Carl Dreyer : VAMPYR (1932), un étrange et admirable chef d’œuvre

Film ici avec sous titres en anglais:

Ce commentaire est juste, et intéressant, comme toujours sur le site “Ciné-club de Caen”:

https://www.cineclubdecaen.com/realisat/dreyer/vampyrouletrangeaventurededavidgrey.htm

Mais quel est donc le sens de ce thème de légendes, que le site ci dessus appelle “païen ” , du vampire?

Le vampire représente l’être humain qui ne consacre son existence qu’au plan vital, et à ses pulsions de possession des choses et des êtres, en ignorant et méprisant totalement le “royaume des cieux” , ou plan spirituel des Idées; c’est l’être humain anti-spirituel par excellence. Son but (dans la fable, mais nous verrons plus loin qu’il y a sans doute un élément de réalité dans ces histoires) est de rester indéfiniment sur Terre, dans le plan vital, en volant l’énergie vitale des vivants , en buvant leur sang, on se souviendra de la parole de Méphistophélès dans “Faust”: ” le sang est un suc très particulier”. Sang et sperme (appelé parfois “le sang blanc”) symbolisent le plan vital, plan des générations successives. La “vie éternelle” recherchée par le (ou la, dans le film de Dreyer c’est une vieille femme, Marguerite Chopin) vampire est une “parodie satanique” de la vie éternelle dont parlent les évangiles, qui a été elle même mal comprise par les “croyants”, comme une vie perpétuelle de l’âme (de la conscience individuelle) “après” la mort. Mais se représenter l’éternité comme une durée parpétuelle, c’est se représenter le plan spirituel (l’axe vertical de La Croix) sur le modèle du plan vital, du “monde”: c’est justement viser le même “idéal” que le vampire, celui d’une “survie indéfiniment continuée de la conscience individuelle” . C’est là vouloir connaître le même destin que les “damnés” que sont les vampires aux yeux de l’Eglise, car une telle prolongation perpétuelle de la survie consciente est une sorte d’enfer, et de damnation. Aussi le vampire est il représenté comme une âme damnée rencontrant un immense malheur, une malédiction qu’il doit se lever de son cercueil chaque nuit pour aller boire le sang des vivants et revenir avant le chant du coq pour se coucher dans son cercueil et y passer les heures du jour. La lumière (du soleil) est son ennemie, parce qu’elle symbolise l’intellection, la compréhension qui donne accès à la vie spirituelle, qui est ce que le vampire hait par dessus tout, son domaine de prédilection est celui des instincts de possession des âmes humaines et de violence brutale faite aux innocents pour les mordre à la gorge et boire leur sang. Cette morsure est contagieuse, les victimes mordues par le vampire deviennent vampires à leur tour , comme les victimes des Zombies deviennent zombies ou “morts vivants ” à leur tour dans “World War Z” ou les films de la série “La nuit des morts vivants” :le sens de tout cela est que le plan vital en tant que “nuit des instincts sanglants et sexuels” s’opposant à la Lumière Sainte du Jour de la Raison et de l’Intellect , ce plan de l’obscurité donc est ennemi de la Lumière, qui est pour lui un danger d’anéantissement, car il suffit d’un seul rayon de lumière pour dissiper les ténèbres, d’un seul éclair de ompréhension pour dissiper l’ignorance . Aussi le prologue de l’évangile de Jean, en lequel Fichte décelait le résumé de toute la philosophie (qui n’est autre que la religion du Verbe, du Logos) oppose t’il la Lumière , qui s’identifie au Christ, aux ténèbres, au monde :

http://www.ndweb.org/recit/Prologue-st-Jean/Prologue-de-saint-jean.pdf

https://www.aelf.org/bible-liturgie/Jn/Evangile+de+Jésus-Christ+selon+saint+Jean

“04 En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;
05 la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée…

…09 Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.
10 Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu….

…12 Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom.
13 Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.”

Résumons : la Lumière, le Logos, le Christ, sont opposés au monde (plan vital ) , au sang, à ce qui est né de la chair et non de l’Esprit. Aussi le vampire est il considéré comme l’ennemi de la Lumière, du Christ, son “royaume” est la Nuit de la “volonté charnelle” , du sang , de la “race” ;il faut comprendre la parole de Satan dans Faust de manière tout à fait littérale, puisque la lettre s’oppose à l’esprit : “le sang est un suc tout particulier” signifie qu’il est le suc de ce qui est “particulier” de la race qui se transmet par la génération , particulier qui s’oppose à l’universel,( qui est le domaine du divin).

