Robert Wiene : le cabinet du Dr Caligari (1920)

J’ai parlé de ce film dans l’article précédent pour en souligner l’aspect étrange et inquiétant, qui ressort de décors « expressionnistes » . C’est l’histoire d’un fou racontée par un fou, et l’on se demande jusqu’au bout quelle est la vérité .. Caligari est il bien ce directeur d’asile psychiatrique dévoué à ses malades, ou bien, comme le considère le fou dans son délire, un génie démoniaque du Mal qui utilise Cesare sous hypnose pour commettre des meurtres ? On pense au livre de William Faulkner « Le bruit et la fureur », qui est aussi une histoire racontée par un idiot , un « déficient mental » , au titre inspiré par Shakespeare : «

La vie n’est qu’une ombre qui passe, un pauvre acteur qui se pavane et s’agite durant son heure sur la scène et qu’ensuite on n’entend plus. C’est une histoire dite par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.”

D’où la nécessité de passer de la conscience du monde absurde- imaginaire, à celle du monde véritable.. itinerarium mentis in Deum

http://oblaturesm.ca/pdf2/ITINERAIRE.pdf

 

https://www.lettresvolees.fr/beckett/documents/Macbeth.pdf

 

 

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.