Joseph Losey : Monsieur Klein (1976, vf)

À voir ici:

https://m.ok.ru/video/86543502011

Page du film:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Monsieur_Klein

Tout le déroulement du scénario se glisse entre les deux conceptions, associées aux deux plans, vital-racial et spirituel, de ce que c’est qu’être juif, en quoi cela consiste: est ce être né de parents juifs (ou au moins d’une mère juive) ou bien est ce avoir une conviction intérieure, spirituelle, du fait que l’on doit “confier” son existence dans le monde au Tanakh (en gros l'”ancien Testament”, Torah + Prophètes + livres sapientiaux) et donc refuser de la “modeler” sur le “Nouveau Testament” ou le Coran ? Cette deuxième conception étant celle que je propose:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/04/13/clarification-du-probleme-de-coexistence-des-religions-rejeter-les-definitions-raciales-ou-ethniques-propres-au-plan-vital/

Le “Robert Klein” joué par Alain Delon n’est juif ni dans un sens ni dans l’autre, il profite même de la situation de détresse des juifs fuyant les persécutions pour leur racheter à vil prix des oeuvres d’art, cela ne l’empêchera pas d’être broyé par la machine de Vichy et du nazisme, pris dans la rafle du Vél’ d’hiv…et pourtant il aura réussi à prouver , par des attestations administratives, mais trop tard, qu’il est “aryen”, ce qui veut dire être “blanc” et non “juif” selon la première conception , celle du plan vital et de la naissance… si l’antisémitisme était conséquent et non pas absurde, il ne considérerait que la seconde conception. Car si “être juif” est un crime, comme “être communiste” ou “être nazi” cela ne peut m’être reproché que si je le suis par conviction intérieure…
Seulement la conviction ne peut pas être établie par une procédure objective (les sciences cognitives travaillent dessus) l’origine familiale si..

Entre parenthèses , tout cela veut dire que ce qu’on appelle “islamophobie” ne peut pas être superposé à l’antisémitisme: être “islamophobe” cela signifie tout simplement être opposé à la doctrine du Coran…

Le sens de la tapisserie au générique et de ses couleurs est expliqué dans une scène au début du film, lors de la vente, le vautour percé d’une flèche symbolise le Remords, loi du plan vital…

Advertisements
This entry was posted in Antisionisme-antisémitisme, Cinéma, nazisme and tagged , , . Bookmark the permalink.