#MathesisCochetBrunschvicg 1 : la dissolution opposée à l’évolution

Le livre de Lalande « La dissolution opposée à l’évolution » est ici :

https://archive.org/details/ladissolutionop01lalagoog/page/n6u

https://ia800200.us.archive.org/15/items/ladissolutionop01lalagoog/ladissolutionop01lalagoog.pdf

Marie-Anne Cochet avait écrit en 1924 un « Essai sur la dissolution opposée à l’évolution » qui est introuvable aujourd’hui. Il est fait mention de ce thème dans le « Commentaire sur la conversion spirituelle » de 1937:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/10/23/cochetbrunschvicg-7-dissolution-de-lhumanite-dans-lesprit/

André Lalande distingue, page 3 de l’avant-propos de son livre, deux doctrines antagonistes : le monisme de l’évolution associé au monisme naturaliste, et la doctrine adverse qui s’appuie sur l’opinion contraire, celle qu’il y a dans les phénomènes et les lois du monde, deux actions opposées dont l’une prédomine dans la vie matérielle et instinctive, l’autre dans le développement intellectuel et moral .

Nous pouvons aussi parler de spiritualisation opposée à l’incarnation, ou comme en alchimie de solve et coagula. La spiritualisation-dissolution c’est la montée de la conscience vers le plan spirituel, l’incarnation- évolution la descente vers le plan vital..

« Cette marche de la pensée vers l’esprit dissout l’humanité dans l’esprit comme la marche de l’animalité vers l’humanité dissout l’animalité dans l’humanité . Tout accomplissement est une dissolution qui libère pour une expression nouvelle. Les artistes et les savants le prouvent en se détachant de l’œuvre ou de la découverte sitôt qu’elle est extériorisée pour engendrer sans fin un effort sans fin vers plus de beauté et plus de vérité. Il n’y a d’autre finalité que la finalité mouvante d’un effort toujours renaissant vers un terme jamais atteint parce que la science et l’art sont révélateurs par le développement de l’esprit à l’intérieur de la conscience et non par leurs résultats. Poèmes ou découvertes, aussi bien que concepts , sont des arrêts provisoires dans la spiritualisation, et leur fixité comme leur rigidité serait mortelle à la pensée des hommes«

 La dissolution c’est le « progrès de la conscience «  . Tout arrêt dans la spiritualisation est une régression .

Advertisements
This entry was posted in Cochet-Brunschvicg, DIEU, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Science-internelle. Bookmark the permalink.