Premier contact (Arrival) 2016: excellent et important!

img_1522

img_1523

Je l’ai vu au cinéma, hier soir en rentrant j’ai mis par écrit les idées qui me venaient à l’esprit :

https://ahrimanfaust.wordpress.com/2016/12/15/quelques-liens-pour-un-premier-contact-avec-le-film-premier-contact-arrival/

C’est un film excellent (c’est à dire que l’on passe un bon moment) et important , c’est à dire que l’histoire vous fait réfléchir et peut vous faire changer d’avis sur le monde et l’existence,comme il arrive à la fin du film au général chinois qui se préparait à vitrifier les extraterrestres qui avaient eu l’audace d’atterrir en Chine. Pour ce qui est de mon cas personnel, qui certes n’a strictement aucune importance (c’est même le fondement des thèses avancées ici) voir ce film a provoqué en moi une sorte de bouillonnement intérieur, un peu comme “Before the devil know’s you are dead”, le dernier de Sidney Lumet que j’avais vu dans le même quartier, peut être la même salle, et dont j’étais sorti avec un tel malaise intérieur que je m’étais demandé si je n’allais pas faire la tournée des bars pour me “soigner”, et puis finalement non .. le film de Lumet, sans doute un réalisateur américain plus grand encore que Kubrick, possède une puissance maléfique , ténébreuse et démoniaque que je ne puis comparer qu’à celle de “There Will be blood” de Paul Thomas Anderson. “Premier contact” est doté d’une puissance analogue, mais que l’on ne prend pas comme un direct dans l’estomac, parce que l’on sort du désespérant “humain trop humain” à cause de l’histoire même qui est racontée, l’arrivée de douze vaisseaux extraterrestres dans des zones différentes de la Terre: je peux hélas parfaitement m’identifier à Daniel Plainview ou bien à l’un des deux misérables frères de l’histoire racontée par Lumet, par contre avec les heptapodes , surnommés “Abbott” et “Costello” ,d’après un feuilleton américain , par les deux humains qui tentent de “parler” avec eux, Louise Banks (linguiste, sciences humaines) et Ian Donnelly (physicien théoricien , sciences “dures”) , j’aurais peut être un peu de mal…

C’est un film compliqué, qu’il vaut mieux voir tranquillement en streaming, sur sa tablette ou son PC , qu’en salle, et si l’on choisit cette deuxième éventualité on fera bien de lire d’abord le résumé de l’histoire sur cette page Wikipédia, pour mieux comprendre ce qui se passe :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Premier_Contact_(film)

Donc ce film est pour moi important parce qu’il m’a forcé à réfléchir sur mon propre projet , qui est né ici un peu comme une plaisanterie mais en est venu au fil des semaines à prendre pour moi une importance qui engage ma vie entière , “vue en instantané de la naissance à la mort” selon la conception non linéaire du Temps et du langage qu’expérimente Louise Banks à la fin du film, après avoir appris les rudiments du “langage” des heptapodes (mais ce n’est pas un langage, c’est beaucoup plus, toute la question est là comme nous allons le voir)…je me suis tellement (et si peu, finalement) avancé dans ce projet , que j’ai associé ici à la “Mathesis universalis -Characteristica generalis”de Leibniz aussi bien que de Descartes et avec le “jeu des perles de verre” de Herman Hesse , qu’il me semble que je ne peux plus reculer (est ce là du linéaire ou du non linéaire?) et que si j’abandonnais maintenant, ce ne serait pas la tournée des bars qui pourrait me soigner mais plutôt l’apprentissage accéléré du basejump, mais sous une forme un peu “non conformiste”, sans parachute, depuis l’un des deux endroits que je hais le plus à Paris (la Tour Eiffel et la Tour Montparnasse), ce qui est peut être chez moi le symptôme d’une phallophobie qui ne me situerait pas si loin de ces idiots utiles de l’islamisation : LGBTZ, FEMEN, partisans du “mariage pour tous” et autres “libertins” que je ne cesse de vitupérer…

