Le Mal qui vient : temps de la fin et fin des temps ( Pierre Henri Castel)

Dans « Le Mal qui vient « ( Ed Cerf) Pierre Henri Castel, qui est philosophe, théoricien des sciences et psychanalyste, fait une hypothèse qui est selon lui plus qu’une hypothèse : le temps est passé où nous pouvions espérer , dans un sursaut collectif, empêcher l’anéantissement de notre monde. Le temps commence où la fin de l’humanité est devenue tout à fait certaine dans un horizon historique assez bref, quelques siècles .

Le temps qui nous sépare, nous qui vivons actuellement , en 2018, du dernier homme vivant avant la fin totale, dernier homme au sens propre et non pas nietzschéen ( car en ce sens, le dernier homme qui cligne de l’oeil et répète que « nous sommes les plus malins, avant nous tout le monde était fou », ce dernier homme est depuis longtemps notre contemporain) , est plus bref que le temps qui nous sépare deChristophe Colomb. Commencent donc dès aujourd’hui les temps de la fin, dans l’optique de cette fin certaine de l’humanité; quand la date et les modalités de cette fin de l’histoire et de l’humanité seront établies sur des bases rigoureuses, commencera la fin des temps. Ce sont deux périodes différentes et la première de ces périodes , TF, commence actuellement .

L’hypothèse , effrayante et effroyable , du Mal qui vient , qui selon Castel est une certitude , est celle ci : les hommes affrontés à la pénurie grandissante devront peu à peu se passer de tout ce qui rendait l’existence supportable ( chauffage, nourriture, eau, sécurité) il ne leur restera plus qu’une seule jouissance : celle de hâter la fin. Ceci équivaut donc à la perversité sans nom d’une malveillance prédatrice voulue pour elle même, d’une malignité non pas « effet pervers d’un bien recherché » mais volontaire, et dont, effarés, nous voyons peut être les premiers signes ( guerres et massacres au Moyen Orient , agressions et viols de plus en plus violentes et fréquentes dans nos pays «  démocratiques et éclairés ») . Cette perversité qui annonce le Mal qui vient est d’abord et surtout celle des institutions qui de plus en plus auront à « gérer la pénurie » , institutions étatiques qui se muent en systèmes de prédation et de confiscation.
Le Mal qui vient ne sera plus un Mal «  négatif » avec une particule privative , pour signifier l’absence de Bien : dés-humanisation, dé-Raison, , mais le Mal pleinement positif, voulu et cherché pour lui même, annoncé peut être par les œuvres de Sade. «Avant » , y compris dans les camps de la mort, c’était un «Bien » que recherchaient ceux qui commettaient le Mal et le crime de masse : les nazis croyaient vraiment qu’il fallait exterminer les juifs pour le bien de l’humanité. Le gouvernement et le peuple américain , ainsi sans doute que les peuples alliés, croyaient que le bombardement sur Hiroshima « économiserait » de nombreux morts, américains et japonais, en mettant fin à la guerre. Mais désormais et de plus en plus le Mal sera visé pour lui même, pas au nom d’un hypothétique Bien, et ce Mal signifie : hâter la fin de l’humanité . Cette disparition totale signifie le « pire du Mal » parce qu’après la notion de Mal n’a plus de sens : il n’y a plus personne pour en dresser le constat.

Le site de Pierre Henri Castel :

http://pierrehenri.castel.free.fr

http://pierrehenri.castel.free.fr/S%E9minaires%20ALI/perversion300103.htm

https://www.franceculture.fr/oeuvre/le-mal-qui-vient

Quelques mots , il le faut bien, pour replacer ce livre effrayant dans le cadre des thèses de ce blog :

Le monde , historique et ante-historique, c’est ce qui est appelé ici «  plan vital » dont la principale caractéristique est la finitude : le monde peut finir dans le temps de l’histoire , et cette fin est de l’ordre de la certitude à bref délai de quelques siècles, sous le nom de «  disparition de l’humanité », parce qu’il est fini : seul le fini peut finir temporellement, mais ce n’est là qu’un des aspects de la finitude. L’Infini c’est le plan internel de l’Idée ( Idée de l’Un ou de Dieu, ou Idée de l’Idée :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/02/25/barwick-schommer-pries-unicity-of-homotopy-theory-of-higher-categories/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/04/16/scienceinternelle-19-recherches-sur-lidee-de-dieu-qui-est-dieu-∞-categorie-des-∞-categories/

Je laisse l’ancien paradigme mais dans le nouveau schéma, malebranchiste, les Idées ne sont pas humaines mais « vues en Dieu » , c’est à dire en « l’Etendue intelligible «  qui est elle même une Idée , Idée de l’Idée ou Idée de Dieu, et ce texte :

« J’ai déjà affirmé ici que Dieu, le Dieu des philosophes et des Savants, est une Idée ,formée par l’esprit humain, pas un Être suprême qui pourrait avoir des intentions , des sentiments, des pensées , selon une image anthropomorphique« 

doit être remplacé par :

«  Dieu, le Dieu des philosophes et des Savants, est une Idée Intelligible , dont le modèle ou mathème est formé par l’esprit humain et deux de ces mathèmes , modèles humains de l’Idée Intelligible non humaine, ont été signalés ici :

