Mehdi Belhaj Kacem : Dieu, la mémoire, la techno-science et le MAL

Un livre qui apporte des réponses inédites à une vieille question..
Les animaux pensent, mais seul l’homme pense « Dieu » qui n’est qu’un concept formé par l’être Humain, que le travail de MBK entend repenser.

Dieu est identifié par MBK à la technologie, c’est à dire à la possibilité de la mémoire-rétention totale , de toutes les informations.

Mais la technologie, achèvement de la métaphysique, n’est rien d’autre que la déchéance ontologique de l’Idée Absolue , qui est Dieu, la techno-science est déchéance, retombée de la science internelle depuis le ciel de l’Idée, de la mathématique sur le plan du monde et de la multiplicité pure des objets , rendue possible par le règne de la mondialisation.

En somme l’Un , qui n’est pas , chute du ciel en terre de l’être : c’est le trajet inverse, de celui auquel appelle la philosophie- Science internelle, de l’entité de l’être à l’unité de l’Un en une conscience.

Confondre tout ce qui a été vécu au cours du temps comme « expérience de la conscience » avec la Pensée -Dieu, c’est confondre l’éternité-perpétuité avec l’internité , la représentation d’un événement sur le plan du monde avec l’Idée. MBK admire beaucoup la philosophie de Quentin Meillassoux dans « Après la finitude », seulement il n’est pas vrai qu’il y ait correspondance biunivoque entre les énoncés de la Science et les événements ancestraux, censés dater de temps «  avant » l’apparition de la conscience . En d’autres termes, l’idéalisme n’est pas réfuté par les objections de Meillassoux dans « Après la finitude »
MBK ajoute deux autres thèses à celle célèbre de Meillassoux , se trouvant paraît il dans un livre projeté de celui ci « l’inexistence divine » :

– l’émergence de la conscience est tellement improbable que c’est une sorte de miracle

«  dans un monde rendu assez chaotique par l’absence de Dieu, Dieu peut très bien se produire »

La première thèse est qu’une seule chose est nécessaire : que tout soit contingent.

Mais tout, c’est tout ce qui est, tout ce qui existe, le monde de la multiplicité pure . Le seul nécessaire, c’est l’Idée de Dieu, de l’Un . Que Dieu se produise dans le monde, cela signifie que l’Idée de l’Idée est formée depuis toujours, (le mathématicien est à la fois découvreur et inventeur) mais spécialement depuis qu’a été inventée l’idée d’∞-catégorie :

https://ncatlab.org/nlab/show/%28infinity%2C1%29Cat

https://ncatlab.org/nlab/show/%28infinity%2C1%29-category+of+%28infinity%2C1%29-categories

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/04/16/scienceinternelle-19-recherches-sur-lidee-de-dieu-qui-est-dieu-∞-categorie-des-∞-categories/

Le dernier chapitre du livre est consacré à l’oeuvre « La photo au dessus du lit » de Bertrand Schefer:

http://www.pol-editeur.com/index.php?spec=livre&ISBN=978-2-8180-2150-7

This entry was posted in Philosophie and tagged , , . Bookmark the permalink.