Soleiman Al kaabi : la voie des Nazaréens

https://islamreinfo.wordpress.com/tag/la-voie-des-nazareens/
C’est évidemment le point de vue musulman qui est présenté ici, sur les “judéo-chrétiens” qu’étaient les Nazaréens parce qu’ils admettaient certaines parties du message chrétien (une version ancienne de l’évangile de Matthieu semble t’il) , en même temps que la Torah ,  mais leurs conceptions étaient desséchées et messianiques, ils considéraient  Jésus  Christ  comme un “Messie guerrier ” qui devait entraîner à sa suite les “vrais croyants ” ( les nazaréens puis les musulmans ) à la conquête du monde, pour soumettre tous les peuples à ce qui était encore à leur époque YHWH et la Loi d’Israel, et pas encore ALLAH et la Sharia…

http://www.nawa-editions.com/catalogue/la-voie-des-nazareens/
L’auteur développe l’idée que le monde musulman fait actuellement face à une situation similaire à celle du monde juif au début de l’ère chrétienne : soumis à la domination hégémonique d’une puissance extérieure et travaillé par des facteurs internes de décadence.

Il en déduit que le message de Jésus, qui se résumait à une tentative de réforme du peuple juif, est valable pour les musulmans aujourd’hui. Il tente pour cela d’exhumer la « voie des Nazaréens », les premiers fidèles à l’enseignement de Jésus.

Pour déterminer quelle était la véritable doctrine de Jésus, l’auteur remonte aux origines familiales et religieuses de Jésus, il replace sa doctrine dans la réalité de la société juive de l’époque, et met toute ces données en perspective avec le Coran et la Sunna.”
Le Coran évoque une « nation droite des Gens du Livre » qui aurait survécu parallèlement au judaïsme et au christianisme et qui existait encore à l’époque de la révélation islamique. Ces versets viennent compléter les découvertes récentes sur la vie de Jésus qui ont mis en lumière l’existence du courant nazaréen au sein du judaïsme antique. Ce courant religieux auquel Jésus appartenait, a survécu et s’est perpétué après lui parallèlement à l’Eglise paulinienne.

Mais au-delà de la simple considération historique, l’auteur projette la doctrine de Jésus dans l’Islam contemporain en soulignant les points communs entre les deux époques. Il développe pour cela une étude hérésiologique sur Jésus, ses origines, sa doctrine et surtout les conséquences immédiates de son message qui a bouleversé le monde juif, précipité sa dislocation et suscité la naissance des religions modernes. Il traduit ainsi son message en divers points de réforme transposables dans le monde actuel.

La « voie des Nazaréens » n’est dès lors plus une simple relique de l’Histoire, mais un modèle pertinent à étudier et à appliquer, un projet de renouveau spirituel et doctrinal du monde musulman.”


C’est à dire que chacun veut tirer la “couverture-Jésus ” à soi :pour les musulmans il était nazaréen, c’est à dire musulman (comme Abraham) pour les juifs il était juif , pour les chrétiens il était chrétien.

Mais comment savoir qui  a Raison et détient la vérité? “Laissons les morts enterrer les morts ” et les “religions” avec leurs “dieux à noms propres” tenter d’escalader le ciel et préférons la voie rationnelle, scientifique et philosophique : Jésus était un homme né juif, qui a tenté de réformer le judaïsme en restaurant le sens originel de la Torah : Israel symbolise l’humanité universelle sortant d’Egypte et de l’esclavage, ce qui symbolise l’esclavage vis à vis des pulsions et des instincts du plan vital qui est “vanité des vanités et poursuite du vent” selon Qoheleth l’Ecclésiaste. Israel erre au désert après sa sortie d’Egypte, ce qui symbolise l’ascèse nécessaire pour surmonter définitivement l’emprise du plan vital , symbolisée par le “veau d’or”. Et enfin Israel, l’humanité , accède à la Terre Promise d’Israel qui est le Monde internel des Idées, le Royaume des cieux.Toutes les histoires rajoutées à ce scénario de base dans la Bible ne sont que des légendes, des fables bonnes pour des tribus encore à demi-sauvages, qui n’avaient pas à leur disposition la philosophie née en Grèce, ni la Science née il y a 4 siècles en Europe.

Quant à la résurrection elle  est d’ordre spirituel , non dans la chair : elle consiste à échapper à l’emprise du plan vital en accédant au plan des Idées , au “ciel”, en cette vie même , et non pas en ces grotesques imaginations d’une “vie éternelle” (sur le modèle de cette vie, qui est la seule que nous connaissions) “après” la mort. S’il a été crucifié l’homme Jésus est mort et bien mort , et il ne va donc pas revenir, pas en chair et en os en tout cas.
 Le précurseur de la Science comme de la philosophie est Thalès, qui le regard levé vers le ciel pour en étudier les figures géométriques (le ciel figure le plan des Idées) ne voit pas où ses pas le dirigent sur la terre  et tombe dans un puits (symbolisant comme la caverne de Platon le plan vital) ce qui déclenche l’hilarité d’une servante de Thrace qui passait par là  : “il veut sonder les mystères de l’univers et il n’est même pas foutu de marcher sans se casser la figure, le savant-philosophe! ”

https://leserpentvert.wordpress.com/2010/01/14/le-rire-de-la-servante-de-thrace/
http://sedenion.blogg.org/le-rire-de-la-servante-de-thrace-sens-commun-et-philosophie-a116806220

S’il faut  imaginer Sisyphe  heureux :
https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/l-espoir-fait-il-vivre-24-camus-il-faut-imaginer

il faut aussi imaginer Thalès et la servante de Thrace heureux et réconciliés! 

Advertisements
This entry was posted in Bible, Christianisme, Coran, Europe, Islam, Israel, judaisme, Léon Brunschvicg, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Philosophie mathématique, Plan vital-plan spirituel, Platon, Religions, Science-internelle, Shabbatai Tsevi-Jacob Frank-Hitler-nazaréens-islam and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.