Stanley Kubrick : « Killer’s kiss » (le baiser du tueur) 1955 vo

https://m.ok.ru/video/274761386659

C’est un film des premières années de Kubrick, mais un vrai film avec un vrai budget

Pour « Fear and desire » en 1952 Kubrick avait obtenu un prêt de dix mille dollars de son oncle Martin Pervaler, ce qui n’a d’ailleurs pas suffi car les frais se sont élevés à cinquante mille dollars. Les psychopathes de Kubrick

http://www.gordonbanks.com/gordon/pubs/kubricks.html

Ne sont pas encore là avec toute leur « gravité » dans le film de 1955, ils sont cependant en germe dans « Fear and desire » . Un psychopathe est quelqu’un qui regarde en face « l’impossible » de la condition humaine (la mort, le crime, l’inceste) tout comme l’artiste ( Thomas Mann disait que celui ci est « le frère du fou et du criminel ») mais n’a pas la relation avec le plan internel pour faire face. Aussi supporte t’il le plan vital et sa violence en devenant fou justement. Dans « Shining » Jack Torrance est écrivain mais à cause de son alcoolisme ( toujours est il qu’il ne boit que dans son hallucination, car il n’y a pas d’alcool à l’hôtel Overlook) il n’arrive à rien qu’à répéter la phrase «  All work and no play makes Jack a dull boy » aussi sombre t’il dans la folie , le vrai thème du film, bien plus terrifiant que les histoires de fantômes . Jack Torrance est un des psychopathes les plus réussis de la galerie de monstres de Kubrick, où il faut aussi citer le général Jack Ripper de Docteur Folamour.

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/02/16/une-interpretation-des-apparences-surnaturelles-dans-shining-de-stanley-kubrick-1980/

Dans « Fear and desire » l’une des dernières phrases est « je n’ai pas été bâti pour ça «  suivie de « Personne ne l’est.. c’est un truc qu’on accomplit pour ne pas mourir immédiatement « 

J’affirme que les psychopathes des films ultérieurs de Kubrick ( disons à partir de « Lolita » où Peter Sellers est un bel exemple de pédophile) sont là dans ce dialogue final de « Fear and desire » qui est pour moi malgré son pauvre budget et son caractère amateur son plus grand film, celui qui permet de comprendre tous les autres

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/02/14/stanley-kubrick-dans-une-foret-obscure/

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.