Jacques Maritain: “distinguer pour unir ou les degrés du savoir”

“Distinguer pour unir” cela ressemble fort aux deux “faces” de l’Intelligence , discriminatrice et unifiante ( dans la Kabbale : Binah-Sekhel et Hokmah, mais considérées comme Sephiroth , non comme facultés humaines) dont j’ai parlé ici à propos des versets bibliques associant “crainte de Dieu”, “principe de la Sagesse” et “Intelligence droite”:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/05/10/la-crainte-de-leternel-est-le-commencement-de-la-sagesse-traductions-de-la-bible-en-grec-et-en-hebreu/

Le livre de Maritain “Distinguer pour unir:les degrés du savoir” est ici sur Archive, on peut le télécharger en format.doc:

https://archive.org/details/DistinguerPourUnirOuLesDegresDuSavoirDeMaritain

Maritain est un adversaire absolu et résolu de l’idéalisme , notamment celui de Brunschvicg, voici ce qu’il en dit au début :

L’idéalisme a coutume de choisir un certain ordre de sciences pour type univoque de l’univers de la connaissance, et de construire par rapport à ce type toute sa philosophie du savoir. Non seulement il néglige ainsi de façon systématique de vastes domaines du connaissable, mais il tend à ramener les diversités de la vie de l’esprit à un monisme noétique plus stérile certes et moins’ excusable que le monisme ontologique des premiers philosophes (car enfin l’esprit se connaît luimême, et quelle excuse l’idéalisme peut-il invoquer s’il se méprend sur les structures mêmes de la pensée ?)

mais distingue le réalisme thomiste d’autres formes plus naïves :

En revanche bien des réalistes semblent disposés à payer la possession des choses d’un abandon des problèmes propres de l’esprit, et l’on voit de nos jours une nouvelle dogmatique « culturelle » identifier au matérialisme dialectique l’anti-idéalisme dont elle fait profession.
Nous espérons montrer ici que le réalisme thomiste, en sauvant par une méthode véritablement critique la valeur de là connaissance des choses, permet d’explorer dans son intimité l’univers de la réflexion, et, d’en établir, si l’on peut ainsi parler, la topologie métaphysique ; ainsi la « philosophie de l’être » est en même temps, par excellence, une « philosophie de l’esprit A. . Plus encore que l’univers physique et que les organismes corporels, l’esprit a – mais immatérielles – des dimensions, une structure, une hiérarchie interne de causalités et de valeurs. L’idéalisme contemporain, qui en fin de compte lui refuse,toute nature et toute structure propre, pour en faire un pur mouvement ou une pure liberté, n’arrive en réalité qu’à l’étaler tout entier sur un même plan d’intellection, comme un univers à deux dimensions, un monde infiniment plat. Pourtant on est fondé àà penser que les quatre dimensions dont parle saint Paul, – quae sit latitudo, et iongitudo, et sublimitas, et pro/undum r ne concer-, rient pas seulement la sphère ou l’hypersphère de la contemplation des saints, mais d’une façon générale l’organisation et la structure fondamentale des choses de l’esprit, dans l’ordre naturel ou dans l’ordre surnaturel.

Que l’esprit ait une structure j’en suis bien persuadé : une structure d’ ∞-catégorie , avec une infinité de dimensions, comme nous l’apprend le Science internelle, cette “Science admirable” dont Descartes a eu la vision dans sa “Nuit de songes” et que Maritain identifie au “songe de Descartes” qu’il appelle de manière moqueuse un “épisode cérébral” ( “il est fâcheux qu’au point de départ du rationalisme occidental on puisse trouver un épisode cérébral”).

Les trois songes de Descartes la Nuit de la Saint-Martin (10 au 11 novembre) 1619, sont ici (fiches 44,45,46):

http://reves.ca/songes.php?fiche=44

avec diverses interprétations ( Freud, la jungienne Marie-Louise Von Frantz , Sophie Jama en termes d’ethnanalyse) auxquelles je n’attache aucune espèce d’importance :l’intérieur ne saurait comprendre ni juger le supérieur (le purement intellectuel).

On trouve “Le songe de Descartes” plein des sarcasmes de Maritain ici:

https://renatuscartesiusmathesisuniversalis.wordpress.com/2017/05/11/maritain-le-songe-de-descartes/

En chapitre premier des oeuvres complètes de Jacques et Raissa Maritain, qui sont en lecture partielle sur googlebooks (quelques pages manquent). Concernant l’engagement philosophique (thomiste)et catholique , on ne peut séparer Jacques Maritain de son épouse Raissa, née russe et juive:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Jacques_Maritain

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Raïssa_Maritain

Ce couple a vécu une très belle histoire d’amour, digne des meilleures pages de Balzac: ils préféraient mourir, se suicider, plutôt que de vivre une vie banale, uniquement dévolue aux piètres “bonheurs” du plan vital :

” Nous décidâmes donc de faire pendant quelque temps encore confiance à l’inconnu ; nous allions faire crédit à l’existence, comme à une expérience à faire, dans l’espoir qu’à notre appel véhément le sens de la vie se dévoilerait, que de nouvelles valeurs se révéleraient si clairement qu’elles entraîneraient notre adhésion totale, et nous délivreraient du cauchemar d’un monde sinistre et inutile. Que si cette expérience n’aboutissait pas, la solution serait le suicide ; le suicide avant que les années n’aient accumulé leur poussière, avant que nos jeunes forces ne soient usées. Nous voulions mourir par un libre refus s’il était impossible de vivre selon la vérité “

Ils choisirent , ce couple assoiffé de sens Absolu de l’existence, de se convertir au catholicisme quelques temps après leurs fiançailles , il semble que ce soit Raissa qui ait découvert la première l’importance philosophique de Thomas d’Aquin et en ait convaincu son mari. Leur quête intransigeante de la vérité et du sens fait d’eux mon frère et ma sœur en esprit, même si l’inspiration brunschvicgienne et cartésienne prévaut pour moi et si je ne puis me dire “thomiste”. José Dupré a quand même révélé dans “Catharisme et chrétienté” que Thomas d’Aquin a lancé des véritables appels au meurtre de masse contre les cathares!

Il existe un autre livre de Maritain concernant Descartes et très critique envers lui: “Trois réformateurs: Luther,Descartes, Rousseau “. On en trouve le premier chapitre (Luther) ici en pdf:

http://www.abbatah.com/autre/trois-reformateurs-luther-ou-lavenement-du-moi-jacques-maritain/

Et le lien pour la totalité du livre est donné ici, sur ce blog merveilleux quoique opposé philosophiquement aux thèses mises en avant ici:

http://contra-impetum-fluminis.blogspot.fr

Et ils donnent aussi d’autres liens intéressants. Celui vers “Trois réformateurs ” est ici:

https://web.archive.org/web/20090530225242/http://contra-impetum-fluminis.net:80/3ref.htm

(Mais attention, il s’agit de ce site anarchiste et d’experts en hacking et sécurité informatique dont j’ai déjà parlé, donc discrétion et profil bas, SVP… C’est une adresse à ne pas donner à tout le monde, et surtout pas à vos amis alcooliques ou libertins, voire de la “manif pour tous” le cas échéant)

Advertisements
This entry was posted in Christianisme, DIEU, Europe, FRANCE 2017, Israel, judaisme, Philosophie, Philosophie mathématique, Science, mathesis, Science-internelle, Thomisme and tagged , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.