Fellini :huit et demi (1963) en vostfr

En sept vidéos, la vidéo 1 est ici, les six autres figurent dans la colonne à droite:

Le début extraordinaire, obéissant à une logique onirique, décrit évidemment , avec le spectacle de ce personnage (qui est le réalisateur lui même ) pris dans un embouteillage et commençant à s’asphyxier dans sa voiture , sous le regard indifférent voire hostile des autres automobilistes : la dépression généralisée qui est le lot de l’humanité occidentale selon Baudrillard (qui parle de “fatigue”). L’enfermement dans la carcasse métallique rigide de l’automobile est une métaphore pour l’enfermement en un corps et une psyché (une “âme”) en quoi consiste l’individuation. D’ailleurs le terme de “désindividuation” ou “désincarnation” par lequel je désigne la visée du trajet (ascétique, forcément ) vers la liberté et l’autonomie qui est décrit ici comme la possibilité centrale de l’entité humaine, est un terme qui fait penser à “désincarcération” qui signifie libérer les accidentés de la route de la carcasse de leur automobile pour les emmener à l’hôpital.
Cette possibilité , bien réelle, de l’être humain est l’opposé Absolu du ” Sein -zum-Tod” “être-pour-la mort” de Heidegger . “Il ne faut penser à rien moins qu’à la mort” : telle est la maxime spinoziste que je retiens pour ma part.

Par contre je me refuse à me compromettre avec l’anti-heidegerrianisme de façade, tellement à la mode aujourd’hui, consistant à déceler un crypto-nazisme à l’œuvre dans cette pensée, tout autant qu’avec les spinozistes de façade tendant à tirer Spinoza trop vers le bas, vers le plan vital , comme c’est le cas du gourou de “Nuit debout” , Frédéric Lordon :

http://blog.mondediplo.net/2016-04-25-Nuit-debout-convergences-horizontalite

si nous lisons ses propos, sur le lien ci dessus, l’horizontalité pure qu’il évoque est évidemment le plan vital et je vois bien qu’il tente d’introduire un minimum de verticalité là dedans , en invitant les gens à se “mettre debout ” et donc à ne pas “se coucher” et dormir, ce qui est effectivement le seul “destin” que leur offre l’institution politique mondialisée du Gestell et de l’affairement :je ne prends évidemment pas ici La Défense de l’immonde “Loi Travail ” d’El Khomri , mais si Lordon avait réussi à mettre debout TOUS ces pauvres gens qui ont été abusés et trompés , ça se saurait ! La société française va payer très cher dans les prochaines années , en termes de violence pure, cet échec du beau rêve qui s’est laissé avaler tout cru par le plan vital et a succombé à un sommeil… sans rêves justement, ressemblant fort à la mort (de la gauche) . Et maintenant nous avons le notable de la Sarthe, ancien laquais à la Triste Figure de Sarkozy et BHL , qui vient toucher son dividende , en s’imaginant qu’une purge “à la grecque” va “relancer la machine” , comme disent ces gens là.

La seconde impasse à propos de la pensée de Spinoza , Charybde s’opposant au Scylla vital et “Aufklarungesque” que je viens de décrire, consiste à le tirer trop violemment vers le haut , comme c’est le cas de ces mystagogues inspirés de Constantin Brunner , se perdant dans les rêveries éthérées du “penser spirituel” méprisant les sciences (un peu comme René Guénon)semblables à celles du “Coucouville-dans-les-nuées” d’Aristophane , dont j’ai parlé ici :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/04/constantin-brunner-1862-1937/
à propos des blogs de la mouvance “Philosophie contre superstition”.

Non, là encore, la “voie médiane” entre ciel des rêveries et des “Nuées” d’Aristophane , ou Charybde luciférien “de droite”, et Terre des dormeurs de la République , ou Scylla de la gauche caviardée (plutôt que caviar) , me semble représentée par Léon Brunschvicg dont cette page sur Spinoza est sans doute le “”chemin de sortie” de la forêt ou, nous enferment ces impasses tout autant que les “chemins qui ne mènent nulle part ” du Maître de Fribourg:

https://mathesisuniversalis2.wordpress.com/leon-brunschvicg-sommes-nous-spinozistes/

Le début de “Huit et demi” continue avec une scène de chute libre qui se termine avec l’accrochage du rêveur à la terre (le plan vital ) comme un cerf-volant . Là encore le Maître Absolu n’est jamais bien loin (revanche posthume du Maître venu d’Allemagne ?) comme dans cette vidéo que les âmes sensibles ne devraient pas regarder, pas plus que celle qui vient après car elle conduit à assister à la mort , ou en tout cas à l’accident grave, d’un être humain , dans une âme et un corps, mortels tous deux:

Illégal, qu’on vous dit :

http://www.meltyxtrem.fr/video-du-saut-illegal-en-base-jump-depuis-la-tour-eiffel-a308789.html

mais les “autorités” veillent !

Enfin pas toujours:

J’estime que le dernier mot doit rester à la joie (sinon à la liberté parce que “attrape moi si tu peux” …je m’en méfie quand même un peu):

Advertisements
This entry was posted in Anthroposophie, Cinéma, Léon Brunschvicg, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Plan vital-plan spirituel, Spinoza and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.