Telle est la signification du fait que dans ces fables, un des moyens de mettre en fuite le vampire est de lui montrer un crucifix. Par contre je ne sais pas pourquoi une gousse d’ail le met en fuite (y a t’il même un sens caché là dedans?) ni pourquoi il faut lui enfoncer un pieu de fer dans le cœur pour mettre fin à son “existence démoniaque”.
Par contre il me semble que la particularité des vampires de ne pas avoir d’image dans le miroir possède un sens secret facilement compréhensible : le miroir évoque l’idée de la “réflexion de la lumière” or le mot “réflexion” prend un autre sens bien connu : celui de “réfléchir” c’est à dire de penser soigneusement en examinant à fond les idées qui nous viennent à l’esprit. Ludovic Robberechts, dans son livre “Essai sur la philosophie réflexive” (où il aborde la pensée de Lagneau, Lachelier, Brunschvicg, Nabert) voir:

http://principiatoposophica.blogg.org/ludovic-robberechts-essai-sur-la-philosophie-reflexive-a116603774

Dit que la seule méthode du spinozisme est la réflexion. J’ai suffisamment insisté ici sur le fait que cette philosophie réflexive , issue de Spinoza, qui est celle de ces grands spirituels français que sont Lagneau, Lachelier et Brunschvicg, est la seule voie qui puisse mener la conscience humaine (à condittion qu’elle consente à une ascèse très dure visant à la chasteté , à la sobriété et à la pauvreté en Esprit ) au “royaume des cieux” , ou plan spirituel, après une “nouvelle naissance” qui seule ouvre la porte du “Royaume”, seconde naissance non plus charnelle mais spirituelle évoquée par le Christ dans l’Evangile ainsi que dans la philosophie de Brunschvicg :

https://unedemeuresouterraineenformedecaverne.wordpress.com/le-salut-est-au-prix-dune-seconde-naissance-qui-seule-ouvre-le-royaume-de-dieu/

