#ScienceInternelle 1 : scientia generalis , Mathesis universalis, calculus ratiocinator, universal logic  ou “universal language” ? 

Revenons à ce film “Premier contact” (Arrival) à propos duquel j’ai écrit ceci:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/16/premier-contact-arrival-2016-excellent-et-important/

Il n’y a pas que moi qui ai flashé, apparemment :

http://21stcenturywire.com/2016/11/15/arrival-2016-the-films-secret-meaning-explained/

https://mic.com/articles/159320/arrival-review-amy-adams-alien-movie-is-an-overwhelming-ode-to-language#.dN3Nk8x1K

http://www.businessinsider.fr/us/alien-language-in-arrival-linguist-2016-11/

L’article suivant l’oppose à Gravity , que j’ai aussi beaucoup apprécié :

http://www.salon.com/2016/11/15/the-anti-gravity-what-arrival-gets-right-that-sandra-bullocks-space-odyssey-didnt/

On peut aussi le comparer à 2001 de Kubrick et ce pour moi à l’avantage du film “Arrival”: au moins les extraterrestres du film de Denis Villeneuve jouent franc jeu , ils ne transmettent pas une mystérieuse influence au moyen de non moins mystérieux monolithes noirs , quoique leur sens soit expliqué ici de manière satisfaisante à mon sens (j’avais critiqué le philoblogzophe pour sa nazification de Heidegger, mais là ça va ):

http://skildy.blog.lemonde.fr/2007/09/19/kubrick-signification-du-monolithe-de-2001/

Enfin ça va.. mis à part le cliché sur la domination de l’homme blanc… comme si ceux ci avaient caché un trésor, une cassette secrète grâce à laquelle ils auraient opprimé les bons “chromatodermes” … seulement ce qui s’est passé en réalité c’est qu’une civilisation, européenne puis occidentale, “blanche” de manière purement contingente, a créé la Science, d’où est issue la technique industrielle et militaire moderne… mais l’analyse du philoblogzophe est fort intéressante, notamment dans son interprétation de la fin de 2001:

“L’homme sort vainqueur de la confrontation. Apparemment seulement car, en réalité, il s’incorpore à ce point ses propres inventions qu’il finit par muter en devenant un voyageur temporel. Il avait déjà perdu ses racines terrestres et spatiales. Il perd maintenant ses racines « biographiques » et temporelles.

Il devient alors comme le pur regard d’une bulle ou d’un oeuf embryonnaire spatial sans aucune descendance possible. Telle est la dernière étape du processus de Monolithisation”

Ce qui est décrit là et jugé comme “désolant” (par la philoblogzophe) c’est la fin du “séjour” de l’homme comme habitant limité au ” plan vital” , au “Village” du feuilleton “Le prisonnier”, ce qui consiste au fond à aller de ci de là sur notre mère la Terre en se procurant les ressources vitales nécessaires à la survie, sans oublier d’engrosser autant de femelles que possible pour continuer l’espèce (Heidegger justement appelle cela “le berger de l’Etre” mais je suis ici déloyal, il y a aussi la poésie ) et la spiritualisation complète : entendons nous, pour vivre de la vie spirituelle, il faut bien continuer à vivre dans le monde, sur Terre donc pour ce qui est de l’homme, “spiritualisation” ne signifie pas aller vivre d’amour et d’eau fraîche en un quelconque “Ciel” ou “jardin paradisiaque”…

Marie Anne Cochet , à la pensée de laquelle je consacre ici le hashtag #CochetBrunschvicg , parle quant à elle de dissolution de l’humanité dans l’Esprit et de dissolution de l’animalité dans l’humanité , voir l’article 7:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/10/23/cochetbrunschvicg-7-dissolution-de-lhumanite-dans-lesprit/

