L’amour est un crime parfait (2013)

https://m.ok.ru/video/254659791592

22 ou 23 eme minute : Marc donne son cours et aborde l’Odyssée, d’Homere ou de Joyce ; Ulysse rentre chez lui retrouver Pénélope et ce chemin du retour le fait naviguer entre les îles , navigation errante au cors de laquelle il fait toutes sortes de rencontres, dont Circé, les Sirènes .

Une étudiante demande «  et l’amour dans tout ça ? »

« Il n’avait pas encore été inventé, Mademoiselle ! »

Le suicide de Marc à 1h46 , il écrit :

La vérité en amour est elle possible ? Il rature possible et le remplace par souhaitable

Puis il rature tout et le remplace par :

L’amour est un crime parfait

Puis il allume son briquet et tout saute..

Mais quel est il, ce crime parfait ?

Là encore l’article précédent est là :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/05/27/hommes-femmes-mode-demploi-le-heurt-successif-sideralement-dun-compte-total-en-formation/

Le libertinage , déchéance ontologique de l’Un dans le monde des corps, est un crime, tout le monde le sait , et c’est un crime qui n’est pas parfait justement parce que tout le monde sait que c’est un crime. Certes pas un crime contre l’humanité comme l’inceste (qui est présent dans le film , entre Marc et sa sœur Marianne, c’est à elle qu’il écrit ce denier mot avant de mourir)…

L’amour est un crime parce qu’il n’est pas Agapé tout en prenant la place d’Agapé. C’est un crime parfait parce que tout le monde ne le sait pas. Car pour savoir cela soit il faut reprendre les réflexions menées ici (?), soit il faut être capable d’Agapé. Ce qu’on ne sait pas faire on en parle..

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.