Or ce film m’a fait prendre conscience de ce que certaines consciences “de gauche”, adeptes de “l’Ombre des Lumières et de l’ Aufklärung” (selon l’expression de l’excellent Régis Debray) pourraient appeler “l’insupportable arrogance” de ce projet ou de ce blog:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/10/09/la-science-du-graal/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/11/02/henri-bergson-affirme-la-possibilite-dune-science-de-lesprit/

Je préfère quant à moi comparer ce projet à une “Belle au bois dormant d’un profond “sommeil dogmatique” dont pourra la tirer peut être un preux Chevalier, comme la méditation de Hume le fit paraît il pour Kant.. l’influence de ce film va en tout cas dans ce sens..venons en donc au fait!

Le lien que j’ai donné hier soir:

https://oblikon.net/analyses/premier-contact-arrival-analyse-explication-de-la-fin-et-incoherences/

est en sept pages (aller à la fin de la page et cliquer sur un des sept chiffres “1234567”) , il fourmille de simplifications grossières mais possède l’avantage de nous introduire directement au cœur du problème qui est : ce langage, que les extraterrestres viennent pour offrir en cadeau à l’humanité , (ce qui occasionne des incompréhensions dangereuses car le même symbole signifie à la fois “arme, ou outil” et “cadeau”), est il un langage ou bien une Science universelle ? sur le modèle donc de la “science internelle des Idées” qui est recherchée ici , comme c’était le cas de la métaphysique en Grèce antique qui était appelée par Aristote “Science recherchée”:

http://www.cairn.info/aristote-la-metaphysique–9782130505419-page-92.htm

Le film de Villeneuve sépare clairement les “chercheurs” en deux équipes, l’une dirigée par le physicien de Los Alamos , Ian Donnelly, celle des “scientifiques durs” (mathématiciens, physiciens ) et l’autre dirigée par la linguiste Louise Banks, celle des “scientifiques soft” pratiquants des “sciences humaines” comme la linguistique , spécialité de Louise Banks, et le scénario donne clairement la prédominance à la seconde équipe : Ian , tombant peu à peu amoureux de Louise , reconnaît que c’est grâce à elle que des progrès importants ont pu être réalisés , il la félicite pour “traiter du langage comme une mathématicienne”, ce qu’elle prend comme un compliment . Pourtant au début , dans l’hélicoptère militaire qui les emmène sur la zone d’atterrissage de l’un des vaisseaux extraterrestres , appelés “coques”, il lui cité la préface de l’un de ses livres (à elle, Louise)disant en gros que “le langage est le principal fondement de la civilisation” et que “le langage est la principale arme d’une communauté ethnique pour continuer à exister” (cette deuxième affirmation est juste) et marque nettement sa différence en affirmant que “le fondement de la civilisation est la Science, pas le langage”… cela dit il me semble qu’il est impossible de créer la Science sans disposer d’abord du langage.
Villeneuve est canadien , dans ce pays qui est aux mains de l’islamo-collabo Trudeau, complice du crypto-musulman Obama et de sa Poutinophobie qui s’apparente de plus en plus à un racisme anti-slave, hélas généralisé en Occident et qui remonte à l’époque d’ Hoené Wronski qui , tout en ne perdant pas une occasion de remercier le peuple français pour l’avoir accueilli comme réfugié (cela nous change agréablement des pseudo-“réfugiés” actuels, qui sont des “touristes sociaux et sexuels”) avait diagnostiqué l’origine métaphysique de ce racisme en France justement, dans le relativisme sceptique de cette époque et la haine de la Vérité (universelle et absolue) qui l’accompagnait et résultait aussi en une honteuse christianophobie, qui existe d’ailleurs toujours et explique la compromission de l’âme française avec l’hitlérisme en 1940-44 et avec l’Islam et la haine contre Israël actuellement, tout comme la Trumpophobie et la Poutinophobie actuellement galopantes à Paris, dans les bars de luxe de la rive gauche, encore plus que dans le “marigot de Washington” que TRUMP, nouvel Hercule, entend nettoyer telles les écuries d’Augias.mais qui viendra nettoyer les écuries parisiennes?

