A tombeau ouvert (Martin Scorsese, 1999, vf): “ne m’obligez pas à retirer mes lunettes!”

C’est ici :

http://www.voirfilms.biz/a-tombeau-ouvert.htm

Moi j’adore.. et puis pour une fois qu’il n’y a pas de mafieux, braqueurs et autres vermines ( à part le dealer porto-ricain, pas trop antipathique):

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/À_tombeau_ouvert

et par la scène finale qui montre le recroquevillement de Frank dans les bras de la très biblique Mary faisant écho à la Pieta. Ce film, dans sa manière de présenter New York, rappelle forcément Taxi Driver, mais la haine de Travis Bickle est ici remplacée par la compassion sacrificielle de Frank Pierce. La similitude des deux protagonistes tient à leur impossibilité de s’intégrer à une société dont ils sont les observateurs et les damnés.

Entre temps New York a vieilli de plus d’une vingtaine d’années, cela se voit : “les femmes qui descendent de chez elles pour se prostituer ne changent même plus de tenue”

C’ est seulement à la fin que Frank comprend, grâce à Mary , qu’il n’a rien à se reprocher , que c’est seulement lui qui a décidé de souffrir… “le passé, c’est juste une histoire qu’on se raconte” dit Samantha à Théodore dans “Her” …seulement Isabella lui dit aussi “Ne réfléchis pas, baise moi”.. éternel divorce entre le sexe, c’est à dire la vie, la damnation (je suis d’accord, ce n’est pas très chrétien comme réflexion, d’ailleurs rien dans ce blog ne l’est) et l’intelligence, c’est à dire Dieu. “Entre le pénis et les mathématiques, il n’y a rien… Le vide total.. RIEN!”.. et ce qui manque à tous ces allumés qui foncent à tombeau ouvert en buvant du gin, ce n’est certes pas Jésus, mais la réflexion…
“Outing the dead” veut dire “ressusciter les morts” ? moi j’avais une autre impression, surtout lors de la scène cauchemardesque où Frank voit des mains sortir des pavés de la rue… ce sont les morts qui ne veulent pas s’effacer, “juste une histoire qu’on se raconte” , et puis pourquoi vouloir sauver une vie de misère sociale et morale et de souffrance? Frank à la fin réfléchit, il peut encore le faire car il n’a pas rebu et il n’est pas encore devenu le petit jouet avec un pénis anonyme de Mary, aussi prend il la seule décision chrétienne qui s’impose dans ce monde impie qui n’a que Jésus à la bouche: libérer Burke, le père de Mary

Advertisements
This entry was posted in Bible, Christianisme, Cinéma, DIEU, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Religions, USA and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.