablesmathematiques.fr/archive/2014/05/06/o-mathematiques-severes-je-ne-vous-ai-pas-oubliees-5363483.html

http://www.math.univ-toulouse.fr/~monthube/articles/maldoror.html


O mathématiques sévères, je ne vous ai pas oubliées, depuis que vos savantes leçons, plus douces que le miel, filtrèrent dans mon coeur, comme une onde rafraîchissante. J’aspirais instinctivement, dès le berceau, à boire à votre source, plus ancienne que le soleil, et je continue encore de fouler le parvis sacré de votre temple solennel, moi, le plus fidèle de vos initiés. Il y avait du vague dans mon esprit, un je ne sais quoi épais comme de la fumée ; mais, je sus franchir religieusement les degrés qui mènent à votre autel, et vous avez chassé ce voile obscur, comme le vent chasse le damier. Vous avez mis, à la place, une froideur excessive, une prudence consommée et une logique implacable. A l’aide de votre lait fortifiant, mon intelligence s’est rapidement développée, et a pris des proportions immenses, au milieu de cette clarté ravissante dont vous faites présent, avec prodigalité, à ceux qui vous aiment d’aun sincère amour. Arithmétique ! algèbre ! géométrie ! trinité grandiose ! triangle lumineux ! Celui qui ne vous a pas connues est un insensé ! Il mériterait l’épreuve des plus grands suplices ; car, il y a du mépris aveugle dans son insouciance ignorante ; mais, celui qui vous connaît et vous apprécie ne veut plus rien des biens de la terre ; se contente de vos jouissances magiques ; et, porté sur vos ailes sombres, ne désire plus que de s’élever, d’un vol léger, en construisant une hélice ascendante, vers la voûte sphérique des cieux. La terre ne lui montre que des illusions et des fantasmagories morales ; mais vous, ô mathématiques concises, par l’enchaînement rigoureux de vos propositions tenaces et la constance de vos lois de fer, vous faites luire, aux yeux éblouis, un reflet puissant de cette vérité suprême dont on remarque l’empreinte dans l’ordre de l’univers.

(…) Merci, pour les services innombrables que vous m’avez rendus. Merci, pour les qualités étrangères dont vous avez enrichi mon intelligence. Sans vous, dans ma lutte contre l’homme, j’aurais peut-être été vaincu. Sans vous, il m’aurait fait rouler dans le sable et embrasser la poussière de ses pieds. Sans vous, avec une griffe perfide, il aurait labouré ma chair et mes os. Mais, je me suis tenu sur mes gardes, comme un athlète expérimenté. Vous me donnâtes la froideur qui surgit de vos conceptions sublimes exemptes de passion. Je m’en servis pour rejeter avec dédain les jouissances éphémères de mon court voyage et pour renvoyer de ma porte les offres sympathiques, mais trompeuses, de mes semblables. Vous me donnâtes la prudence opiniâtre qu’on déchiffre à chaque pas dans vos méthodes admirables de l’analyse, de la synthèse et la déduction. Je m’en servis pour dérouter les ruses pernicieuses de mon ennemi mortel, pour l’attaquer, à mon tour, avec adresse, et plonger, dans les viscères de l’homme, un poignard aigu qui restera à jamais enfoncé dans son corps ; car, c’est une blessure dont il ne se relèvera pas. Vous me donnâtes la logique, qui est comme l’âme elle-même de vos enseignements, pleins de sagesse ; avec ses syllogismes, dont le labyrinthe compliqué n’en est que plus compréhensible, mon intelligence sentit s’accroître du double ses forces audacieuses, A l’aide de cet auxiliaire terrible, je découvris, dans l’humanité, en nageant vers les bas-fonds, en face de l’ecueil de la haine, la méchanceté noire et hideuse, qui croupissait au milieu des miasmes délétères, en s’admirant le nombril. Le premier, je découvris, dans les ténébres de ses entrailles, ce vice néfaste, le mal ! supérieur en lui au bien. Avec cette arme empoisonnée que vous me prêtâtes, je fis descendre, de son piédestal, construit par la lâcheté de l’homme, le Créateur lui-même ! Il grinça des dents et subit cette injure ignominieuse ; car, il avait pour adversaire quelqu’un de plus fort que lui. Mais je le laisserai de côté, comme un paquet de ficelles, afin d’abaisser mon vol… Le penseur Descartes faisait, une fois, cette réflexion que rien de solide n’avait été bâti sur vous. C’était une manière ingénieuse de faire comprendre que le premier venu ne pouvait sur le coup découvrir votre valeur inestimable. En effet, quoi de plus solide que les trois qualités principales déjà nommées qui s’élèvent, entrelacées comme une couronne unique, sur le moment auguste de votre architecture colossale ? Monument qui grandit sans cesse de découverte quotidiennes, dans vos mines de diamant, et d’explorations scientifiques, dans vos superbes domaines. O mathématiques saintes, puissiez-vous, par votre commerce perpétuel, consoler le reste de mes jours de la méchanceté de l’homme et de l’injustice du Grand-Tout !

Comte de Lautréamont

Advertisements
This entry was posted in Alain Badiou, Anthroposophie, Cochet-Brunschvicg, DIEU, Léon Brunschvicg, Littérature-Poésie, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Platon, Science-internelle and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.