Note de lecture : “Un homme qui dort” (Georges Perec)

Charybde 27 : le Blog

Le détachement du monde d’un jeune homme, ou comment écrire pour dissoudre le réel.

x

perec

En épigraphe à «Un homme qui dort», publié en 1967 aux éditions Denoël, juste après «Les choses», on peut lire cet extrait des Méditations sur le péché de Franz Kafka :

«Il n’est pas nécessaire que tu sortes de ta maison. Reste à table et écoute. N’écoute même pas, attends seulement. N’attends même pas, sois absolument silencieux et seul. Le monde viendra s’offrir à toi pour que tu le démasques, il ne peut faire autrement, extasié, il se tordra devant toi.»

Alors qu’il doit aller passer un examen un matin, un jeune homme, un étudiant sans nom, ne se lève tout simplement pas. À partir de ce geste, ou de cette absence de geste, il se détache et devient indifférent à ce monde qu’il ne reconnaît plus ; il veut tout accomplir sans y…

View original post 611 more words

Advertisements
This entry was posted in Philosophie. Bookmark the permalink.