Martial Guéroult philosophie de l’histoire de la philosophie : Léon Brunschvicg

Les pages consacrées à Brunschvicg se situent au volume 3 , chapitre XXXV, pages 877 à 937, venant après le chapitre XXXIV consacré à Bergson.

https://www.erudit.org/fr/revues/philoso/1989-v16-n2-philoso1789/027096ar.pdf

https://www.jstor.org/stable/41096922?seq=1#page_scan_tab_contents

Martial Guéroult possède , comme Brunschvicg d’ailleurs, une connaissance immense de toute l’histoire de la philosophie. J’entrerai directement dans la critique sévère qu’il adresse à la pensée de Brunschvicg, à partir de la Page 923:

«L’oeuvre de Brunschvicg comme historien de la philosophie est une des plus suggestives qui soient : vastes connaissances philosophiques et scientifiques, pénétration , vigueur et subtilité des analyses, vision d’ensemble et précision du détail font de l’ensemble un monument au plus haut point captivant pour le philosophe, l’historien et le savant. Nous avons souligné l’originalité de la méthode et de la doctrine.

Toutefois cette doctrine, en ce qui concerne la solution du problème central, et cette méthode, surtout si on la conçoit abandonnée à des mains moins expertes, ne laissent pas de causer quelque inquiétude »

Guéroult oppose Brunschvicg à Brunschvicg de manière spectaculaire Page 936:

«  En arrachant les philosophies à leurs propres principes, pour les comparer aux exigences de l’déalisme qu’ il élabore et aux facteurs d’archaïsme et d’intelligence tel qu’il les définit, Léon Brunschvicg pratique à l’égard de l’histoire de la philosophie un égocentrisme analogue à l’anthropomorphisme de l’âge primitif à l’égard de l’univers astronomique : une pensée philosophique particulière, en s’appliquant à la sphère entière des doctrines philosophiques, fait tourner tous les mondes philosophiques autour d’elle comme Prolémée faisait tourner autour de la Terre tous les astres, parmi lesquels elle même se trouve. Mais la philosophie de Brunschvicg se trouve parmi les autres philosophies comme la terre parmi les astre; elle n’échappe pas plus aux lois qui régissent toutes les philosophies que la Terre, malgré la doctrine de Ptolémée, n’échappe aux lois qui régissent son mouvement en même temps que celui de tous les autres astres.  »

Je ne veux pas ici « prendre la défense «  de Brunschvicg, je n’en ai pas la compétence et il n’en a pas besoin. Et puis je me méfie de ceux, généralement « spinozistes » ou « nietzschéens », qui citent majoritairement un seul auteur, comme moi Brunschvicg : si le criticisme est au dessus de la critique, ou va t’on?

Pourtant je me sens obligé de préciser ce qui suit: où l’individu mortel Brunschvicg, qui est d’ailleurs mort en janvier 1944, fait il de l’anthropomorphisme en faisant tourner autour de sa personne individuelle les systèmes philosophiques, c’est à dire le monde des Idées universelles ?
Si cette pensée , et non cet individu illusoire et mortel, est effectivement comme je le pense universelle en ayant donné ici des arguments en ce sens, elle a le droit et la légitimité pour se placer sur le trône de Dieu (de l’Idée de Dieu, car Dieu est une Idée , non un être) au centre du plan internel, et donc de faire tourner autour d’elle les Idées , d’ailleurs Brunschvicg lui même s’en explique dans ce propos extraordinaire que j’ai bien souvent cité:

https://leonbrunschvicg.wordpress.com/quelques-citations-eparses-de-brunschvicg-particulierement-eclairantes-voire-illuminatrices/

«  Le sentiment de notre éternité intime n’empêche pas l’individu de mourir, pas plus que l’intelligence du soleil astronomique n’empêche le savant de voir les apparences du soleil sensible. Mais, de même que le système du monde est devenu vrai le jour où la pensée a réussi à se détacher de son centre biologique pour s’installer dans le soleil, de même il est arrivé que de la vie qui fuit avec le temps la pensée a fait surgir un ordre du temps qui ne se perd pas dans l’instant du présent, qui permet d’intégrer à notre conscience toutes celles des valeurs positives qui se dégagent de l’expérience du passé, celles là même aussi que notre action réfléchie contribue à déterminer et à créer pour l’avenir.  »
E
Eh bien la pensée de Brunschvicg est cette pensée vraiment universelle et scientifique qui a réussi à se détacher de son centre biologique , la personne humaine et mortelle qui l’a rendue possible, pour s’installer dans le monde des Idées, à la place de Dieu, de l’Idée de Dieu, qui en est le centre ..

De cela je suis profondément persuadé …

Advertisements
This entry was posted in Léon Brunschvicg, Philosophie and tagged , . Bookmark the permalink.