#CochetBrunschvicg 4: le dialogue entre la masse et la lumière

Je poursuis mon exploration de l’extraordinaire livre de Marie Anne Cochet, paru en 1937, pratiquement inconnu aujourd’hui alors que c’est un sommet de la philosophie de tous les temps:

Commentaire sur la conversion spirituelle dans la philosophie de Léon Brunschvicg

La même chose était arrivé au 19eme siècle au philosophe-mathématicien Hoené Wronski, ainsi qu’à son disciple African Spir :

https://apodictiquemessianique.wordpress.com/spir-wronski-et-brunschvicg/

Plus personne n’en parlait , ils étaient devenus des inconnus dans leur propre siècle: je n’ai connu Spirituel que par Brunschvicg, à qui le même genre de mésaventure arrive aujourd’hui, enfin pas tout à fait quand même !
Mais l’on ne pourra jamais assez remercier Internet de remédier à ce silence meurtrier en mettant à disposition en ligne une bonne partie de l’œuvre de ces trois géants de l’esprit. Quant à l’œuvre de Mme Cochet, je m’occupe moi même en ce blog de la diffuser autant que faire se peut, et les articles de ce hashtag serviront sans aucun doute de base à la science “spirituelle-internelle” que j’entends créer ici. L’article précédent du hashtag était:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/09/21/cochetbrunschvicg-3-les-deux-aspects-de-limmanence/

Je poursuis un peu plus loin dans le livre et tombe page 89 sur cette merveilleuse caractérisation philosophique de la physique relativiste du 20 eme siècle (il faut se rappeler que ceci a été écrit avant 1937!!!):

le dialogue mathématique, et physique (mais physique, bien au delà et CONTRE les sens), ce dialogue actuel entre la masse et la lumière, soit, entre la pesanteur et le mouvement, qui est lutte primordiale et interne sous tous les aspects de la densité du réel, ce dialogue, cette lutte, ce duel, sont aux confins existentiels de notre univers, parce qu’ils n’utilisent pas seulement les éléments, comme le docile déterminisme, qui se pliait à leur rythme donné, mais les transforment. Or l’univers transformé par l’homme transformera l’homme à son tour par le retour naturel des forces à leur source spirituelle; et il est impossible de prévoir le résultat de cette double transformation dans laquelle l’humanité est maintenant engagée tout entière

Pensée difficile et énigmatique dont seule la science internelle donnera la clé certaine, une fois qu’elle sera créée toutefois. Rudolf Steiner se hasarde lui aussi à élaborer des prédictions de ce que deviendra l’humanité dans un lointain futur, seulement la différence, qui est celle entre les gourous sectaires et les philosophes-savants , est que lui s’attribue des connaissances certaines sur ce devenir futur, alors que Mme Cochet dit honnêtement :” il est impossible de prévoir le résultat de cette double transformation…”

Je ne puis cependant résister à livrer ici une prédiction de Steiner, qui est la suivante: dans un lointain avenir (si je me souviens bien, dans environ cinq mille ans) la sexualité humaine telle que nous la connaissons actuellement disparaîtra progressivement pour s’établir dans la région du larynx , et la création d’enfants par rapport sexuel cédera la place à la création par la Parole, par le Verbe!!!

Ne reconnaît on pas là une “pensée” proche de ces “visions” de Louis Lambert dans le Roman de Balzac, pensées bien proches d’ailleurs de celles de Marie-Anne Cochet, “Louis Lambert” qui est sans doute le sommet de la “Comédie humaine”:

http://artflsrv02.uchicago.edu/cgi-bin/philologic/getobject.pl?c.88:1.balzacNEW

Les faits ne sont rien, ils n’existent pas, il ne subsiste de nous que des Idées.

XIII.

Le monde des Idées se divise en trois sphères : celle de l’Instinct, celle des Abstractions, celle de la Spécialité.

XIV.

La plus grande partie de l’Humanité visible, la partie la plus faible, habite la sphère de l’Instinctivité. Les Instinctifs naissent, travaillent et meurent sans s’élever au second degré de l’intelligence humaine, l’Abstraction.”

Il existe trois mondes : le NATUREL, le SPIRITUEL, le DIVIN.

