Le Temps, une notion obscure : avons nous le temps de réfléchir à son propos ?

« Qu’est-ce que le temps? Un mystère! Sans réalité propre, il est tout-puissant. Il est une condition du monde phénoménal, un mouvement mêlé et lié à l’existence des corps dans l’espace, et à leur mouvement. Mais n’y aurait-il point de temps s’il n’y avait pas de mouvement? Point de mouvement s’il n’y avait pas de temps? Interrogez toujours! Le temps est-il fonction de l’espace? Ou est-ce le contraire? Ou sont-ils identiques l’un à l’autre? Ne vous lassez pas de questionner! Le temps est actif, il produit. Que produit-il? Le changement. « A présent » n’est pas « autrefois », « ici » n’est pas « là-bas », car entre les deux il y a mouvement. »

Extrait de « La Montagne magique «  de Thomas Mann, œuvre entièrement hermétique, c’est à dire où le Temps dans sa dimension de passage, de ligne entre ce qui vient avant la ligne de 1914 et ce qui se situe après, joue un rôle important, voir cet ancien article :

https://meditationesdeprimaphilosophia.wordpress.com/2015/10/22/dynamique-monadique-le-temps-comme-propriete-universelle-du-changement/

On on se souvient aussi de la citation de Saint Augustin :

» si l’on ne me demande pas ce qu’est le Temps, je sais ce que c’est; si l’on me questionne à son sujet, je ne sais plus »

plusieurs livres importants de physiciens ont paru récemment sur ce thème, on peut citer :

« L’ordre du temps » de Carlo Rovelli

»La renaissance du temps : pour en finir avec la crise en physique » de Lee Smolin auteur déjà de «  Rien ne va plus en physique »

» Voyager dans le  temps  : la physique moderne et la temporalité » de Marc Lachieze Rey , paru il y a plus longtemps.

Je citerai aussi celui ci que j’ai trouvé hier «  Et si on pouvait voyager dans le temps ? » de Grégory Michael, dont je ne sais s’il est physicien : son livre place en tout cas les théories scientifiques au même niveau que les œuvres de fiction ce qui n’est pas pour me déplaire, à condition que l’on sache trier parmi celles ci, celles qui présentent un quelconque intérêt philosophique, c’est à dire universel, de celles qui ne s’élèvent pas jusqu’à ce plan.

Réfléchir sur les grandes œuvres de science fiction, parmi lesquelles « La machine à explorer le temps » le roman de HG Wells, plutôt que les deux films ridicules qui s’en sont inspirés, peut nous en apprendre beaucoup sur notre nature et notre rapport au monde

Citons aussi de Hegel «  le Temps  est le Concept existant empiriquement «  ( « Der Zeit ist der daseiende Begriff » où le Concept est « l’unitotalité intégrée de toutes les notions non contradictoires » ..

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/09/11/du-concept-au-matheme/

J’ai moi même créé ici , en m’inspirant de cette notion hégélienne, la notion de Mathème , comme catégorie au sens mathématique de tous les mathèmes, c’est à dire de tous les modèles humains ( de forme mathématique) des Idées   Intelligibles, dites chez Malebranche « Idées divines «  qui ne sont rien d’autre que les Idées ou Formes platoniciennes. Il est admis ici qu’un mathème est une catégorie ou une ∞-catégorie :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/08/25/la-metacategorie-cat-de-toutes-les-categories-comme-modele-mathematique-du-monde-des-idees-de-platon/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/10/03/l-∞-categorie-de-tous-les-types/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/04/16/scienceinternelle-19-recherches-sur-lidee-de-dieu-qui-est-dieu-∞-categorie-des-∞-categories/

 

Le Mathème  est donc Cat, catégorie de toutes les catégories, ou (∞,1)Cat, ∞-catégories de toutes les ∞-catégories, ou une sous-catégorie de celles-ci : cela dépend de savoir si toute catégorie , ou toute ∞-catégorie, est un mathème , c’est à dire le modèle humain d’une Idée Intelligible . En tout cas Le Mathème   est un mathème , tout comme le Concept est un concept. Par contre la collection de tous les ensembles est une classe, non un ensemble:

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Classe_(mathématiques)

Citons aussi le « temps comme image mobile de l’éternité «  chez Platon..

Le livre de Grégory Michael parle du voyage spatio- temporel comme de « la limite ultime de l’entendement humain ». Cela évoque le film « La jetée «  de Chris Marker en 1962:

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/04/09/chris-marker-la-jetee-1962-mais-lesprit-humain-achoppait-se-reveiller-dans-un-autre-temps-cetait-naitre-une-seconde-fois-adulte/

https://chrismarker.org/chris-marker/la-jetee-commentaire-chris-marker/

« Mais l’esprit humain achoppait. Se réveiller dans un autre temps, c’était naître une seconde fois, adulte. Le choc était trop fort. Après avoir ainsi projeté dans differéntes zones du Temps des corps sans vie ou sans conscience, les inventeurs se concentraient maintenant sur des sujets doués d’images mentales très fortes. Capables d’imaginer ou de rêver un autre temps, ils seraient peut-être capables de s’y réintégrer.«

Qu’est  ce que le temps ? Un vertige, dont j’ai parlé ici à propos des films « Vertigo «  d’Hitchcock et « La jetée « :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/03/03/quand-la-jetee-de-chris-marker-croise-vertigo-de-hitchcock/

ou ici :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/03/02/chris-marker-la-memoire-impossible-comme-voyage-temporel-dans-la-jetee/

où le voyage temporel est conçu par Chris Marker lui même comme « mémoire impossible ».

Mais l’on peut citer aussi Marc Lachieze Rey qui dit plaisamment :

«  Le voyage temporel n’est possible que si le Temps n’existe pas «

On peut donc conjecturer qu’un tel voyage est possible (mais sous quelle forme ?) car la Relativité générale comme toute la physique einsteinienne conclut que le Temps  universel, à la manière de Newton, n’existe pas : il n’y a que des temps propres , pour chaque individu en devenir, qui n’ont pas de relation directe, sauf situation particulière.

Marie Anne Cochet observe que « c’est nous les humains qui créons le temps chronologique par notre marche tangente à l’esprit « :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2016/10/22/cochetbrunschvicg-6-la-conversion-de-la-chair-a-lesprit-dans-le-temps-hermetique/

 

Ceci rappelle la « tangente mexicaine » évoquée  dans le livre de Grégory Michael à propos d’un épisode de « Twilight zone «  (épisode 21 de la saison 5) , où une femme en noir, voyageuse du temps, tente désespérément d’avertir la femme en blanc, vivante, du destin funeste qui l’attend

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Spur_of_the_Moment_(The_Twilight_Zone)

 

 

L’épisode « Spur of the moment «  est ici :

 

 

 

Advertisements
This entry was posted in Cochet-Brunschvicg, Phénoménologie, Philosophie, Physique, Plan vital-plan spirituel, Science-internelle, Time. Bookmark the permalink.