Le vampire quant à lui connaît aussi une seconde naissance, une “initiation” parodique et démoniaque, consistant à “mourir sans mourir” et à continuer à vivre d’une “vie” atroce, pour une durée perpétuelle, avec cette malédiction de devoir boire le sang des vivants. Seulement ici toute compréhension à été interdite du fait que l’on confond mort physique et mort initiatique , cette dernière coïncidant justement avec la “seconde naissance spirituelle et initiatique” qui ouvre le “plan spirituel” à la conscience en la libérant complètement du plan vital. Mais évidemment cette naissance ne peut se produire que pendant la vie, à la mort physique, vampire ou pas, tout prend fin et si la seconde naissance n’a pas été gagnée, toute l’existence est perdue : c’est comme si l’individu avait vécu pour rien.
Aussi il me semble qu’il faut chercher derrière le mythe des vampires des cas de pseudo-initiations bien réelles de personnes bien vivantes et prenant le contrepied satanique de l’initiation réelle, qui consiste à établir la conscience sur le plan de l’Idée et à la libérer de l’emprise du plan vital, c’est à dire du sexe et du goût du meurtre (qui vont de pair, contrairement à ce que croyaient dans les années 60 les hippies drogués au haschich et les gauchistes libertaires drogués eux aussi, mais à une idéologie fumeuse : “faites l’amour pas la guerre ” est un slogan imbécile, les guerres dureront tant que les gens feront l’amour, ou qu’ils croieront à des dieux à noms propres interdisant que l’on adore les dieux appelés autrement, autant dire…longtemps). René Guénon emploie le terme de contre-initiation et de contre-initiés mais comme je ne suis pas un guénonien pur jus, je m’abstiendrai d’entrer dans ce genre de considérations. Il a dû exister en Europe, avant la période moderne (et même relativement récemment, prenez le cas de l’affaire des poisons sous Louis XIV avec ce climat de sorcellerie et de magie noire, au siècle de Descartes tout de même : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_poisons)
de ces initiations “sombres” et basées non sur la claire lumière de l’Intellect mais sur des cérémonies sanglantes et fondées sur la contrainte , la “magie sexuelle” et la terreur “sacrées” où les “initiés” éprouvaient un surcroît de “puissance vitale” au moyen du viol de vierges terrorisées ou de sacrifices humains, en s’aspergeant du sang des victimes. De telles occurrences sont recensées dans les “Curiosa” des bibliothèques maudites et sentant le soufre, ou dans de vieux manuscrits rongés par les vers où les mites. Elles se produisent encore de nos jours dans certains pays africains, où des “hommes-léopards” ou bien des “hommes -crocodiles” (c’est à dire des “initiés” d’ordres secrets et rituels prenant ces animaux comme leurs totems) attaquent des personnes isolées et les assassinent de façon atroce, les découpant en morceaux et s’aspergeant de leur sang . Les fables de vampires doivent avoir été inspirées par de tels crimes “rituels” , s’étant déroulés il y a très longtemps dans les sombres forêts qui formaient la plus grande partie de NOTRE Europe, et où les légions Romaines avaient fort à faire face aux hordes barbares ) ce n’est que beaucoup plus tard que la confusion s’est introduite dans ces vieilles histoires, et que l’on en est venu à croire que ces initiés démoniaques étaient réellement et physiquement morts avant de commettre leurs crimes, et non pas seulement “morts cérémoniellement”.Prenez encore le cas de pseudo-initiations se déroulant encore à l’heure actuelle, dans certaines sectes peu connues, ou même dans certaines loges maconniques: c’est un secret de Polichinelle que la plupart des gens qui cherchent à se “faire initier” dans ces loges le font sans aucune intention spirituelle, mais pour connaître des “frères” hauts placés qui les aideront à gravir l’échelle professionnelle, sociale, voire politique.. le principe est toujours le même, que ce soit le chamane d’Europe centrale affublé de peaux d’ours ou d’aurochs, le sorcier africain vêtu de peaux de léopards, le “vampire” imaginé par des conteurs, ou bien le cadre moderne et dynamique venu chercher à étoffer son “carnet d’adresses” dans telle loge ou “ordre initiatique ” : on confond plan vital et plan spirituel , accroissement de puissance temporelle et découverte de la Sagesse permettant de sonder le sens de l’existence. C’est exactement le même mécanisme qui se cache derrière ces “spiritualités” souvent exotiques et à base depostures et de respirations mystérieuses, voire de “séminaires tantriques pour couples seulement”, qui vous promettent que vous vous sentirez “mieux dans votre peau” ( ce n’est pas bien difficile de tenir ce genre de promesse, étant donné que la plupart des pauvres hères qui frappent à la porte sont souvent au bord du suicide par suite de la désespérante vacuité de la vie moderne).
On doit d’ailleurs s’interroger sur cette vogue soudaine, il y a quelques années, des histoires de vampires (films, livres pour jeunes générations, ou “teens”) , en Amérique du Nord principalement , et il me semble que cela dure encore actuellement , témoin cette “série télévisée”:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Vampire_Diaries

Le folklore du cercueil et des gousses d’ail, un peu pesant, a disparu (encore que je me trompe peut être , n’ayant jamais été voir de telles inepties) mais il n’est pas difficile de voir ce qui se cache derrière cette façade : c’est le sexe et les histoires d’amour, tout simplement. Disons qu’il s’agit d’un relookage version “hémoglobine ” des bons vieux feuilletons des familles : “Janique aimée” dans les années 60, “Hélène et les garçons” 30 ans plus tard, et maintenant : ” Vanessa et les buveurs de sang” (???). On n’est pas sérieux quand on a 17 ans…

D’un tout autre poids est ce film sorti en 1974 et passé totalement inaperçu à l’époque, qui réactualise complètement le mythe du vampire :

” Death dream” (Le mort-vivant) :

https://unedemeuresouterraineenformedecaverne.wordpress.com/2016/11/08/deathdream-dead-of-night-v-o-1974/

Un film de la catégorie “épouvante” où le vampire est un soldat mort au Vietnam qui revient dans sa famille : mais comme son corps se décompose continuellement, il a besoin de tuer des gens, de prendre leur sang avec une seringue et de se l’injecter en intra-veineuse. Il faut maintenant avoir fait des études à la fac de médecine pour se lancer dans le job de vampire!! Un film qui fait en tout cas mesurer la blessure profonde que fut pour le peuple américain cette terrible guerre qui prit fin sur le désastre de 1975..

img_1500

img_1501

img_1502

img_1503

Advertisements
This entry was posted in Anthroposophie, Cinéma, Europe, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Plan vital-plan spirituel, Religions, Science-internelle and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.