Le “Maître Absolu” est il l’Absolu ?

On se souvient de cette thèse du “philoblogzophe” sur la signification du “monolithe” dans “2001 Odyssée de l’espace” de Kubrick :

http://skildy.blog.lemonde.fr/2007/09/19/kubrick-signification-du-monolithe-de-2001/

j’en avais parlé à propos du film “Premier contact “:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/16/premier-contact-arrival-2016-excellent-et-important/

pour reconnaître qu’il a sans doute mieux compris le sens profond du film de Kubrick que moi , dans ma tentative sur ce blog :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/19/essai-dinterpretation-de-2001-odyssee-de-lespace-de-stanley-kubrick/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/18/kubrick-2001-odyssee-de-lespace-1968-en-vo/

La controverse se situe dans ces lignes du Philoblogzophe :

Je proposerais l’hypothèse suivante : le monolithe noir est le symbole de l’intelligence de l’animal humain et c’est pourquoi il est associé à la lumière. Mais il est aussi une énigme : celle de la part obscure et très peu compréhensible de cette lumière. Cette part obscure a quelque chose à voir avec la signification en réalité trés peu humaine de l’intelligence. Elle reste, même trés grande, une intelligence animale.

Cela veut dire qu’il faut accorder au monolithe qu’il signifie aussi ce qu’il est : le signe d’un processus de « monolithisation ».

Le film montre trois grandes étapes de ce processus.

Encore une fois je reconnais qu’il a sans doute mieux expliqué le sens profond (et désespéré, je n’en ai jamais douté) de l’œuvre de Kubrick .

Mais j’aime mettre les points sur les “i”:

Si le philoblogzophe à Raison , et si l’intelligence est juste la part la plus animale de l’homme, alors la Science est juste une technique donnant le pouvoir de conquérir et de vaincre sur le plan vitalmenant à la monolithisation…pas un itinéraire vers la spiritualisation et la Liberté (que Marie Anne Cochet nomme “dissolution dans l’Esprit”)

Alors “

vaine est notre foi

Et le Maître Absolu, la Mort , est bien le Seigneur unique et Absolu devant lequel nous devons nous prosterner en rendant les armes dans un :

Viva la muerte

apocalyptique..

Je ne connais aucune expression plus bouleversante de cette reddition que le beau et admirable poème “Fugue de mort” de Paul Celan :

http://www.barapoemes.net/archives/2014/12/01/31062405.html

Paul Celan qui est passé aux “travaux pratiques” en avril 1970 en quittant son domicile parisien de l’avenue Émile Zola pour aller se jeter dans la Seine toute proche:

“Lait noir de l’aube nous le buvons le soir

nous le buvons midi et matin nous le buvons la nuit

nous buvons nous buvons

nous creusons une tombe dans les airs on n’y est pas couché à l’étroit

Un homme habite la maison il joue avec les serpents il écrit

il écrit quand vient le sombre crépuscule en Allemagne tes cheveux d’or Margarete

il écrit cela et va à sa porte et les étoiles fulminent il siffle ses dogues

il siffle pour appeler ses Juifs et fait creuser une tombe dans la terre

il ordonne jouez et qu’on y danse

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

nous te buvons midi et matin nous te buvons le soir

nous buvons nous buvons

Un homme habite la maison il joue avec les serpents il écrit

il écrit quand vient le sombre crépuscule en Allemagne tes cheveux d’or Margarete

Tes cheveux de cendre Sulamith nous creusons

une tombe dans les airs on n’y est pas couché à l’étroit

Il crie creusez la Terre plus profond vous les uns et vous les autres chantez et jouez

de son ceinturon il tire le fer il le brandit ses yeux sont bleus

plus profond les bêches dans la terre vous les uns et vous les autres jouez jouez pour

qu’on y danse

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

nous te buvons midi et matin nous te buvons le soir

nous buvons nous buvons

un homme habite la maison tes cheveux d’or Margarete

tes cheveux de cendre Sulamith il joue avec les serpents

Il crie jouez doucement la mort la mort est un maître venu d’Allemagne

il crie assombrissez les accents de violons

alors vous montez en fumée dans les airs

alors vous avez une tombe au creux des nuages on n’y est pas couché à l’étroit

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

nous te buvons midi la mort est un maître venu d’Allemagne

nous te buvons soir et matin nous buvons nous buvons

la mort est un maître venu d’Allemagne son œil est bleu

elle te frappe d’une balle de plomb précise elle te frappe

un homme habite la maison tes cheveux d’or Margarete

il lance sur nous ses dogues il nous offre une tombe dans les airs

il joue avec les serpents et il songe la mort est un maître venu d’Allemagne

tes cheveux d’or Margarete

tes cheveux de cendre Sulamith”