L’Humanité transite dans le Monde Naturel, qui n’est fixe ni dans son essence ni dans ses facultés. Le Monde Spirituel est fixe dans son essence et mobile dans ses facultés. Le Monde Divin est fixe dans ses facultés et dans son essence. Il existe donc nécessairement un culte matériel, un culte spirituel, un culte divin ; trois formes qui s’expriment par l’Action, par la Parole, par la Prière, autrement dit, le Fait, l’Entendement et l’Amour. L’Instinctif veut des faits, l’Abstractif s’occupe des idées, le Spécialiste voit la fin, il aspire à Dieu qu’il pressent ou contemple.”

Et cette avant dernière (la 21eme, noter qu’il en a 22, autant que de lettres hébraïques ou d’arcades du Tarot)qui rappelle la vision de Steiner (confirmation?)

Aussi, peut-être un jour le sens inverse de l’ET VERBUM CARO FACTUM EST, sera-t-il le résumé d’un nouvel évangile qui dira : ET LA CHAIR SE FERA le VERBE, ELLE DEVIENDRA LA PAROLE de DIEU.

Ceci ne veut il pas dire que le plan vital doit prendre fin dans le Temps (ce que nous avons aussi affirmé ici :le plan vital doit finir puisqu’il est LE FINI)

Mais bien sûr, tout ceci n’est pas de la philosophie, ni de la science…Par contre les pensées de Mme Cochet sont véritablement philosophiques, et nous laissent entrevoir quelques lueurs d’espoir dans ces années depuis 1970 où nous commencons à mesurer combien le règne humain est en train de détruire la Nature: ceci ne doit pas nous effrayer, car Mme Cochet nous dit que notre époque est apocalyptique, comme le développement de la science théorique nous le laisse entrevoir: nous détruisons notre environnement, c’est vrai , Mme Cochet parle d’une étape de “dissolution” opposée à une évolution qui reste à venir et qui va (ira), qui ne peut qu’aller dans le sens d’une spiritualisation profonde de l’humanité.
En opposant la masse à la lumière, Mme Cochet interprète philosophiquement les dernières découvertes de la physique relativiste: seuls les photons , particules de la lumière, sont sans masse, seuls ils peuvent atteindre le mur absolu des vitesses qui est la vitesse de la lumière. Aucun corps matériel (ayant une masse) ne peut atteindre cette vitesse, il lui faudrait pour cela une énergie infinie et une particule ayant une masse qui dépasserait cette vitesse remonterait le temps vers le passé d’après la théorie.

Il n’en a pas fallu plus pour les pseudo-savants ayant le goût du merveilleux et de la science fiction pour inventer de toutes pièces des corps dits “supralumineux” qui permettraient un jour le voyage dans le Temps, vers le passé? Cependant ils n’ont jamais pu répondre à cette objection évidente: si le voyage temporel est possible et doit un jour être pratiqué par les hommes du futur, nous devrions déjà avoir été visités par des “voyageurs temporels” venus du futur. Il y a eu des gens qui ont prétendu être de tels voyageurs, comme John Titor en 2001:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/John_Titor

Mais ces tentatives se sont révélées être des fraudes et des escroqueries.

Les perspectives évoquées par Mme Cochet me semblent et de loin bien plus merveilleuses car elle ne font que parler de ce que notre physique a réellement découvert au 20 eme siècle et pour ma part je vois dans ce dialogue entre la masse et la lumière une “trace” de la dualité entre plan spirituel et plan vital et dans ce troisième monde de la “Spécialité ” de Louis Lambert (ou “monde divin” ), quoique Balzac en parle comme d’une sphère faisant partie du “monde des Idées”, une solution au problème du lien unificateur entre élément-être et élément-savoir , solution que j’ai cherché dans les foncteurs entre topoi:

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2012/04/25/la-loi-de-creation-de-wronski-et-la-theorie-des-categories/

Ne serait ce pas là le sens sublime du “Mystère de la trinité” totalement incompris par l’Islam, et sur lequel se penche un physicien comme Christopher Isham au moyen de la “logique des la vérité partielle” un des principaux ingrédients de la physique des topoi (“topos physics”) : dépasser la dualité entre plan vital et plan spirituel dont nous savons bien combien elle est insatisfaisante pour la Raison ?

Advertisements
This entry was posted in Anthroposophie, Cochet-Brunschvicg, DIEU, Europe, Higher topos theory, Léon Brunschvicg, Littérature-Poésie, Matti Pitkanen-TGD, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Physique, Plan vital-plan spirituel, Platon, Relativité, Science, mathesis, Science-internelle, topos physics and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.