En tant que Canadien , en tout cas, Villeneuve est sans doute conscient que s’il avait suivi l’orientation inverse, à savoir donner la prédominance à Ian Donnelly, un homme, et aux sciences “dures” , il aurait eu de sérieux ennuis et son film n’aurait pas provoqué les réactions favorables qu’il a reçues en majorité paraît il : il aurait eu au cul tous les “progressistes” et “belles âmes” du monde et de St Germain des prés, et Allah sait s’il y en a, et aurait été accusé d’occidentalocentrisme, de racisme, de sexisme, d’homophobie, d’islamophobie et de sionisme , et pour finir de “scientisme” voire de “positivisme”. Quant à moi, je n’étonnerai personne ayant lu mes blogs si je précise que j’aurais suivi l’orientation opposée, non pas pour donner la préférence au masculin sur le féminin, à l’Occident sur les non-Occident , (être sioniste et islamophobe, cela, oui, je l’admets puisque je m’en suis scandaleusement vanté à plusieurs reprises, et cela bien avant les attentats de 2015) , mais à cause des orientations qui sont celles là même de ce blog, rationalistes, spiritualistes et universalistes (trois “gros mots” c’est d’accord). Oui parfaitement je suis universaliste, et non pas identitaire, tout en n’ayant aucun mépris pour les nationalistes ou les identitaires, que je respecte ar admire au contraire énormément, par exemple pour le travail formidable qu’ils accomplissent en secourant les clochards et SDF “blancs” oubliés de tous, à commencer par la “nouvelle gauche ” des think-tank genre “Terranova”. Si j’avais écrit “Les particules élémentaires” à la place de Houellebecq, j’aurais été incapable d’écrire une phrase comme :

“J’aurais bien adhéré au Front National , mais il aurait fallu manger de la choucroute avec des cons…” (par contre je note que cela ne semble guère le gêner de boire de la bière avec des cons). Il est parfaitement possible d’être islamophobe, c’est à dire opposé à l’islamisation globale du monde, sans être identitaire, ni particulariste, mais au nom de l’universalisme de la Raison humaine à l’œuvre dans les sciences (véritables, “dures”), donc contre le pseudo-universalisme des “monothéismes théocratiques”, l’hénologie mathématicienne qui est celle de la Science , duale de l’ontologie comme l’Un est dual de l’être, selon Frank Jedrzejewski:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/11/27/nouvelle-science-internelle-des-idees-comment-proceder/

remplace avantageusement le prétendu “Tawhid” islamique , en unifiant les consciences prenant part à l’œuvre scientifique dans le médium universel de l’intelligibilité et de la compréhension, qui est le plan spirituel-internel et en aucun cas celui du langage car il existe une opposition philosophique célèbre entre le langage comme calcul et le langage comme médium universel, opposition thématisée dans le livre de Martin Kush qui est lisible ici :

https://monoskop.org/images/1/1e/Kusch_Martin_Language_as_Calculus_vs_Language_as_Universal_Medium_A_Study_in_Husserl,_Heidegger_and_Gadamer.pdf

