SHAME (2011) vo

https://m.ok.ru/video/40683244247

J’avais lu dans le temps un livre d’un psychanalyste ( Winter il me semble) à l’insupportable terminologie lacanienne sur cette perversion (paraît il ) masculine consistant à désirer la multiplicité pure de toutes les femmes , il appelait ça le « Nom- du-Père « .. mais le propre du désir ne consiste t’il pas à viser le multiple pur parce que le désir appartient au plan vital, ou plan ontologique de la multiplicité pure, sans liens, sans relation, les ensembles sans morphismes et « entre le pénis et les mathématiques il y a rien c’est à dire tout » le fossé , le gouffre infini , l’Abime qui sépare l’Un et le multiple pur…

Au fond , désirer toutes les femmes, un nombre indéfini mais non infini car borné, c’est n’en désirer aucune

Cette «  arithmétique »bizarre se tradui donc, au niveau symbolique plutôt que mathématique car l’Un n’a rien à voir avec le nombre 1, qui n’est d’ailleurs pas considéré comme un nombre premier, ce qui invaliderait le théorème fondamental de l’algebre Sur l’unicité de la décomposition d’un nombre en facteurs premiers
Seuls les arithmosophes , descendants des acousmatiques schismatiques parmi les Pythagoriciens, considèrent que 1 est un nombre premier, sinon leurs calculs de guematria seraient faux:
http://www.fivedoves.com/revdrnatch/Does_God_think_1_is_prime.htm

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2016/02/20/brunschvicgprogres-homo-faber-et-homo-sapiens/

« Il est à remarquer que le conflit des tendances n’est pas resté à l’état latent : il y a eu, sans doute vers la fin du Ve siècle, un schisme dans la Société pythagoricienne, et qui a mis aux prises Mathématiciens et Acousmatiques. Ceux-ci (et les expressions dont se sert M. Robin sont tout à fait significatives), « pour conserver à l’Ordre une vie spirituelle, parallèle à celle de l’Orphisme et capable de la même force d’expansion ou de résistance, s’attachèrent avec une passion aveugle à l’élément sacramentel et mystérieux de la révélation, à des rites et à des formules : les Acousmatiques ont voulu être des croyants et des dévots. Les autres, sans abandonner formellement le credo des premiers, en jugèrent l’horizon trop étroit : ils voulurent être, et eux aussi pour le salut spirituel de leur Ordre, des hommes de science. Mais cela n’était possible qu’à la condition de renoncer à l’obligation du secret mystique et de justifier rationnellement des propositions doctrinales. Aux yeux des dévots, ces savants étaient donc des hérétiques. Mais ce sont eux, hommes de la seconde génération pythagorique, qui ont transformé en une école de philosophie l’association religieuse originaire. C’est pourtant celle-ci, réduite à ses rites et à ses dogmes, qui a survécu jusqu’au réveil néo-pythagoricien…..« Ces observations contiennent le secret de l’histoire du pythagorisme. L’homo sapiens, vainqueur de l’homo faber, y est vaincu par l’homo credulus. Grâce aux démonstrations irréprochables de l’arithmétique pythagoricienne, l’humanité a compris qu’elle possédait la capacité de se certifier à elle-même, non pas des vérités qui seraient relatives au caractère de la race ou du climat, subordonnées au crédit des magiciens ou des prêtres, à l’autorité des chefs politiques ou des pédagogues, mais la vérité, nécessairement et universellement vraie. Elle s’est donnée alors à elle-même la promesse d’une rénovation totale dans l’ordre des valeurs morales et religieuses. Or, soit que l’homo sapiens du pythagorisme ait trop présumé de sa force naissante, dans la lutte contre le respect superstitieux du passé, soit qu’il n’ait même pas réussi à engager le combat, on ne saurait douter que le succès de l’arithmétique positive ait, en fin de compte, servi d’argument pour consolider, pour revivifier, à l’aide d’analogies mystérieuses et fantaisistes, les propriétés surnaturelles que l’imagination primitive associe aux combinaisons numériques. La raison, impatiente de déployer en pleine lumière sa vertu intrinsèque et son efficacité, s’est heurtée à ce qui apparaît du dehors comme la révélation d’une Parole Sacrée, témoin « le fameux serment des Pythagoriciens : « Non, je le jure par Celui qui a révélé à notre âme la tétractys (c’est-à-dire le schème décadique formé par la série des quatre premiers nombres) qui a en elle la source et la racine de l’éternelle nature… » Le caractère mystique du Pythagorisme (ajoute M. Robin) se révèle encore par d’autres indices : c’est caché par un rideau, que le Maître parle aux novices, et le fameux : Il l’a dit (αὐτὸς ἔφα) ne signifie pas seulement que sa parole doit être aveuglément crue, mais aussi que son nom sacré ne doit pas être profané »

1 = ∞
n = 0 pour tout nombre n entier n : Nat

∞ N’est pas non plus un nombre, donc cette « algèbre est moins bizarre qu’il n’y parait…ou encore plus.

Ceci me rappelle un « slogan » paradoxal des « Alcooliques anonymes » : «  UN verre c’est trop, mille pas assez » à la place de mille pourrait figurer un million ou un milliard..

On retrouve l’arithmétique bizarre dont nous comprenons maintenant qu’elle formalise l’addiction , qui concerne aussi bien les alcooliques que les nymphomanes ou les obsédés sexuels, comme on dit .. l’addiction consiste à confondre l’indéfini avec l’Infini .. l’indéfini c’est n’importe quel nombre, aussi grand qu’on veut, c’est la totalité des nombres, mais aucun en particulier.. tout c’est rien … et cela revient au néant, à zéro. LInfini c’est L’Un qui lui non plus n’est borné par rien d’extérieur car Il n’a pas d’extérieur, d’Autre or il n’y a qu’un seul Infini, comme il n’y a qu’un seul Un

En résumé l’arithmétique de l’addiction, c’est à dire du plan vital, s’écrit :

UN = ∞

AUTRE = 0

La multiplicité pure des bouteilles, comme des partenaires sexuels, comme d’ailleurs celle des bouquins ou des pièces d’or, ne mène qu’au Néant..

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s