Cette marche de la pensée vers l’esprit dissout l’humanité dans l’esprit comme la marche de l’animalité vers l’humanité dissout l’animalité dans l’humanité . Tout accomplissement est une dissolution qui libère pour une expression nouvelle. Les artistes et les savants le prouvent en se détachant de l’œuvre ou de la découverte sitôt qu’elle est extériorisée pour engendrer sans fin un effort sans fin vers plus de beauté et plus de vérité. Il n’y a d’autre finalité que la finalité mouvante d’un effort toujours renaissant vers un terme jamais atteint parce que la science et l’art sont révélateurs par le développement de l’esprit à l’intérieur de la conscience et non par leurs résultats. Poèmes ou découvertes, aussi bien que concepts , sont des arrêts provisoires dans la spiritualisation, et leur fixité comme leur rigidité serait mortelle à la pensée des hommes

En tout cas notons que certaines notation du philoblogzophe semblent annoncer “Arrival”:
“Car sous la technique gronde en réalité l’agressivité et la violence humaine. L’outil est fondamentalement une arme.”

C’est là l’ambiguïté fondamentale du glyphe des extraterrestres (entre “outil” , “arme” et “cadeau” ) qui déclenche presque la guerre dans “Arrival”

Seulement la Science se limite t’elle à la technique ? Non évidemment , il suffit de lire les lignes de Marie Anne Cochet sur la dissolution ci dessus, pour s’en convaincre :

la science et l’art sont révélateurs par le développement de l’esprit à l’intérieur de la conscience et non par leurs résultats.

Dans le film de 2016 aussi, ce que les humains attendent comme “cadeau” c’est une nouvelle technologie qui permettrait, miraculeusement , de soigner les blessures infligées par les anciennes technologies..

Et je citerai aussi , du philoblogzophe :

“Le monolithe noir est la stèle funéraire du triomphe de l’homme blanc. Celui-ci est victorieux mais règne sur un désert.” (avec les réserves déjà exprimées)

et

“Je proposerais l’hypothèse suivante : le monolithe noir est le symbole de l’intelligence de l’animal humain et c’est pourquoi il est associé à la lumière. Mais il est aussi une énigme : celle de la part obscure et très peu compréhensible de cette lumière. Cette part obscure a quelque chose à voir avec la signification en réalité trés peu humaine de l’intelligence. Elle reste, même trés grande, une intelligence animale.”

Là si j’approuvais je me contredirais puisque je continue de trouver ma nourriture dans cette “substantifique moelle”:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/

“…si les religions sont nées de l’homme, c’est à chaque instant qu’il lui faut échanger le Dieu de l’homo faber, le Dieu forgé par l’intelligence utilitaire, instrument vital, mensonge vital, tout au moins illusion systématique, pour le Dieu de l’homo sapiens, Dieu des philosophes et des savants, aperçu par la raison désintéressée, et dont aucune ombre ne peut venir qui se projette sur la joie de comprendre et d’aimer, qui menace d’en restreindre l’espérance et d’en limiter l’horizon….

Dieu difficile sans doute à gagner, encore plus difficile peut-être à conserver, mais qui du moins rendra tout facile. Comme chaque chose devient simple et transparente dès que nous avons triomphé de l’égoïsme inhérent à l’instinct naturel, que nous avons transporté dans tous les instants de notre existence cette attitude d’humilité sincère et scrupuleuse, de charité patiente et efficace, qui fait oublier au savant sa personnalité propre pour prendre part au travail de tous, pour ne songer qu’à enrichir le trésor commun !

…Les théologiens se sont attachés à distinguer entre la voie étroite : Qui n’est pas avec moi est contre moi, et la voie large : Qui n’est pas contre moi est avec moi.Mais pour accomplir l’Évangile, il faut aller jusqu’à la parole de charité, non plus qui pardonne, mais qui n’a rien à pardonner, rien même à oublier : Qui est contre moi est encore avec moi.”

Paroles paroles paroles ? Words words words ?