par contre si l’islam unifiait les consciences de ses adeptes en une véritable “oumma” (communauté ) il n’y aurait pas les atroces guerres actuelles (au Nigeria ce sont maintenant des femmes, voire des fillettes qui commettent des attentats suicides sur les marchés) ni cette fracture de plus en plus béante entre sunnites et shiites. L’unification de l’humanité est d’ailleurs le “cadeau” qui viennent offrir les extraterrestres aux humains, et c’est la raison pour laquelle les “coques” atterrissent en douze points différents du globe :pour obliger les peuples à s’entendre et à mettre en commun leurs connaissances sur la Science que viennent leur “offrir” les heptapodes, mais de façon un peu intéressée, car de par leur temporalité dite par Louise “non linéaire” (comme leur “écriture” qui d’ailleurs est plus qu’une écriture) ils peuvent “prévoir” que dans 3000 ans ils auront besoin que l’humanité les “sauve” , s’acquittant ainsi de sa dette). Au fur et à mesure que Louise apprend ce qu’ils persistent tous à appeler un “langage”, son comportement et notamment sa relation au Temps et à l’existence se modifie , ce qui est effectivement est incompréhensible s’il s’agit d’un langage , c’est à dire un système de signes accompagné d’une grammaire destiné à la communication entre êtres vivants, c’est à dire à la transmission d’informations, mais pas s’il s’agit comme je le pense d’une Science universelle donnant directement accès au plan de l’Idée . Une telle Science , qui coïncide exactement avec le projet de “Science internelle ” que je poursuis ici , est plutôt une philosophie, une Sagesse conçue comme Science rigoureuse et mise sous forme mathématique , elle doit donc modifier la relation de ceux qui l’étudient et la comprennent avec le plan vital donc avec le Temps vital…Donc pourquoi seulement Louise? Mais cette modification doit être purement intellectuelle sinon on rentre dans le domaine de l’occultisme comme c’est le cas du film, que l’on en juge par l’exemple de la fin: Louise a une “vision” de ce qui se passe 18 mois plus tard dans le futur, elle rencontre le général Tchang qui l’a félicité de l’avoir appelé sur son téléphone mobile et de l’avoir fait changer d’avis en lui citant les dernières paroles de son épouse avant de mourir, paroles rappelant la vanité de toute guerre . Louise lui dit alors qu’elle n’a pas pu l’appeler puisqu’elle ne connaît pas son numéro . Qu’à cele ne tienne lui dit il alors dans cette vision d’avenir , et il lui donne ce numéro. Fin de la vision, on revient à Louise 18 mois avant, le jour du départ des heptapodes, alors que la guerre mondiale menace :cette vision lui a donné l’idée de ce qu’il faut faire, appeler le général avec un portable qu’elle emprunte subrepticement , et c’est ainsi qu’elle parvient à le faire changer d’avis et à sauver la paix.

Nous avons ici affaire à une transmission d’information de l’avenir vers le passé, ce qui est absolument impossible, tout comme la transmission de matière de l’avenir vers le passé (le “voyage temporel” vers le passé) d’après la physique relativiste. Ian Donnelly , le physicien, se demande souvent si les vaisseaux extraterrestres ne voyagent pas “plus vite que la lumière” , ce qui impliquerait effectivement qu’ils voyagent de l’avenir vers le passé. Mais nous entrons là dans une zone à haute teneur “occulte”,voire “occultiste”, le registre du “supraluminique” , et tout ce que nous pouvons dire est purement spéculatif, consistant à étendre la validité des équations de la Relativité à un domaine où elles n’ont peut être plus de sens (il est vrai que si nos ancêtres avaient réagi ainsi face aux équations du second degré sans solutions “réelles” , l’humanité n’aurait peut être pas découvert les nombres complexes) . Mais revenons au scénario de la fin : il implique de plus l’unification de l’humanité , qui était le projet des extraterrestres en venant sur Terre, et en transmettant leur Science du plan des Idées, seul universel, elle est assurée car la Chine décide de livrer les données qu’elle a reçues de “ses” extraterrestres, encourageant ainsi la mise en commun générale des données reçues par les douze pays visités . Les heptapodes avaient donc envoyé douze vaisseaux différents non pas pour diviser, comme le croient les militaires, mais pour unifier, et unifier non par la contrainte (comme c’est le cas des religions voulant forcer toute l’humanité à vivre selon la “loi de Dieu”)mais en encourageant les différents pays à mettre en commun leurs données dans un “jeu à somme non nulle”, où tout le monde peut gagner : c’est typiquement l’un de ces jeux que Marie Anne Cochet placé sous le signe des hommes de l’Esprit , même si ici il ne s’agit pas d’humains, voir:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/11/20/cochetbrunschvicg-11-trois-types-detres-humains-et-trois-sortes-de-jeux/

