Nikos Kazantzaki : Salvatores Dei (sauveurs de Dieu) , une ascèse consistant en exercices spirituels

Articles sur ce livre écrit à Berlin en 1923:

http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/40993

http://www.auxforgesdevulcain.fr/collections/essais/ascese/

Influencé par Nietzsche et Bergson, Kazantzakis procède à une remise en question radicale de la place de l’individu dans le monde et de son rapport à une transcendance. Pour lui, le sens d’une vie se situe à l’échelle de l’histoire universelle, et réciproquement, les actions de l’individu ont une portée qui dépasse l’échelle de sa propre vie. Saints ou héros, les personnages de Kazantzakis expriment ainsi le double mouvement d’un corps fini qui marche vers la mort, et d’un esprit infini qui s’élève vers l’immortalité.

(Bien évidemment , il faut remplacer ci dessus le mot “immortalité” par “internité” ou “internellité”)

“Ecrit à Berlin en 1923, réécrit en 1944, “Ascèse” se présente comme une série d’exercices spirituels. … Google Books”

1923, année où ” la peur suintait des pavés de Qberlin” selon le très beau film sorti en 1977 d’ingmar Bergman “l’œuf du serpent” :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/bergman-loeuf-du-serpent-la-peur-suintait-des-paves-de-berlin/

Voici le texte en anglais “The saviours of God”:

http://www.angel.net/~nic/askitiki.html

WE COME from a dark abyss, we end in a dark abyss, and we call the luminous interval life. As soon as we are born the return begins, at once the setting forth and the coming back; we die in every moment. Because of this many have cried out: The goal of life is death! But as soon as we are born we begin the struggle to create, to compose, to turn matter into life; we are born in every moment.

Qu’est ce que cette prétendue “immortalité”? La déformation populaire, l’incompréhension de l’élévation de la conscience humaine individuelle au plan spirituel-internel de l’Idée, qui seule donne un sens à l’existence et au monde.. “devenir immortel.. et puis mourir

Qu’y a t’il de plus important dans un livre de mathématiques ? La partie “exercices”, pour vérifier que l’on a bien compris.

La philosophie devrait procéder de même, si elle veut vraiment être philosophique, c’est à dire philosophie mathématique:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/la-philosophie-veritable-est-la-philosophie-mathematique-ou-science-internelle-science-des-idees/

Car comme le dit Brunschvicg, la spiritualité est effort, activité , tension vers l’Esprit, où elle n’est rien:

Le philosophe n’est pas autre chose que la conscience du géomètre et du juste; mais il est cela, il a pour mission de dissiper tout préjugé qui leur cacherait la valeur exacte de leur oeuvre, qui leur ferait attendre, au delà des vérités démontrées ou des efforts accomplis, la révélation mystérieuse de je ne sais quoi qui serait le vrai en soi ou le bien en soi; le philosophe ouvre l’esprit de l’homme à la possession et à la conquête de l’idéal, en lui faisant voir que l’idéal est la réalité spirituelle, et que notre raison de vivre est de créer cet idéal.

La création n’est pas derrière nous, elle est devant nous; car l’idée est le principe de l’activité spirituelle

Aussi la “Science internelle ” devra t’elle consister en exercices spirituels, comme l’ascèse de Kazantzaki, des exercices spirituels qui seront couronnés chacun par un théorème, une vérité internelle

Advertisements
This entry was posted in Cochet-Brunschvicg, Europe, Léon Brunschvicg, nazisme, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Philosophie mathématique, Plan vital-plan spirituel, Science-internelle and tagged , , . Bookmark the permalink.