Immortalité ou In-finitude ?

Dénis Moreau dans « Mort où est ta victoire ? » accomplit un plaidoyer pour la croyance chrétienne en une « après vie » consistant en une éternité de joie venant récompenser une vie bonne, ou de châtiments venant punir une vie « mauvaise ». Les croyances musulmanes sont un peu semblables, ce qui n’est pas étonnant puisque l’Islam naît du judeo-nazaréisme, Mélanie de judaïsme et de christianisme.

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/07/08/denis-moreau-mort-ou-est-ta-victoire/

Mais Mehdi Belhaj Kacem , dans son dernier livre « Dieu, la mémoire, la technoscience et le mal »:

http://editionslesliensquiliberent-blog.fr/mehdi-belhaj-kacem-dieu/

souligne que ce n’est pas la croyance juive, et que le judaïsme se distingue des deux autres « monothéismes » en niant l’immortalité individuelle: là se situe selon lui la cause véritable de la haine antisémite qui s’est abattue sur les juifs depuis qu’ils existent et partout dans le monde. MBK affirme que les juifs (ou plutôt le judaïsme orthodoxe) sont les seuls à entretenir cette négation, ce qui est sans doute faux compte tenu du thème kabbalistique du « gilgoul » apparu il est vrai sur le tard en Europe médiévale chrétienne, et l’on peut débattre pour savoir si le bouddhisme (hinayana) ou le Vedanta accordent une place à l’éternité d’une « après vie ».
L’immortalité, ou plutôt la croyance en ce sens (car ce n’est qu’une croyance , Denis Moreau le reconnaît) n’est que la « réponse » à un cas particulier de la finitude propre au plan vital, à savoir la finitude temporelle (le fait que la durée de l’existence dans le monde est bornée) . Même si l’on arrivait à prouver que cette finitude temporelle est inexistante, cela ne réglerait pas le problème de la finitude, qui provoque c’est vrai un sentiment d’horreur rattaché illusoirement à la mort.
Il me semble, et c’est aussi ce que pense MBK, que la thèse de Dénis Moreau doit être inversée : la « croyance » (fausse) en l’infinitude du plan vital ( avec son corollaire l’infinitude temporelle, l’immortalité) encourage les comportements existentiels immoraux. Cela est visible dans le cas des croyances islamiques, qui se transforment en haine. S’abstenir de certains comportements (mentir, forniquer) par peur du jugement à la mort n’est en aucun cas un comportement « moral »; croire que le plan vital est infini, c’est plaquer le plan internel (Infini) sur le plan vital (fini): idolâtrie et confusion intellectuelle qui ne peut mener qu’à des dérèglements moraux et sexuels.

Le sentiment de joie souveraine et d’horreur mêlées que provoque la certitude de la mort , de l’anéantissement se retrouve dans le sexe, c’est là le fond des livres de George Bataille

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/14/george-bataille-le-bleu-du-ciel-1935-le-jour-des-morts/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/07/09/georges-bataille-sur-le-bleu-du-ciel-1935/

Le lien pour le chef d’oeuvre de Jean Renoir « Partie de campagne » (1936) avec Sylvia Bataille, ne fonctionne plus, mais l’on peut voir ce film ici:

https://m.ok.ru/video/193550092886

Les sous titres turcs ne gênent pas beaucoup puisque c’est en français

Advertisements
This entry was posted in Cinéma, Littérature-Poésie, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Science-internelle and tagged , . Bookmark the permalink.