Vincente Minnelli : 15 jours ailleurs (1962) mais seulement le début du film…

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Quinze_jours_ailleurs

En 1962, Kirk Douglas, né le 9 décembre 1916, avait 46 ans : il est aujourd’hui centenaire!!!

Je n’ai pas peur de le dire même si cela me fait passer pour un “sentimental fleur bleue” (de toutes façons cette illusion ou équivoque se dissipe très vite, surtout avec les femmes): je place Vincente Minnelli au plus haut et j’adore ses films .

Et celui ci , “15 jours ailleurs” est l’un de ceux que je préfère parce qu’il est l’un des plus bouleversants et surtout à cause de son “happy end” qui n’est guère “hollywoodien” car il ne consiste pas en une “histoire d’amour” : Jack Andrus (Kirk Douglas) arrive finalement à se libérer de son esclavage au plan vital , aux relations de pouvoir et à son obsession sexuelle pour son ex-épouse Carlotta (Cyd Charisse dans un rôle de “garce destructrice” où elle fait merveille). J’avais pu appeler ce film “wittgensteinien” à cause de sa fin extraordinaire et libératrice, parce qu’elle m’évoque irrésistiblement cet aphorisme du “Tractatus logico-philosophicus”:

http://www.bazzocchi.net/wittgenstein/tractatus/fr/

“6.521 La solution du problème de la vie, on la perçoit à la disparition de ce problème.
(N’est-ce pas la raison pour laquelle les hommes à qui le sens de la vie, après de longs doutes, est devenu clair, ceux-là n’ont pu dire alors en quoi ce sens consistait?)

La solution au problème de sa vie (car le problème de la vie, c’est toujours le problème de ma vie particulière, et personne ne peut la vivre à ma place) Jack Andrus la trouve au bout de la descente vertigineuse , nocturne, ivre mort au volant, avec Carlotta épouvantée à ses côtés : ce qui ne l’a pas tué le rend plus fort, c’est à dire plus intelligent, puisqu’il n’y a de salut qu’intellectuel… la Foi peut déplacer des montagnes, c’est entendu, mais l’Intellect peut dompter le pénis, c’est à dire “lui” dans le roman si drôle d’Alberto Moravia “Lui et moi” , c’est à dire libérer le “moi” de son esclavage au plan vital. Jack Andrus ne sera plus jamais l’esclave de Carlotta ni de Maurice Krüger (Edward G Robinson) , hospitalisé et dont il a réussi à terminer le film dans les temps.. et surtout il transmet ce “gai savoir libérateur” à Davie (George Hamilton) qui est Jack en plus jeune, donc pas encore cassé par la vie: “tu n’as besoin de personne, et surtout pas de moi, et tu n’as pas besoin de tyranniser les autres, Veronica dont tu es amoureux notamment, pour montrer que tu es le meilleur”

Bref un film wittgensteinien, mais aussi célinien, si l’on se réfère aux tirades de Parapine rapportées par Baryton dans “le voyage au bout de la nuit”:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/04/14/louis-ferdinand-celine-extraits-du-voyage-au-bout-de-la-nuit-1932/

“savez vous ce qu’un jour il m’a dit ?

– non Monsieur !

-eh bien il m’a dit :”Entre le pénis et les mathématiques, Monsieur Baryton, il n’existe rien… Rien! C’est le vide!

Seulement je n’ai pas pu trouver la version en streaming gratuit du film complet, seulement le “trailer” (ne pas faire attention au commentaire américain complètement con):

et surtout, sur YouTube aussi, les 11 premières minutes du film, qui donnent une bonne idée de sa noirceur (mis à part l’épisode “wittgensteinien” de la fin, qui est comme le lever du soleil radieux en montagne):

Au cours du film , Krüger et Andrus revoient une scène d’un film tourné dix ans avant, en 1952:

“Les ensorcelés” ( ” The bad and The beautiful”) sur lequel j’avais écrit ceci, en donnant le lien pour voir le film:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/31/vincente-minnelli-the-bad-and-the-beautiful-les-ensorceles-1952/

(la “solution au problème de la vie” pourrait être décrite ainsi : se désensorceler)

J’y signalais le rôle éminent de la musique de David Raksin dans les films de Minnelli , analogue à celui de la musique de Bernard Herrmann dans les films d’Hitchcock, ainsi que l’anecdote émouvante sur la façon dont Raksin à composé la musique de “Laura” d’Otto Preminger en 1944:

Et aussi la musique de “Laura” d’Otto Preminger en 1944: cette dernière a d’ailleurs une histoire émouvante, racontée dans le “making of” sur le DVD du film:
Raksin était en retard et comptait sur le week end pour se rattraper, surtout qu’avec Preminger cela ne plaisantait pas! or le samedi matin il reçoit une lettre d’un avocat l’informant que sa femme demandait le divorce..
Or Raksin était follement amoureux de sa femme, eh oui! Cela arrive, même si cela surprendra certainement les “émancipés” contemporains contempteurs du “mariage bourgeois” ( sauf du mariage pour tous). Il passa le week end dans un désespoir absolu, mais ne se suicida pas, et, plus étonnant à Hollywood qualifiée par Douglas Sirk de “capitale de la saoûlographie”, il ne but pas une goutte d’alcool. Et le dimanche soir il se mit au piano et composa cette musique teintée de douce et nostalgique mélancolie, qui est devenue classique
:

“Laura” qui est visible sur YouTube aussi (mais les deux versions sont de mauvaise qualité):

Il faudra bien aussi que j’écrive sur ce film prodigieux que j’ai vu pour la première fois fin 1967 à l’ancien studio de l’Etoile , un film qui peut être qualifié d’orphique et ensorcelant puisque Laura semble revenir “surnaturellement ” d’entre les morts sous les yeux du détective Dana Andrews (mais là aussi l’alcool joue un grand rôle, le policier s’est copieusement enivré pour noyer son désespoir d’être amoureux d’une morte dont il n’a qu’un portrait)

De Minnelli il y a aussi “Comme un torrent” (” Some came running”) , chef d’œuvre très sombre,aussi sur l’alcoolisme, que l’on peut voir sur YouTube:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/23/comme-un-torrent-some-came-running-de-vincente-minnelli-1958/

Rectification : que l’on pouvait voir sur YouTube mais “cette vidéo n’est plus disponible”, voilà le monde où cette ordure de Macron veut acheminer la FRANCE, tout pour le fric, plus aucune gratuité…dépêchez vous de respirer, demain l’air sera payant!
Mais j’ai trouvé ces liens expliquant “comment télécharger des films en streaming” et échapper à ces ordures de Hadopi aux ordres du Grand Capital:

http://www.commentcamarche.net/forum/affich-2731812-videos-streaming-comment-les-telecharger

https://www.vpntorrent.com/6943/sokrostream/

J’avais écrit aussi ceci à propos de ce film, sur un ancien blog:

http://principiatoposophica.blogg.org/some-came-running-comme-un-torrent-de-vincente-minelli-avec-frank-sina-a116603808

Enfin voici quand même un lien pour visionner “Some came running”:

https://m.ok.ru/video/199793642070

Mais en version originale sous titrée en turc!!!!!

Advertisements
This entry was posted in Cinéma and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.