et le jeu des perles de verre, celui du roman de Herman Hesse, auquel j’identifie la Science internelle, est l’un de ces jeux où la victoire est celle de l’Esprit , et non celle d’un individu ou d’une communauté particulière.
Le nombre de douze vaisseaux fait évidemment allusion aux douze apôtres du Christ, au christianisme des premiers Temps donc, autre tentative de spiritualisation de l’humanité mais qui n’a pas tourné aussi bien, sans doute à cause de l’absence d’une Science internelle véritable et de la mathématique sur laquelle elle s’appuie , c’est à dire la théorie des catégories en dimensions supérieures ou infinies . Là encore, l’ambiguïté demeure entre langage et Science , j’ai ainsi évoqué ici :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/03/highertopostheory-7-larchitecture-des-mathematiques/

l’article d’une mathématicienne spécialiste de cette “higher category theory”, Eugenia Cheng, qui se je ne m’abuse est une femme, d’origine chinoise même si elle est peut être américaine , qui voit dans cette théorie “la mathématique des mathématiques” , une position assez proche de celle de la philosophe Elaine Landry qui elle parle de la théorie (classique) des catégories comme du “langage des mathématiques”:

http://philosophy.ucdavis.edu/people/emlandry/elaine-landry/2CategoryTheoryTheLanguage.pdf

http://cheng.staff.shef.ac.uk/misc/4000.pdf

Mais pourquoi faut il à mon avis tracer une ligne de séparation rigoureuse entre langage et Science ?
Parce que le langage, tout langage est de l’ordre du plan vital , il est donc ambigu comme le vie et l’on s’en rend bien compte dans le film où un même glyphe peut vouloir dire “arme” ou “cadeau” , ce qui est souvent le cas dans les langues anciennes comme le sanskrit ou l’hébreu. Comme le dit Brunschvicg à propos de la distinction des deux plans:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/

“le propre de l’esprit est de s’apparaitre à lui même dans la certitude d’une lumière croissante, tandis que la vie est essentiellement menace et ambiguïté. Ce qui la définit c’est la succession fatale de la génération et de la corruption.”

et dans la suite, il parle, comme Marie Anne Cochet , de Présent éternel et non pas de Temps non linéaire ( notion que l’on retrouve chez Raymond Abellio, qui parle de Temps vu non plus en succession mais en simultanéité , et renvoie à Husserl à ce sujet):

Le problème est dans le passage , non d’aujourd’hui à demain, mais du présent temporel au présent éternel. Une philosophie de la conscience pure, telle que le traité de Spinoza « De intellectus emendatione » , en a dégagé la méthode, n’a rien à espérer de la vie, à craindre de la mort. L’angoisse de disparaitre un jour, qui domine une métaphysique de la vie, est sur un plan; la certitude d’évidence qu’apporte avec elle l’intelligence de l’idée, est sur un autre plan

Ce qu’apporte la nouvelle compréhension intellectuelle donnée par la Science internelle, ce n’est pas des visions de l’avenir, qui ne sont rien d’autre que des calembredaines occultistes, mais l’accès au Présent éternel, c’est à dire au monde des Idées grâce à la prise de conscience du caractère illusoire du Temps, à cause du caractère illusoire , relatif aux individualités multiples, du plan vital, du monde , face à l’Absolu du plan spirituel-internel. Le rationalisme est préservé et l’occultisme est évité même s’il s’en faut de peu en apparence.

Quant à l’hypothèse de Sapir- Whorf , explicitement mentionnée par Louise et Ian dans le film, et au relativisme moralement intolérable qu’elle entraîne, elle est répudiée par toute Raison, comme étant incompatible avec l’existence d’une Science universelle (existence constatée quotidiennement, même s’il ne s’agit pas encore d’une Science internelle -spirituelle):

