Theodor « Unabomber » Kaczynski et les thèses de ce blog

Je ne connais pas très bien l’affaire Unabomber, j’ai lu le « manifeste » de Kaczynski , « La société industrielle et son avenir » en diagonale et il y a longtemps, tout comme d’ailleurs le manifeste « 2083 » d’Anders Behring Breivik ( lecture encore plus de survol, car il y a des longueurs ) qui parait il en est inspiré :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Theodore_Kaczynski

On ne peut tout simplement pas ignorer, ou nier, que le « Manifeste » d’Unabomber, qui a d’ailleurs rendu possible son arrestation, va dans le sens d’une opposition virulente à la science et à son émergence ent Europe au 17 eme siècle, considérée comme une catastrophe globale pour l’humanité . Même diagnostic que pour le livre d’Olivier Rey , qui est aussi mathématicien, « Itinéraire de l’égarement ; du rôle de la science dans l’absurdité contemporaine ».

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00933706

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00933706

Kaczynski est généralement classé parmi les « écologistes » , mais son manifeste témoigne d’une opposition forte aux « gauchistes «  , opposition salutaire de mon point de vue : je suis anti-écologiste, à cause de cette collusion entre les écologistes et la gauche.

Ici une différence est tracée entre science et technoscience : La science s’édifie sur les idées mathématiques, elles mêmes ou certaines d’entre elles grâce aux actions des Idées intelligibles, divines et non humaines, sur l’esprit humain. Ou encore : il n’y a de scientifique dans une science particulière qu’autant qu’il y a en elle de mathématique ( c’est en substance ce que dit Kant ) . Sans la science pas déc technoscience , pas de progrès industriel qui apparaît avec les premières machines à vapeur au 18 eme siècle, bien après Copernicienne et Galilée, bien après la révolution copernicienne donc. Mais alors ce n’est pas l’attrait du progrès technique, de la puissance et de la richesse qui explique l’apparition de la science moderne . Ce qui l’explique, c’est la volonté de rupture avec la tradition biblique et chrétienne (judéo-chrétienne entend on souvent, mais c’est à mon avis un terme à éviter car il signifie « musulman » évoquant les « nazaréens » dits « judéo-chrétiens «  parce qu’ils admettaient en plus de la Torah certaines parties de l’evangile et ont créé l’islam et le Coran sur ces bases)

c’est du moins la thèse du livre d’Olivier Rey, Husserl dit la même chose en termes d’autonomie dans « La crise des sciences européennes «  (Krisis) : l’humanité européenne veut se donner une forme entièrement nouvelle . « Il est bien connu que l’humanité européenne accomplit à la Renaissance un retournement révolutionnaire, elle se tourne contre les modes d’existence qui étaient jusque là les siens , ceux du Moyen Âge, elle les déprécie, elle veut se donner une nouvelle forme dans la liberté. L’image qu’elle admire est celle de l’humanité antique. Après quelques hésitations, il apparut que l’essentiel qu’elle voulait imiter, dans l’humanité antique, n’était rien d’autre que la forme philosophique de l’existene c’est à dire le fait de se donner librement à soi même sa vie durant une règle tirée de la pure raison, de la philosophie. On veut mettre en œuvre une façon réfléchie de traiter du monde, en se libérant des liens du mythe et de la tradition en général, une connaissance universelle du monde et de l’homme , dans une absence absolue de préjugés, qui finalement reconnaisse dans le monde lui même la raison intime qui l’habite, la téléologie qui est la sienne et son plus haut principe : Dieu »

Cette connaissance universelle qu’est la philosophie n’est autre que la connaissance intégrale dont parlent Léon Brunschvicg et Marie Anne Cochet, cette philosophe belge peu connue mais qui est sans doute celle qui a le mieux compris cette pensée :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/06/25/cochetbrunschvicg-la-scienceinternelle-comme-connaissance-integrale-gnosis/

pensée qui est , avec le malebranchisme le fond de ce qui affirmé ici , les deux plans , internel et vital.

Seulement cette autonomie, qui était l’idéal de l’humanité européenne à la Renaissance , Olivier Rey se demande dans « Itinéraire de l’égarement «  « comment cela a t’il pu déchoir en liberté de choisir le lieu de ses prochaines vacances ? » Quant à Husserl il s’attaque à la vision des sciences comme « science de faits «  , dans la réduction positiviste de l’idée de science à une simple science de faits et constate :

«  De simples sciences de fait forment une simple humanité de fait . Ce renversementdans la façon d’estimer publiquement les sciences était inévitable après la guerre et elle est devenue peu à peu dans les jeunes générations un sentiment d’hostilité . Dans la détresse de notre vie, cette science n’a rien à nous dire  »

Husserl fait remonter ce déclin à la deuxième moitié du XIX eme siècle :

« La façon exclusive dont la vision globale du Monde qui est celle de l’homme moderne s’est laissée, durant la deuxième moitié du XIX eme siècle, déterminer et aveugler par les sciences positives et par la « prosperity «  qu’on leur devait, signifiait que l’on se détournait avec indifférence des questions qui pour une humanité authentique sont les questions décisives »

Olivier Rey (pas Husserl , qui est mort en 1938 , ce qui lui a évité de subir les persécutions nazies, bien qu’il soit devenu chrétien par conversion à 27 ans, en 1886) parle bien des conséquences funestes du développement industriel sur l’environnement , mais les conséquences principales de « l’égarement » sont selon lui la perte du sens de l’existence et le déclin de la notion d’autonomie :

«  La vie ressemble à une simple mise bout à bout d’émotions, sans autre sens que l’angoisse d’un arrêt. Les questions de fond disparaissent de l’horizon. Comment en sommes nous arrivés à cette monstrueuse insignifiance ? »

Theodor Kaczynski pointe lui aussi, mais de manière moins philosophique, le rôle du « progrès technique et industriel » rendu possible par la science dans la disparition de la liberté humaine . Les travailleurs quel que soit leur niveau (sauf les dirigeants bien sûr) sont de plus en plus cantonnés à des tâches limitées et particulière, sans possibilité de comprendre les implications de leur travail sur l’ensemble de la société . Cela mène récemment aux débats sur les « bullshit jobs », consistant à servir de faire-valoir à des petits chefs ou à cocher des cases sur un questionnaire.

Ici , une ligne est comme déjà dit tracée, séparant science et technoscience , et c’est la technoscience qui porte la responsabilité des conséquences funestes , à la fois sur l’environnement naturel et sur l’existence humaine . Ainsi la fabrication de la bombe atomique est rendue possible par la physique d’Einstein mais elle dépasse largement la physique, inaugurant dans les années 40 le fameux « complexe militaro-industriel «  contre lequel Eisenhower mettait en garde en quittant le pouvoir en 1960 , complexe qui est peut être (sans doute ) responsable de l’assassinat de Kennedy en 1963.

La question est : est il possible d’établir une ligne de démarcation aussi rigoureuse entre science théorique et applications industrielles et militaires? C’est en partie la question que posait Grothendieck en quittant la recherche scientifique au début des années 70 mais pas les mathématiques comme le montrent les milliers de pages qu’il laisse et qui seront un jour rendues disponibles pour tous .

https://webusers.imj-prg.fr/~leila.schneps/grothendieckcircle/Allonsnous.pdf

https://sciences-critiques.fr/allons-nous-continuer-la-recherche-scientifique/

Advertisements
This entry was posted in Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Philosophie mathématique, Physique, Science, mathesis, Science-internelle and tagged , , . Bookmark the permalink.