Charles Gave sur TV Libertés : ce qu’est le libéralisme

ZOOM – CHARLES GAVE :”L’ETAT VOUS MET EN ESCLAVAGE !”

Cette vidéo est intéressante pour trois raisons surtout:

– redonner une idée exacte de ce qu’est le libéralisme qui est d’ordre juridique plutôt qu’économique : il s’agit d’assurer l’égalité de TOUS devant la loi et la Justice.

-à mi vidéo environ : il rappelle qu’immédiatement après guerre existaient deux discours, et donc deux projets, très différents pour fonder l’Europe: celui du pape Pie XII et de quelques autres, qui en gros consistait à revenir à la situation de 1250, avec le principe de subsidiarité et un rôle central de la papauté en cas de problème dépassant la compétence des États.
Et celui de Jean Monnet, projet antidémocratique consistant à faire disparaître les nations pour les remplacer par la “nation européenne”.

C’est ce deuxième projet qui a gagné, porté par des gens comme Delors et Trichet.

Le terme de “nation européenne” rappelle le livre de Julien Benda “Discours à la nation européenne” que j’ai déjà cité car je l’apprécie énormément :

http://classiques.uqac.ca/classiques/benda_julien/discours_nation_europeenne/discours_nation_europeenne.html

Seulement les perspectives sont très différentes : le projet de Julien Benda est spirituel, comme on le voit au dernier chapitre où il déclare que la réalisation de l’Europe sera un “moment de la réalisation de Dieu dans le monde”:

Commentez l’aveu de ce docteur , déclarant cyniquement que le patriotisme, c’est « tout l’amour qu’on a pour soi-même, pour ses parents et pour ses amis », c’estàdire toujours pour soi-même. Et dénoncez cette fausse abnégation sous tous les beaux noms qu’elle sait prendre. Dénoncezla singulièrement sous le nom d’esprit de famille. Montrez que, là aussi, l’individu renonce l’orgueil du moi pour son compte personnel, mais qu’il le récupère au centuple dans le groupe au profit de quoi il l’abandonne et qu’il dresse, gonflé d’arrogance, contre les autres groupes. Destructeurs de l’esprit qui sépare, attaquez le fond du mal : attaquez la primordiale volonté de l’homme de se poser dans le distinct ; attaquez sa science, sa ruse diabolique à paraître abdiquer cette passion par l’acte même où il l’affirme le plus sûrement.
Mais attaquer cette passion, c’est, ditesvous, attaquer la vie même, le ressort même de l’existence. Exister, c’est être distinct.
En effet, l’Europe sera un certain renoncement de l’homme à lui-même, une certaine défection de sa part à l’existence sous le mode réel. C’est pourquoi l’Europe trouve ligués contre elle tous les fanatiques du réel — singulièrement l’artiste — , tous les sectaires du monde sensible, comme jadis les trouva ligués la nation, parce qu’elle était moins réelle que la province, moins concrète que le village. L’Europe sera éminemment un acte moral, si la moralité consiste, pour l’Être, à cesser de se penser sous le mode du réel, du distinct, du fini, pour se penser sous le mode de l’infini ou du divin….

…C’est là qu’il vous faudra faire tout autre chose que ce que firent les ouvriers de la nation. Ceuxci ont invité les hommes à renoncer le sentiment de leur distinction dans l’intérieur du groupe qu’ils voulaient faire, puis à arrêter ce mouvement à la frontière de ce groupe, pour lui rendre la distinction avec toute l’énergie dont ils l’avaient renoncée pour leurs individus. Vous devrez, vous, les exhorter à prolonger ce mouvement, à considérer la frontière européenne comme n’étant qu’une immobilité illusoire dans une évolution qui ne saurait s’interrompre, semblable à l’un de ces cercles concentriques que l’erreur de nos sens solidifie à la surface d’une onde dont le progrès vibratoire ne connaît pas l’arrêt. L’Europe n’aura de portée morale que si, loin d’être une fin à ellemême, elle n’est qu’un moment de notre retour en Dieu, où doivent sombrer tous les distincts, avec tous les orgueils et tous les égoïsmes…

…Dites, d’ailleurs, à l’Europe que, ne fûtce que pour l’intérêt de son être matériel, elle ne doit pas s’arrêter à ellemême, s’enclore dans un nationalisme à la deuxième puissance. Montrez lui l’exemple de Rome, qui a péri le jour où elle a contrarié le principe extensif dont elle se nourrissait depuis des siècles et où elle a refusé aux Barbares de s’insérer dans son orbite. L’Empire serait peutêtre encore debout et deux mille ans de tuerie eussent été épargnés aux hommes s’il eût franchement accordé le droit de cité, comme sa loi le lui commandait, aux Goths et aux Allemands

Seulement la différence est qu’aujourd’hui les Goths et les Allemands, et leurs dieux et déesses ont été remplacés par des musulmans, qui viennent avec un Livre Saint appelant au jihad et un dieu psychopathe et sanguinaire, donc l’Europe ne peut pas les intégrer sous peine de mort immédiate. Cela n’empêche pas que la réalisation de Dieu dans le monde consiste pour les individus comme pour les groupes à devenir moins ou plus du tout charnels, c’est à dire comme le dit Jean-Michel Le Lannou à se libérer de l’amour du fini en renonçant à la finitude et à la mort , c’est à dire en s’émancipant du plan vital pour gagner le “Royaume des cieux” ou plan spirituel-internel:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/05/25/expose-de-jean-michel-le-lannou-sur-brunschvicg-la-puissance-de-lidee/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/06/25/jean-michel-le-lannou-un-temple-pur-leon-brunschvicg-lecteur-de-spinoza/

Par contre le projet européen actuel est de portée purement politique et économique, c’est à dire restreint au plan vital, à la cité , à César, au “vivre ensemble” ; dans ce contexte il est stupide de se réclamer de la “nation européenne” pour qu’elle remplace les autres nations européennes, sauf pour des raisons d’efficacité qui, c’est le moins qu’on puisse dire face à la crise actuelle, n’ont pas l’air d’être très .. évidentes!

De même le libéralisme que vanté Mr Gave est limité au plan vital : quand il rappelle les “paraboles évangéliques” pour appuyer le libéralisme, il les interprète mal, au niveau du plan vital alors que TOUTES les paraboles de l’évangile prennent à rebours la logique du plan vital parce qu’elles s’appliquent au plan spirituel, en cherchant à faire comprendre aux disciples que cet “autre plan” existe et qu’il est régi par une autre logique que le Monde : exemple si l’on partage les biens spirituels, ils ne diminuent pas mais augmentent…c’est la différence avec un gâteau !
Julien Benda introduit d’ailleurs son dernier chapitre avec un verset de Saint Jean : “il faut que vous naissiez de nouveau”

-enfin, last but not least, mais là nous revenons dans l’orbe de la cité et de la chair, de César donc, il parle de La récente élection américaine pour dire une vérité profonde : TRUMP a été élu parce qu’il représente le peuple, les “petits” , les modestes, face à la ploutocratie des banksters et escrocs, les Greenspan , Blankfein et autres Soros , qui se sont emparés, à la place de César, de la monnaie pour la manipuler et s’enrichir sans risques. Nous avons là les germes des prochains séismes… une fois DAESH disparu car il va disparaître grâce à la collaboration étroite Trump-Poutine..

Advertisements
This entry was posted in Christianisme, Coran, Crise migratoire, DIEU, Europe, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Plan vital-plan spirituel, Religions, Science-internelle and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.