Stanley Kubrick : l’ultime razzia (The Killing) 1956 vf

http://libertyland.one/l-ultime-razzia-1957.html

(Cliquer sur uptostream en dessous de l’écran ; si l’on clique sur « openload » on a droit à une publicité honteuse faisant appel sans ambiguïté aux pulsions les plus basses, de sexe notamment , et après ces gens là diront que « les temps changent », que « la parole des femmes se libère » et que « les mentalités évoluent », mais après tout « nous sommes en démocratie » pas vrai ? Et personne ne souhaite le retour de l’ordre moral de Vichy dans Les années 40, sauf les dangereux sbires d’extrême droatttte)

Donc uptostream et en aucun cas openload..

Ce film est un chef d’oeuvre Absolu où l’on reconnaît une fois de plus la griffe du Maître et le profond désespoir de Kubrick. Ces personnages organisent un coup de maître, un hold up qui ne floue que les voleurs du PMU : leur erreur est de croire que l’argent va régler leurs problèmes

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/L’Ultime_Razzia

Évidemment Jim Thompson (mort d’alcoolisme, comme Peckinpah) a participé au scénario :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Jim_Thompson

D’ailleurs, The getaway, le chef d’oeuvre de Peckinpah , est tiré d’un roman de Jim Thompson ( qui a écrit « Monsieur Zéro », le seul que j’ai lu.. ça m’a suffi, après ça je suis passé aux choses sérieuses : mathématiques, philosophie)

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Guet-apens_(film,_1972)

On peut voir Getaway ici :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/10/24/sam-peckinpah-getaway-vo-1972/

La fin du film de Kubrick « the killing » est extraordinaire : on pressent que tout va mal se passer avec cette valise, et L’arrestation de Johnny ( Sterling Hayden) par les détectives de l’aéroport est filmée du point de vue de l’homme en fuite qui voit s’avancer vers lui les deux policiers revolver dégainé .. mais comme il dit «  À quoi bon ? »

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/03/30/a-quoi-bon-quelques-pensees-a-cacher-sous-le-tapis/

J’ai déjà dit qu’il n’y a qu’une seule voie pour échapper à la morsure de l’antique serpent nommé «  à quoi bon ? » : la voie vers l’Un ( non pas l’Un Transcendant et séparé qui est le Dieu des mystiques) , non pas gagner de l’argent ou coucher avec tout le monde .. franchement si on m’avait dit il y a quarante ans que je finirais dans la peau d’un vieux rabâcheur…

C’est d’ailleurs la conclusion du « Bûcher des vanités «  dont l’auteur ( du roman dont le film est tiré, un autre «  best seller » comme celui d’il y a 2000 ans) est mort récemment:
«  que sert à l’homme de conquérir le monde s’il doit perdre son âme ? »

http://saintebible.com/matthew/16-26.htm

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.