Mais bien sûr je plaisantais en parlant de “notre vaine foi”: ce blog n’est pas issu d’une foi, mais d’un méditation réflexive et rationnelle de la philosophie et la mathématique, et pour ma part je ne rendrai jamais les armes soit en me suicidant , soit en “recommençant à prier ” un “Dieu inconnaissable mais néanmoins miséricordieux” comme “ils disent”. S’agit il ici de ma part de “wishful thinking”?
Non, je me tiens à mon schéma de pensée, défini dès le début : dualité entre le plan ontologique , ou plan de l’Etre ou “plan de transcendance”, et le plan hénologique ou “plan d’imminence, où se situent les Idées. Que l’Idée de Dieu devienne un Dieu qui est correspond à un exemple particulièrement tragique de chute des Idées du Ciel en Terre, du plan hénologique des Idées au plan ontologique des étants, et ce “Dieu étant Suprême” obéit comme tous les étants au partage entre Bien et Mal, c’est à dire qu’il est dit (par les idolâtres parmi nous) “bon” (le “bon Dieu”) et “miséricordieux” s’il vient en aide (nous semble t’il) à nos instincts et désirs . Il est dit “sévère” et “rigoureux” s’il s’oppose à la réalisation de nos volontés individuelles . Ceci correspond aux deux “piliers” (de la Clémence et de la Rigueur) de la Kabbale, qui est donc impuissante à nous libérer du plan de l’Etre où elle resté bloquée, ainsi que dans le premier chapitre de la Bible à l’épisode où Adam, poussé par Eve, mange du fruit de l’Arbre du Bien et du Mal:Adam représente non pas le masculin mais comme le dit Fabre d’Olivet l’âme intellectuelle de l’être humain , et Ève figure l’âme volitive, reliée aux capacités de désir vital. Ceci est appelé “le premier péché de désobéissance aux commandements de Dieu des humains” parce que cela traduit la chute de l’âme ou conscience humaine du plan des Idées au plan vital des étants, où tout est séparé entre Bon (mot hébreu “Tov” =

טוב

) et Mauvais ( mot hébreu “ra’ ” =

רע

) , “bon ” voulant dire : ce qui favorise les pulsions vitales et “mauvais” voulant dire “ce qui s’oppose à ces désirs” . Il ne peut s’agir ici d’un Bien et d’un Mal absolus et universels mais d’un bon et d’un mauvais relatifs à un individu ou un groupe ethnique ou une communauté…

Sinon, s’il s’agissait du Bien et du Mal absolus, on se demande bien pourquoi “Dieu” aurait interdit à Adam et Ève de les connaître en mangeant du fruit de l’Arbre .. tout ceci n’a aucun sens !

Au contraire dans l’interprétation proposée ici, le texte prend sens : c’est le Serpent, la Puissance maléfique, qui conseille à Even de pousser Adam à manger du fruit de l’Arbre en lui disant “si vous en mangez vous serez comme des dieux, connaissant ce qui est Bien et ce qui est Mal”
Ceci signifie que le Serpent est la Puissance qui fait déchoir l’âme et la conscience humaine du plan hénologique de l’Idée, où tout est Un, au plan vital où monde, plan de la multiplicité des étants, où tout se sépare en deux classes : le bon (ce qui favorise la vie et les pulsions vitales) et le mauvais (ce qui s’y oppose) . Mais ce qui favorise mes désirs n’est pas le même que pour un autre humain, ayant des désirs différents. Il ne s’agit donc pas du Bien et du Mal Absolus.
Ces derniers ne sont pas de pures inventions de prêtres ou de “moralistes” : est Bien Absolument (c’est à dire du point de vue de la dualité entre plan vital et plan spirituel ) ce qui libère l’âme humaine, toutes les âmes humaines, de l’esclavage du plan vital, esclavage des désirs sexuels et des désirs de possession . Ce Bien est Universel, il est le même pour tous les humains. Le Mal Absolu est au contraire ce qui soumet l’âme humaine à l’esclavage des désirs d’avoir et de posséder et de conserver, et la possession peut être celle d’un autre être humain.
Le Bien est ce qui facilite la Montée (du plan vital au plan spirituel) le Mal est ce qui l’empêche.

Donc il me semble que ce cadre de pensée est cohérent, il n’y a pas de “wishful thinking” dans mon refus de “prier un Dieu miséricordieux ” car un tel Dieu est une Idole, une Idée qui a chuté du plan internel au plan vital des étants.

Résumons nous : le plan spirituel-internel des Idées est celui de l’Universel et de l’Absolu. Par contre sur le plan vital-ontologique , dans le monde, il n’y a que du relatif , pas d’Absolu. C’est le domaine de la Mort parce que seul un étant vivant , situé en une âme et un corps, peut mourir. Sur le plan hénologique de l’Idée, pas de Mort car tout est Un…

Le sens véritable du “Jardin d’Eden” de la Genèse est de désigner ce plan spirituel-internel. Le “péché de désobéissance ” (manger du fruit de l’arbre du Bien et du Mal) introduit la “Mort” en introduisant la dualité relative du bon et du mauvais, qui n’a aucun rapport avec la dualité Absolue du plan vital et du plan spirituel, de la Terre (monde) et du Ciel (royaume des Cieux, plan hénologique ) . La “Chute” qui amène la Mort est la chute de l’âme, de la Conscience, du plan internel-hénologique au plan vital -ontologique caractérisé par la durée temporelle-vitale. Je ne puis mourir que si je suis un étant vivant .

Advertisements
This entry was posted in Anthroposophie, Bible, Cinéma, Cochet-Brunschvicg, DIEU, Europe, Littérature-Poésie, Ontologie, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Plan vital-plan spirituel, Religions, Science-internelle and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.