Qu’est ce que la contre littérature ?

http://www.contrelitterature.com/about.html

Les dernières lignes , sur « L’universalisme philosophique, usurpateur de mots, géniteur de l’homme collectif, avorteur de l’homme universel, de l’homme intérieur » m’ évoquent les deux universalismes : ensembliste- abstrait et catégorique- concret, que j’avais caractérisés ici :

https://mathesisuniversalis.wordpress.com/universalisme-abstrait-de-la-theorie-des-ensembles-vs-universalisme-concret-de-la-theorie-des-categories/

thèse dualiste qui s’applique aux trois monothéismes dits « abrahamiques »:

https://coranetmathesis.wordpress.com/application-de-la-these-des-deux-universalismes-mathematiques-aux-trois-monotheismes-abrahamiques/

Selon l’universel abstrait, ensembliste, qui est hélas celui de « l’universalisme philosophique , usurpateur de mots, géniteur de l’homme collectif, avorteur de l’homme universel, de l’homme intérieur », l’homme universel de Pascal se réduit à la suite des êtres humains qui se sont succédés et se succéderont au cours des siècles :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/04/26/adam-lhomme-universel-de-pascal-et-le-nouvel-adam/

Selon l’universel concret catégorique, c’est le Nouvel Adam, représentant «  parfait » de l’humanité , c’est à dire un modèle humain de l’Idée de l’humanité : Jésus- Christ , appelé « fils de l’homme » dans les évangiles, ou Socrate pour les philosophes.

« La contrelittérature est le combat des gens de l’Etre » :

http://www.contrelitterature.com/archive/2006/09/08/avant-dire-n-10.html

Contre « l’esprit philosophique «  des ( fausses, enténébrées ) «  Lumières » du 18 eme siecle ( les véritables sont les Lumières radicales du 17 eme siècle) :

« L’« esprit philosophique » est celui des gens de lettres, comme en témoigne la lumineuse signature collective de leur « Bible » : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres.« 

Ce combat est celui de la verticalité de l’internel contre « l’horizontalité carcérale du monde ( moderne ) »

Balzac était de ce combat :

« La gendelettre, comme la dénommera plus tard Balzac, se propagea bientôt dans les cercles, les clubs et les cafés : au Procope, un Boindin, athée notoire, littérateur et dramaturge à succès, clamait bien fort son mépris pour « Monsieur de l’Être ». Car c’est contre l’Être, c’est-à-dire contre Dieu, que s’est formée la Grande prostituée de la littérature.« 

La revue « Contre littérature » a paru sur papier de 1999 à 2008, les 21 numéros parus sont accessibles ici :

http://www.contrelitterature.com/archive/2016/05/26/les-21-numeros-5806890.html

(Cliquer sur le lien )

Le numéro 21 a paru au printemps 2008:

http://www.contrelitterature.com/archive/2008/06/05/contrelitterature-21.html

http://www.contrelitterature.com/archive/2008/06/13/contrelitterature-n-21-incipits-des-articles.html

Advertisements
This entry was posted in Art, Balzac, Littérature-Poésie, Philosophie. Bookmark the permalink.