http://asl.univ-montp3.fr/e41slym/Hypothese_Sapir_Whorf_avril2008.pdf

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Hypothèse_de_Sapir-Whorf

Si elle était vraie, elle placerait le plan spirituel sous la domination et la dépendance du plan vital , l’universel sous la prédominance des particularismes ethniques, religieux , culturels et langagiers …
Mais au fait qu’est ce qu’il y a des condamnable dans l’occultisme et sa façon de s’affranchir de la rationalité et de la Science ? Rien d’autre que le fait de ne pas maintenir la séparation rigoureuse entre plan vital et plan spirituel. C’est là le “péché contre l’Esprit” dans lequel tombe et se perd hélas le scénario du film de Denis Villeneuve : lorsque Louise est soumise à ce qu’elle prend pour une “vision du futur” , encouragée d’ailleurs en ce sens par son interlocuteur extraterrestre, elle transcrit en fait un accès direct au monde spirituel des Idées dans le langage du plan vital et de ses sensations ou sentiments…c’est la raison pour laquelle le scénario contredit à la fin la théorie de la Relativité , en impliquant une transmission d’information (celle du numéro de téléphone mobile du général Tchang par Louise dans sa vision de l’avenir vers Louise dans le présent, le passé relativement à la vision de l’avenir même s’il n’y a pas envoi de signal, mais simple remémoration de l’avenir par Louise dans le passé , ici l’on peut dire que le signal transmettant l’information c’est la mémoire, qui agit ici de façon inversée, se souvenant de la vision d’avenir dans le passé, il reste qu’il y a bien une influence causale de l’avenir dans le passé , et ceci est incompatible avec l’existence d’une Science physique, car si on devait prendre en compte de possibles influences de l’avenir, où s’arrêterait on ? L’avenir est par définition indéterminé…
Ce n’est que dans le médium du plan spirituel que les consciences, humaine ou extraterrestres, peuvent s’unifier totalement, ce qui est le sens de l’Amour. Ce n’est ni dans le Temps ni dans l’espace, donc pas dans l’Espace-temps, qui est la forme mathématique du plan vital . À la fin du film, la relation entre humains et extraterrestres est remplacées par la relation amoureuse entre Ian et Louise, qui conduira à la naissance d’une fille : Hannah , un nom à forme palindrome, pouvant se lire dans un sens comme dans l’autre comme les glyphes, appelés logogrammes parce que transmettant un sens plutôt que représentant un son, de la Science des heptapodes. Au fond, c’est donc à la victoire du plan vital des générations successives que nous assistons lors de cette fin: le film , pour résumer , raconte l’arrivée sur Terre d’une espèce plus évoluée intellectuellement et spirituellement, ayant créé une “Science internelle ” donnant accès au monde des Idées , et qui offre gratuitement cette Science en cadeau à l’humanité pour lui permettre de s’unifier dans la liberté et de devenir autonome et créatrice , évitant ainsi le suicide collectif auquel la conduit une conception matérialiste , vitale, psychique , et langagière de la Science qu’elle possède déjà ainsi que les reliquats, hérités du passé antique d’avant la Science, des “religions ethniques” , enlisées dans le plan vital. Sera t’elle capable d’utiliser cette Science spirituelle -internelle , qu’elle n’a pas créé elle même, pour enfin se libérer totalement de l’emprise du plan vital et de l’esclavage du Temps et du Maître Absolu : la Mort ? La question reste en suspens bien sûr ! Elle est au fond la même que celle qui termine “La Montagne magique” de Thomas Mann :

http://ebook-gratuit-francais.com/auteur/thomas-mann/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/10/22/cochetbrunschvicg-6-la-conversion-de-la-chair-a-lesprit-dans-le-temps-hermetique/

De cette fête de la mort, elle aussi, de cette mauvaise fièvre qui incendie à l’entourage le ciel de ce soir pluvieux, l’Amour s’élèvera t’il un jour ?

autre lien sur le film, plus centré sur la personnalité de Denis Villeneuve:

http://blog.francetvinfo.fr/popup/2016/12/07/quatre-choses-a-savoir-sur-premier-contact-le-film-ovni-de-denis-villeneuve.html

img_1524

img_1525

img_1526

img_1527

Advertisements
This entry was posted in Cinéma, Husserl, Léon Brunschvicg, Leibniz, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Phénoménologie, Platon, Science-internelle and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.