– CAT la catégorie de toutes les catégories
– et (∞,1)Cat, ∞-catégorie de toutes les ∞-catégories

https://ncatlab.org/nlab/show/(infinity,1)Cat

https://ncatlab.org/nlab/show/%28infinity%2C1%29-category+of+%28infinity%2C1%29-categories

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/25/la-metacategorie-cat-de-toutes-les-categories-comme-modele-mathematique-du-monde-des-idees-de-platon/

Là encore il faut remplacer par :

« CAT, c’est à dire la (méta)catégorie de toutes les catégories est le mathème ou modèle mathématique humain de l’Idée Intelligible, Divine de l’Un, ce qui peut être rapproché de la thèse de cet article datant de 1968 de David et Marilyn Edwards:

“The Category of categories as a model for the Platonic World of Forms”

http://alpha.math.uga.edu/~davide/The_Category_of_Categories_as_a_Model_for_the_Platonic_World_of_Forms.pdf

« 

Le monde est fini , il peut donc finir mais a t’il une fin en l’autre sens de finalité ? J’ai répondu ici que oui et cette fin est la migration des consciences humaines ( pour autant que nous sachions ) du plan vital fini vers le plan internel Infini , dont le mytheme est peut être le mythe biblique de l’exode du peuple hébreu de l’Egypte, terre de l’esclavage qui symbolise le plan vital, vers la Terre promise ; mais là dessus sont venus se greffer des mythologies ethniques, et nous en voyons le résultat en termes de guerres sanglantes et de fanatisme religieux. Dans l’Evangile le plan internel devient le »Royaume es cieux »

Le livre de Pierre Henri Castel se termine par :

« Travailler à se rendre inintimidables, voilà le vrai travail de la culture, ai je suggéré. Si donc nous souhaitons préserver ce qui reste de nos capacités à jouir, agir et créer, face à la malfaisance avérée – qui est jouissance de précipiter la fin-, alors il n’est pas exclu que ce travail ne requière un recours froid, ferme et réfléchi , à la

violence

 »

un appel donc à éxécuter une tâche , un travail : permettre que « l’Amour se lève un jour « 

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/06/12/lamour-agape-est-une-pensee/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/04/18/lamour-selevera-til-un-jour-mais-quel-amour-eros-ou-agape/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/04/28/eros-est-la-negation-dagape/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/04/27/le-mal-consiste-a-laisser-le-plan-vital-du-sexe-dominer-sa-conscience/

Ce Mal positif, voulu pour lui même ( idée effrayante et épouvantable ) doit peut être être considéré à la lumière de la «  pensée dualiste «  cathare selon José Dupré : le deuxième principe du Contre-être opposé à l’Etre :

https://laviedelesprit.wordpress.com/2013/02/05/la-revolution-de-pensee-jose-dupre/

José Dupré qui m’apparait Comme le penseur le plus important pour les « temps de la fin », cette période d’avant la «  fin des temps «  qui commence actuellement . Qu’il me soit permis de citer son grand ouvrage «  Itinéraire en devenir »,chapitre 10, page 178:
« Le dogme judéo-chrétien, borné par sa projection anthropomorphique d’un Dieu- Père, relégué l’anime au rang de créature définitivement inférieure, mise à la disposition arbitraire de l’homme. Dans les religions brutales et primitives, dont le judaïsme originel, les plus beaux animaux sont sacrifiés, torturés, brûlés en l’honneur de « Dieu », alors qu’à l’évidence un créateur sain ne pourrait que se réjouir du déploiement de l’être dans la plénitude de ses créatures.
De telles religions, par ces pratiques, ne célèbrent que le principe du Mal, ou du contre-être c’est d’ailleurs ce qu’en disaient les cathares. Au 3 eme millénaire , le judaïsme et le mahométanisme continuent à prescrir l’égorgement rituel des animaux, lors de leurs fêtes cruelles « 

Et au chapitre 11, page 214:

« Pensant à la civilisation présumée qui jalonna le parcours planétaire de la psyché, on pourra lui prêter la sollicitude, fût elle intéressée , de veiller sur l’évolution des vivants qui la sauvent ou l’accompagnent, dans le corps ininterrompu de la manifestation de l’être vers la soi-conscience.. redisant comme Maître Eckhart : «  c’est parce que je suis que Dieu est »
W
Cette ampleur de vision intégrant l’ensemble des axes de la culture connue à ce jour, est un signe très intéressant dans le cinéma du 20 eme siècle. D’autant plus qu’il s’agit d’un film essentiellement métaphysique , où Kubrick n’a pas ajouté démagogiquement le moindre passage pornographique »

On reconnaîtra la façon dont ce passage s’intègre à l’appel au travail de la culture de Pierre Henri Castel et à son objectif : «  nous rendre inintimidables » , sous la falaise sombre du Mal qui vient qui nous surplombe.
La mention du film de Kubrick « 2001 odyssée de l’espace » ne peut que me réjouir car ce génie a été depuis longtemps célébré ici :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/19/essai-dinterpretation-de-2001-odyssee-de-lespace-de-stanley-kubrick/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/12/18/kubrick-2001-odyssee-de-lespace-1968-en-vo/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/09/13/stanley-kubrick-fear-and-desire-v-o-st-fr-1952/

Advertisements
This entry was posted in DIEU, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Philosophie mathématique, Plan vital-plan spirituel, Science, mathesis, Science-internelle and tagged , , . Bookmark the permalink.