“«La fonction du kantisme fut de justifier la morale bourgeoise en faisant d’elle la fille d’une raison législa- trice de l’astronomie. La fonction de la philosophie de M. Brunschvicg est de justifier cette morale à l’aide des prestiges qui s’attachent à la mathématique d’Einstein. A l’abri de la science, la pensée bourgeoise justifie ses inventions et oublie qu’elles sont mortelles.”(Les chiens de garde)???

Si je me trompe je me serai trompé en étant averti et prévenu …. de toute façon ça vaut mieux que d’aller faire le zouave dans des concours de tee-shirt mouillés de bière en Asie … je n’ai pas oublié la leçon de Descartes : pour sortir de la forêt profonde de l’Etre, il faut choisir un chemin et s’y tenir, sinon on risque fort de tourner en rond, et de se perdre tout à fait comme dans “La mare au diable” de Georges Sand, ce magnifique petit récit qui avait enchanté mon enfance. Donc les préventions de Nizan ou du philoblogzophe ne sont pas acceptées ici . Pas plus que les réflexions sur les Idées du premier lien que j’ai donné, ci dessus, le site de Jay Dayer:

http://21stcenturywire.com/2016/11/15/arrival-2016-the-films-secret-meaning-explained/

Les Idées sont bien “divines” en tant que situées sur le plan spirituel , qui s’identifie avec le “divin” , mais non pas parce que formées par des “dieux” qui seraient imaginés à l’image de l’être humain , comme pouvant penser . “Le dieu géométrise toujours” doit être pris avec des pincettes. C’est l’esprit humain qui crée les Idées, et nous retombons là dans un vieux débat sur “Le mathématicien : découvreur ou inventeur ? ” que je répugne à prétendre trancher pour autant..

Quant au Logos , au Verbe, il n’est pas renié ici, bien au contraire, puisqu’il est la Lumière venant dans le monde,et éclairant tout homme, et non pas sous forme de monolithes sombres comme la “monolithisation occidentale” subséquente.. si la philosophie occidentale est une série de notes en bas de pages de Platon, ne peut on pas trouver son résumé, à la manière de Fichte , dans le prologue de l’Evangile de Jean?… par contre la doctrine de St Maxime le Confesseur sur les “Logoi” comme briques constituant les Idées divines , mise en avant par Jay Dyer , se voit opposer la dualité des structures mentales qui sont à la base 1 de l’idéalisme mathématique platonicien dans les relations (mathemata) de la Science et 2 du réalisme astrobiologique aristotélicien qui a trop longtemps tenu le gouvernail de la métaphysique occidentale, comme l’explique Brunschvicg :

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/progres_conscience_t1/progres_conscience_t1_intro.html

Aussi bien, et l’on devra s’en laisser convaincre par les premiers chapitres de notre ouvrage, l’opposition décisive entre l’idéalisme mathématique de la République platonicienne et le réalisme astro-biologique de la Métaphysique aristotélicienne a défini le thème fondamental de l’Occident dans le domaine pratique comme dans le domaine théorique, indépendamment de toute référence au christianisme. Plusieurs siècles avant qu’il ait commencé d’exercer sa propagande, la polémique de l’Académie et du Lycée apporte le témoignage lumineux qu’il existe deux types radicalement distincts de structure mentale, commandés, l’un par les relations de la science (μαθήματα), l’autre par les concepts du discours (λόγοι). De là procède le problème religieux, tel qu’il se manifeste dans la terminologie des Stoïciens avec la dualité du Verbe intérieur, ou raison : λόγος ἐνδιάθετος, et du Verbe extérieur, ou langage : λόγος προφορικός. Ce problème, s’il devait prendre dans le christianisme une forme de plus en plus aiguë, ne relève à son origine que de la seule philosophie. Notre tâche était d’en établir la portée et d’en expliquer les conséquences d’une façon assez nette et assez vive pour qu’il ne subsiste, dans l’esprit de nos lecteurs, ni obscurité ni incertitude, ou sur l’intention de notre travail, ou sur le sens de leurs propres réactions

