Conférence d’Einstein à la société de philosophie le 6 avril 1922

https://s3.archive-host.com/membres/up/784571560/GrandesConfPhiloSciences/philosc13_einstein_1922.pdf

 

Étaient présents  notamment Xavier Léon, Brunschvicg, Bergson, Edouard Leroy, Hadamard, Langevin

»Mr Einstein a déjà pris place parmi les génies qui nous permettent de transformer, selon l’image platonicienne, la lumière sensible en lumière intelligible » dit Brunschvicg..

« Le Monde kantien a d’une part un contenant, l’espace et le temps, et d’autre part un contenu, la matière et la force. Le monde einsteinien se caractérise par le fait qu’il ne permet plus de séparer contenant et contenu »

»Le monde selon Mr Einstein est sans endroit et sans envers : il se constitue d’un seul tenant par la corrélation progressive du mathématique et du physique qui ne laisse à aucun moment du travail intellectuel subsister un hiatus, une fissure entre la position du continuum spatio-temporel et la réalité qui en détermine les caractéristiques »

En résumé, la relativité commence à réaliser l’unification des deux plans de l’Ouvert, monde physique et plan internel des idées mathématiques. Mais c’est une unification par relèvement du sensible dans l’intelligible, du monde imaginaire dans le monde véritable. Même si Einstein , en 1922, s’abstient de répondre véritablement à Brunschvicg.

This entry was posted in Cochet-Brunschvicg, Léon Brunschvicg, Philosophie, Philosophie mathématique, Physique, Plan vital-plan spirituel, Relativité, Science, mathesis, Science-internelle. Bookmark the permalink.