John Ford : l’homme qui tua Liberty Valance (1962, vf)

Voir ici:

https://m.ok.ru/video/296649427597

Sur ce film :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/L’Homme_qui_tua_Liberty_Valance

Que signifie la fin ?

« On est dans l’Ouest, ici. Quand la légende dépasse la réalité, alors on publie la légende« 

Mais la réalité est elle la vérité?

La réalité est que c’est Tom Doniphon, et non pas Ransom Stoddard qui tire la balle qui tue Liberty Valance. La réalité enchaînement d’évenements du monde, n’a aucun sens supérieur.

La vérité , appelée un peu vite « légende » est que Ransom Stoddard , nul quand il s’agit de tirer, est prêt à donner sa vie pour que s’incarne la lutte inexpiable entre la violence sauvage, loi des premiers arrivants « têtes brûlées «  et aventuriers, dans l’Ouest, et le droit (représenté par lui, Ransom Stoddard, qui est avocat). Il n’a donc pas le droit de fuir, car il représente quelque chose de supérieur à son individualité, pour lequel il doit sacrifier sa vie. Cela, ce n’est pas un mythe, puisque Ransom Stoddard le pense réellement et conforme sa vie à cet idéal, qui n’est pas un idéal naïf, mais quelque chose qui vaut qu’on donne sa vie en sacrifice.

Donc c’est la vérité de l’Idée,et non la légende de l’imagination, qui dépasse la réalité, simple enchaînement de faits du plan vital.

Ce film est donc proche de High Noon (Le train sifflera trois fois) réalisé par Fred Zinneman dix ans avant, aussi avec Lee Van Cleef:

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/05/26/brunschvicgraisonreligion-exemple-3-des-oppositions-fondamentales-high-noon-de-fred-zinneman-1952/

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.