Le principe d’unité dans le Coran et la Torah

Islam comme christianisme sont issus du judaïsme, et d’une scission de celui ci provoquée par l’Evénement- Jésus mais aussi par la conquête par Rome : le peuple juif se sépare en deux composantes, l’une , les Nazaréens , guerrière et admettant une partie du message évangélique, la plus « exotérique » et la plus « desséchée », considérant Jésus comme un Messie guerrier qui libérera Israël de la domination romaine et soumettra par la guerre toutes les Nations à la loi du Dieu d’Israel. Après la destruction de Jérusalem en 130, les Nazaréens ou « judéo-chrétiens » prendront la fuite en Syrie où ils recruteront comme mercenaires des tribus arabes,(qui deviendront les premiers musulmans) qu’ils formeront au nazaréisme et recruteront pour la reconquête de Jérusalem , à laquelle ils parviendront en 637 sous le nom retenu par l’histoire de « conquête musulmane »:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Judéo-nazaréisme

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Siège_de_Jérusalem_(637)

http://www.lemessieetsonprophete.com/annexes/le_livre.htm

https://lesobservateurs.ch/2017/07/21/a-lorigine-de-lislam-folle-histoire-judeo-nazareens/

https://legrandsecretdelislam.com

l’autre fraction des juifs, beaucoup plus pacifique, donnera le judaïsme rabbinique, se caractérisant par un refus total du message chrétien : ils resteront en Occident , malgré la haine qu’ils subiront, ce sont eux qui sont appelés depuis toujours « les juifs » ; quant aux nazaréens, ils disparaîtront en tant que fraction du peuple juif, se fondant peu à peu dans la communauté des musulmans, à moins qu’ils n’aient été massacrés par les Arabes qui ne voyaient pas d’un bon œil leur tendance au refus du métissage. Toujours est il que la séparation entre Occident chrétien , où les juifs habitaient, et Islam, est claire.
Or l’une des composantes principales de l’esprit juif , décelable dans le Shma’ Israel , est l’identification du Tétragramme imprononçable YHWH à l’Un (plus philosophique et grec):

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Chema_Israël

Au verset 6:4 du Deutéronome :

Shemaʿ Yisrā’ēl YHWH elohénou YHWH eḥāḏ (« écoute Israël, l’Éternel [est] notre Dieu, l’Éternel [est] un)

https://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft0506.htm

Cet esprit se retrouve dans l’évangile et dans le Coran, en particulier dans la sourate 112 Al- Ikhlas dite « du monothéisme pur »:

https://www.yabiladi.com/coran/sourate/112/al-ikhlas.html

« 112.1. Dis : «C’est Lui, Dieu l’Unique, »

On remarque tout de suite que le verbe arabe à l’impératif « Dis » ( QUL)

قُلْ

Prend la place de l’impératif Shma’ ( « Écoute ») en hébreu, impératif adressé à tout Israel alors que dans la sourate 112 l’impératif QUL est adressé à l’individu (Mahomet fut il le premier ?) que les scribes nazaréens veulent islamiser :

שְׁמַע

On sait que Waraqa Ian Nawfal le cousin de la première épouse Khadija de Mahomet était un prêtre nazaréen:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Waraqa_ibn_Nawfal

Islam et judaïsme ne sont donc pas équivalents : comment ne pas associer le verbe « DIS » de la sourate 112 au verbe – langage ou proféré et le verbe « SHMA » au verbe intérieur ou Verbe – Raison , soit la dualité du Logos des stoïciens signalée par Léon Brunschvicg, qui définira le problème fondamental de l’Occident philosophique comme du christianisme:

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/progres_conscience_t1/progres_conscience_t1_intro.html

« Aussi bien, et l’on devra s’en laisser convaincre par les premiers chapitres de notre ouvrage, l’opposition décisive entre l’idéalisme mathématique de la République platonicienne et le réalisme astro-biologique de la Métaphysique aristotélicienne a défini le thème fondamental de l’Occident dans le domaine pratique comme dans le domaine théorique, indépendamment de toute référence au christianisme. Plusieurs siècles avant qu’il ait commencé d’exercer sa propagande, la polémique de l’Académie et du Lycée apporte le témoignage lumineux qu’il existe deux types radicalement distincts de structure mentale, commandés, l’un par les relations de la science (μαθήματα), l’autre par les concepts du discours (λόγοι). De là procède le problème religieux, tel qu’il se manifeste dans la terminologie des Stoïciens avec la dualité du Verbe intérieur, ou raison : λόγος ἐνδιάθετος, et du Verbe extérieur, ou langage : λόγος προφορικός. Ce problème, s’il devait prendre dans le christianisme une forme de plus en plus aiguë, ne relève à son origine que de la seule philosophie. »

En somme ce que dit Brunschvicg c’est que la dualité juive entre « écouter » (intérieur, ésotérisme) et « dire »( extérieur , exotérisme), qui aboutira à l’opposition entre judaïsme et Islam vient , par la christianisation de l’Occident gréco-romain, se greffer sur Le dualité purement philosophique  entre idéalisme mathématique platonicien et réalisme astrobiologique aristotélicien ; une dualité oppositionnelle qui se retrouve dans l’opposition entre les deux plans, ontologique et internel, qui définit l’Ouvert :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/a-propos-de-ce-blog-plan-vital-et-plan-spirituel-dans-leur-dualite-qui-est-louvert/

comme dans les deux formes de mathématiques, catégorique et ensembliste , associées à ces deux plans:

https://mathesisuniversalis2.wordpress.com/2015/06/09/les-deux-formalismes-mathematiques-de-badiou-theorie-des-ensembles-et-theorie-des-topoi/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/03/15/les-deux-theories-mathematiques-privilegiees-par-badiou-topoi-et-ensembles-correspondant-aux-deux-plans-vital-ontologique-et-spirituel/

Le péché ( assez peu mignon) d’Alain Badiou, dû à son athéisme foncier , consiste à nier toute possibilité d’hénologie, donc à nier l’événement de la théorie des catégories , en ne retenant que le seul événement (cantorien) de la théorie des ensembles qu’il identifie à l’ontologie:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/01/15/antti-veilahti-badious-mistake/

L’islam dans le Coran et la sourate 112 est lui aussi négateur de toute possibilité d’hénologie et donc athée , car c’est cela l’athéisme religieux : dire que «  DIEU EST «  et que l’Un est identifié au Dieu étant sous la forme de l’Un séparé , transcendant. A l’opposé l’idéalisme platonicien qui est celui de la Science internelle selon ce blog opte pour l’immanence radicale de l’Un, sous la forme de l’opération intellectuelle, internelle plutôt qu’éternelle, de l’unification dans la Mathesis : on ne peut pas remonter au delà du principe d’unité:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/06/22/individuation-universel-et-liberte-le-manifeste-pour-lautonomie-dandre-simha/

« Il n’y a rien à chercher dans l’esprit au delà de l’unité
C’est le fondement infondé de l’esprit : celui ci n’a pas à chercher la raison de sa volonté d’unité , il est unification” et page 50 aussi cette indication claire sur la notion d’esprit individuel :

“S’il y a un écart entre un esprit et l’unité, c’est qu’il s’agit précisément d’un esprit individuel et c’est parce que l’individualité exclut la pureté et la perfection de l’unité achevée. »

This entry was posted in Alain Badiou, Bible, Christianisme, Coran, Islam, Israel, Léon Brunschvicg, nazisme, Ontologie, Philosophie, Platon, Religions, Science-internelle. Bookmark the permalink.