À revoir pendant 7 jours : émission d’Arte sur Daphné du Maurier

On peut revoir ce documentaire qui passait hier soir sur Arte jusqu’au 5 mars à 5h du matin:

http://www.tv-replay.fr/redirection/26-02-17/daphne-du-maurier-arte-12232175.html

Arte a en effet diffusé “Rebecca”, le film de 1940 d’Hitchcock , et dans la foulée ce documentaire sur Daphné du Maurier dont trois films du Maître ont été tirés

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Daphne_du_Maurier

“Rebecca” raconte, comme “Vertigo” , tiré de la nouvelle de Boileau-Narcejac “D’entre les morts”, l’histoire de l’emprise d’une morte sur des vivants, l’ayant connue ou non (Dans “Vertigo” , la question ne se pose pas puisque Carlotta Valdez est morte au milieu du 19 eme siècle).est ce à dire que les défunts continuent à exister ? Dans les croyances populaires, oui, et certains escrocs malintentionnés se servent de ces croyances pour acquérir, eux, et bien vivants, un pouvoir sur les autres. Par contre ce qui continue à exister ce sont les représentations, croyances, pensées, souvenirs, idées à propos du défunt et c’est ainsi que oui, l’influence d’une personne morte peut continuer à s’exercer après sa mort , par l’intermédiaire des volontés des vivants. Que l’on pense aux meurtres commis par les frères Kouachi pour “venger Mahomet”…

Un défunt peut devenir après sa mort une Idée, c’est à dire une représentation collective voire universelle ayant une signification importante pour l’histoire de l’humanité :il devient ainsi, non pas “éternel” (car il a besoin pour “exister” ainsi que subsistent des consciences humaines, et ce ne sera sans doute pas éternellement le cas) mais “internel” : ainsi Hitler et Staline, voire Mahomet peuvent être considérés comme des Idées du Mal Absolu, et Jésus Christ ( qui n’a sans doute jamais existé, je suis ici de l’avis d’Onfray, mais d’un autre côté si Pierre Antoine Bernheim a vu juste dans son excellent livre “Jacques frère de Jésus” cela signifie que Jésus existait bien en chair et en os… bref je ne sais pas trop) comme Idée du Bien et du Vrai :”la Voie, la Vérité et la Vie”. Comme Idée du passage, de la Voie menant du plan vital au plan internel, “Royaume des cieux”.

Le documentaire d’Arte suggère que les relations de Daphné avec son père très possessif l’acteur Gérald du Maurier étaient équivoques, troubles , voire frisaient l’inceste à maints égards. D’où le caractère étrange et déséquilibré de la vie de celle ci c’est ce père à l’esprit “victorien” mais Grand séducteur de femmes et ayant un nombre incalculable de maîtresses qui aurait suggéré qu’il préférerait qu’elle ait été un garçon, d’où ce côté ambigu, ce “boy in the box” qui ressortait de Temps à autres et est à l’origine de ses penchants lesbiens, rarement sérieux, sauf pour Gertrude Lawrence et Helen Doubleday, l’épouse de son éditeur américain.

Plus important est son goût pour la solitude et pour le monde imaginaire à la base de ses livres et de ceux qu’elle aimait lire. Deux fois dans son existence, ce monde a menacé d’envahir sa vie et d’en prendre le pouvoir, notamment dans sa passion pour Helen Doubleday, véritable incarnation de Rébecca, le personnage qu’elle avait créé en 1937 et qui est un des aspects de sa propre personnalité, celui désirant l’indépendance vis à vis des codes sociaux et moraux (c’est à dire immoraux, puisque ce sont ces mêmes codes étouffants qui menaient son père à maints égards abusif). Il est dangereux de se couper du plan vital (ce qui était loin d’être le cas de Daphné) et de ne vivre que pour les Idées , à cause du caractère fictionnel du monde de la culture signalé par Dany Robert-Dufour. Cela dit, attention de ne pas confondre le monde spirituel avec le monde imaginaire propre à certains artistes comme Daphné du Maurier ou Tolkien ou CS Lewis (qui dépasse l’imaginaire pour accéder au spirituel et à l’universel, c’est là sa différence avec Daphné)

Advertisements
This entry was posted in Cinéma, Europe, Littérature-Poésie, Philosophie and tagged , , . Bookmark the permalink.