Milos Forman : Larry Flint (1996) vf

https://m.ok.ru/video/249385519806

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Larry_Flynt

Page du film :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Larry_Flynt_(film)

Ce qui est dit ici n’a rien à voir avec les imbécilités proférées par certains « croyants » et Larry Flint a beau jeu, dans le film , de les mettre en fac de leurs contradictions : si Dieu a créé le monde , alors il a créé le sexe de l’homme et de la femme, ainsi que l’instinct sexuel, et il n’y a rien d’obscène ou de criminel à montrer des photos de corps nus ou en pleine activité sexuelle.

Non, Dieu n’existe pas , c’est une Idée, formée nécessairement par l’être humain, l’Idée de l’Un , c’est à dire ce qui rend possible à l’esprit humain d’unifier les phénomènes dans la science. Pas de science sans les mathématiques, et l’Idée de Dieu est aussi nécessaire à l’unification que n’importe quelle autre idée mathématique, celle de tenseur par exemple, sans laquelle la physique relativiste n’existerait pas.

Maintenant qu’est ce que la liberté ? Ce n’est pas ce qu’on imagine généralement : «  je mange et je bois ce que je veux, je lis et je regarde ce que je veux, je baise avec qui je veux, et je t’emmerde ».

Il me semble que la liberté véritable a à voir avec l’Un, c’est à dire avec la capacité humaine à unifier la réalité , exprimée à la fin de l’ouvrage de Brunschvicg, le « Progrès de la conscience »:

http://classiques.uqac.ca/classiques/brunschvicg_leon/progres_conscience_t2/progres_conscience_t2.html

« Il faudra donc conclure qu’en dehors de la présence de l’unité dans une conscience qui sait n’être radicalement extérieure à rien, il n’y a rien, non point parce qu’on a été incapable de rien trouver, mais parce qu’il n’y avait rien en effet à chercher. « 

Seulement ceci réclame un travail de la part de l’homo sapiens :

« Pour faire face aux dangers qui, aujourd’hui autant que jamais, le menacent dans son avenir terrestre, pour ne pas avoir à recommencer son histoire, il faut donc qu’il en médite sérieusement le cours, qu’il sache transporter dans le domaine de la vie morale et de la vie religieuse cette sensibilité au vrai, défiante et délicate, qui s’est développée en lui par le progrès de la science, et qui est le résultat le plus précieux et le plus rare de la civilisation occidentale. La vérité délivre, à la condition seulement qu’elle soit véritable.« 

Or voici ce que je lis dans la dernière parution du séminaire de Badiou « Théorie du Mal; théorie de l’amour »:

http://www.entretemps.asso.fr/Badiou/90-91.htm

« De la chansonnette à la pornographie, l’amour est d’autant plus chanté qu’il est absent ou qu’il entre dans l’indifférence et la banalité » page 169

Et Page 147 :

« Le sexuel est l’innomable de l’amour, et ce n’est pas la vérité amoureuse qui pourrait l’éclaircir »

On pourrait ici reprendre les lignes de Brunschvicg :

« Lorsqu’on rêve encore d’une philosophie transcendante à la vérité de la science, d’une religion transcendante à la vérité de la philosophie, il est inévitable que l’on continue à laisser s’interférer le langage de ces deux conceptions ; et c’est à ce phénomène d’interférence qu’est dû l’aspect dramatique et tourmenté des vingt-cinq siècles dont nous avons essayé d’esquisser l’évolution intérieure. Au moment où était attendue la plus grande lumière, à la cime de la spiritualité, le maximum d’obscurité s’est produit : nuit mystique, inconscient, néant. Ainsi, comme dit quelque part Amiel, « les contradictions se vengent. » (B. III, 397.) Ou l’homo sapiens aura l’énergie de les surmonter, ou il subira le châtiment de sa faiblesse.« 

C’est la « transcendance du corps » , loi du plan vital qui provoque cette obscurité de l’innomable. Soit l’homo sapiens aura l’énergie nécessaire pour surmonter entièrement ce « songe d’amour », l’Eros du plan vital dans l’Agapé du plan de l’Idée ; soit cette obscurité « mystique «  de l’érotisme , qui n’est rien d’autre que « regard de la Mort » le précipitera des cieux du plan internel en la terre du plan vital

https://www.aelf.org/bible/Jn/8

« Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;

32 alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »

Mais ceci est sous condition :

« leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. »

La vérité rendra libre seulement celui qui se libère du monde, du corps, du plan vital ou, comme dit Brunschvicg :

« La vérité délivre, à la condition seulement qu’elle soit véritable. »

Il n’y a pas de vérité dans l’Eros, seulement l’obscurité, la mort

https://unedemeuresouterraineenformedecaverne.wordpress.com/philippe-jaccottet-lobscurite/

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.