José Giovanni :Le rapace (1968)

http://libertyland.one/le-rapace.html

(Uptostream)

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Le_Rapace

L’opposition entre l’idéalisme révolutionnaire de Miguel et le cynisme de tueur à gages de Lino Ventura est tranchée, mais c’est ici le lieu de dire qu’il s’agit d’un exemple du faux idéalisme, d’ailleurs toujours démenti par les faits, à chaque « révolution » : s’il était possible de « changer le monde » ça se saurait, depuis le temps. A ce mensonge des belles âmes de gauche s’oppose l’idéalisme véritable, celui qui sait que le monde, le plan vital, n’a aucune valeur , car il est le plan de la finitude. « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier «  (Stig Daggerman) à rassasier au moyen du fini : on ne remplit (ou ne vide ) pas un océan à la petite cuillère. Le seul « infini » est le plan de l’Idée .

Cela soit dit jusqu’à la prochaine révolution, jusqu’à la prochaine trahison de la révolution : le pouvoir ne se partage pas…

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/leon-brunschvicg-lidealisme-contemporain/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/01/27/leon-brunschvicg-la-philosophie-est-la-science-des-idees/

« Tout idéalisme est incomplet et impuissant qui conçoit l’idéal en l’opposant à la réalité;l’idéal, c’est alors ce que nous ne sommes pas, ce que nous ne pouvons pas être, le chimérique ou l’inaccessible. Et ainsi se constitue le faux idéalisme, celui qui célèbre doctement la banqueroute de la science humaine, afin de fonder la vérité divine sur l’absurdité de la croyance, ou qui s’associe joyeusement sur terre à l’oeuvre d’iniquité, afin de mieux réserver la justice au Ciel.. mais si l’idéal est la vérité, il est la vie même de l’esprit. L’idéal, c’est d’être géomètre, et de fournir d’une proposition une démonstration rigoureuse qui enlève tout soupçon d’ erreur; l’idéal c’est d’être juste, et de conformer son action à la pureté de l’amour rationnel qui enlève tout soupçon d’égoïsme et de partialité. Le géomètre et le juste n’ont rien à désirer que de comprendre plus ou de faire plus, de la même façon qu’ils ont compris ou qu’ils ont agi, et ils vivent leur idéal. Le philosophe n’est pas autre chose que la conscience du géomètre et du juste; mais il est cela, il a pour mission de dissiper tout préjugé qui leur cacherait la valeur exacte de leur oeuvre, qui leur ferait attendre, au delà des vérités démontrées ou des efforts accomplis, la révélation mystérieuse de je ne sais quoi qui serait le vrai en soi ou le bien en soi; le philosophe ouvre l’esprit de l’homme à la possession et à la conquête de l’idéal, en lui faisant voir que l’idéal est la réalité spirituelle, et que notre raison de vivre est de créer cet idéal. La création n’est pas derrière nous, elle est devant nous; car l’idée est le principe de l’activité spirituelle… C’est donc à une alternative que nous conduit l’étude de l’idéalisme contemporain Ou nous nous détachons des idées qui sont en nous pour chercher dans les apparences extérieures de la matière la constitution stable et nécessaire de l’être, nous nous résignons à la destinée inflexible de notre individu, et nous nous consolons avec le rêve dun idéal que nous reléguons dans la sphère de l’imagination ou dans le mystère de l’au delà ou bien nous rendons à nos idées mortes leur vie et leur fécondité, nous comprenons qu’elles se purifient et se développent grâce au labeur perpétuel de l’humanité dans le double progrès de la science et de la moralité, que chaque individu se transforme, à mesure qu’il participe davantage à ce double progrès. Les idées, qui définissent les conditions du vrai et du juste, font à celui qui les recueille et s’abandonne à elles, une âme de vérité et de justice; la philosophie, qui est la science des idées, doit au monde de telles âmes, et il dépend de nous qu’elle les lui donne”

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.