Cette dualité du Verbe remarquée par les Stoïciens fonde la dualité des structures mentales comme celle des plans , vital et spirituel:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/a-propos-de-ce-blog-plan-vital-et-plan-spirituel-dans-leur-dualite-qui-est-louvert/

Il est peut être un peu abusif de prétendre surimposer ce schéma au scénario du film de Denis Villeneuve, mais il y va du devenir de mon projet qui ne doit pas se perdre dans le réalisme des concepts du discours (logoi) mais s’élever à la Lumière grâce à la force ascensionnelle de l’idéalisme des relations (mathemata) de la Science , seule universelle et apte à faire naître enfin l’Amour universel lui aussi , et non pas le désert et la solitude de l’homme blanc, n’en déplaise à Kubrick dont je crois cependant que le philoblogzophe a su mieux le comprendre que moi , concernant en tout cas l’interprétation de “2001 odyssée de l’espace” que j’avais tentée moi aussi ici:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/19/essai-dinterpretation-de-2001-odyssee-de-lespace-de-stanley-kubrick/

Au fond , 2001 et Arrival ont beaucoup en commun quoique le film de Denis Villeneuve soit moins “vaste” que celui de Kubrick, ne tentant pas de construire une interprétation de toute l’histoire humaine , mais débutant au point où nous en sommes actuellement et qui n’est pas très brillant : chez Kubrick les monolithes transmettent aux humains , en trois stades comme observé par le philoblogzophe, une influence qui résulte en l’acquisition de la technique des outils, des armes et des fusées et des ordinateurs ;chez Villeneuve les extraterrestres échangent avec les humains , séparés d’eux par une paroi transparente (sauf une fois, lorsqu’ils envoient une de leur navettes chercher Louise Banks et la ramener à la “coque” , là ils “conversent” avec elle sans paroi de séparation et tout le monde se comprend très bien) . Il reste qu’il est clairement sous-entendu qu’il s’agit d’un langage , certes “universel ” comme l’écrira Louise dans son livre né de ces rencontres “The universal language” , mais pas d’une Science; dans “2001” on ne parle ni de langage ni de Science , la transmission se fait de manière occulte par le contact avec les monolithes et l’on n’observe que le résultat dans l’Histoire humaine, avec l’apparition des techniques permettant à certaines tribus de vaincre et massacrer les autres. En tout cas “Arrival” se termine par l’unification de l’humanité et pas par la solitude de l’homme occidental voyageant dans l’espace puis le Temps.
Tout ce que je me borne à dire c’est que l’unification dans l’Amour universel n’est possible que par le biais du Verbe intérieur des Stoïciens rappelé par Brunschvicg :λογοϛ ενδιαθετοϛ
radicalemt différent , et incompatible, parce que commandé par une structure mentale différente, du Verbe extérieur ou langage : λόγος προφορικός

Il est vrai que la Science peut aussi se transmettre comme un langage ou une technique, selon le Verbe extérieur , mais l’attention donnée aux “démonstrations”, ces “yeux de l’âme “, garantit contre ce danger.

La “scientia generalis” de Leibniz est elle la logique comme l’affirme ce lien:

https://www.cairn.info/revue-archives-de-philosophie-2013-2-page-271.htm

?

http://mathesis.blogg.org/leibniz-mathesis-universalis-characteristica-et-scientia-generalis-cal-p1002232

Il est parfaitement possible de concevoir une “logique universelle” puisqu’elle existe déjà , j’ai même assisté à leur premier colloque international en 2005 à Montreux (sympathique petite ville):

https://www.uni-log.org

http://www.jyb-logic.org/papers/LogicaYB94%20-%20Beziau.pdf

Advertisements
This entry was posted in Cochet-Brunschvicg, DIEU, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Philosophie mathématique, Plan vital-plan spirituel, Science, mathesis, Science-internelle. Bookmark the permalink.