HItchcock au début des années 60: “La mort aux trousses” et “Psychose”

“North by Northwest ” est de 1959 , “Psychose” de 1960 , j’ai donné les liens pour ces deux films depuis longtemps ici et notamment dans le dernier article à propos du film de 2012 sur HItchcock :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/06/22/hitchcock-film-sorti-en-2012/

qui s’appuie sur ces deux films et ce moment de la carrière de Hitchcock dont on lira un intéressant résumé (très documenté) ici :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Alfred_Hitchcock

Je pense aussi que ce moment de sa carrière (le tournant des années 60) et ces deux films , sont les plus révélateurs sur le réalisateur (quoiqu’on pourrait et même devrait s’intéresser encore plus aux années 42-43, où il a fui le confort matériel et le sécurité que lui garantissaient les USA pour s’engager, lui et sa notoriété déjà importante, dans le conflit de la Deuxième guerre mondiale)
L’une des remarques les plus intéressantes de la page Wikipédia est que Hitchcock a permis de changer l’image de réalisateur, qui avant lui était considéré comme un technicien très important certes pour le succès du film et rétribué en conséquence, mais en tout cas seulement un technicien et non pas un artiste propageant une vision du monde, comme un peintre, un romancier ou un musicien . Lui et d’autres, comme par exemple Kubrick, profiteront, et ce n’est qu’avec justice, de ce changement d’image..

De Hitchcock nous commencerons par dire ici qu’il est d’abord et avant tout un (grand) bourgeois. Il “tutoie les abîmes ” avec sa fascination pour des gens comme Ed Gein (ou Norman Bates, qui en est inspiré), mais n’y tombe jamais .

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Ed_Gein

Cette fascination d’Hitchcock pour, disons, les “aspects sombres” de l’existence est suffisamment visible dans les deux films retenus ici; il y a ainsi un passage de “North by northwest” (juste après l’épisode a l ‘ ONU ) où l’un des représentants des services secrets dit à peu près :” cela donne envie de pleurer.. alors pourquoi ai je envie de rire ?” , appréciation qui pourrait s’appliquer à bien des scénarios d’Hitchcock.. de même dans le film “Frenzy” (1972) qui marque le retour d’Hitchcock dans “sa” ville:

https://m.ok.ru/dk?st.cmd=movieLayer&st.discId=314162678413&st.retLoc=default&st.discType=MOVIE&st.mvId=314162678413&st.stpos=rec_5&_prevCmd=movieLayer&tkn=966&__dp=y

La proximité du réalisateur génial avec la rage de celui qui semble (à tort) être l’assassin de prostituées est suggérée de manière patente (de la même façon que celle entre Hitchcock et Norman Bates -Ed Gein)
Hitchcock “traque” ses propres personnages, qu’ils soient assassin ou jeune femme qui, comme Marion Crane , s’est “prise à son propre piège “: ce processus de “surveillance généralisée “, qui est propre à la bourgeoisie, et que l’on trouve aussi dans le “voyeurisme” (Peeping Tom!) qui était selon le film réalisé en 2012 par Sacha Gervasi le “péché mignon” de Hitchcock, est une façon chez Norman Bates d’assimiler ses futures victimes à des objets, a des oiseaux qu’on empaille (l’oiseau représente la symbolique ailée, spirituelle de l’âme et quand les oiseaux attaquent , comme cele sera le cas dans le film “Les oiseaux” de 1963, cela signifie que l’âme imite le comportement des “étants” de la Nature, donc cele prend une portée de Crise cosmique, qui était déjà “racontée”dans les films des années précédentes). Là encore l’identification de Hitchcock aux aspects le plus déplaisants de ses personnages “sombres” est patente.
Une telle analyse gagnerait à être complétée par celle des “films de guerre” pour mieux comprendre pourquoi après la guerre Hitchcock assimile toute dictature (notamment socialiste) au nazisme (et il a bien raison, mais on ne le savait pas encore à l’époque). La vie bourgeoise qui est celle du capitalisme ahrimanien des USA est ainsi rabattue sans autre forme de procès sur “le Bien”.

Advertisements
This entry was posted in Cinéma and tagged , , , . Bookmark the permalink.