A propos du tournant sur ce blog de la mathématique à la physique

Il y a des langages et des dialectes, des peuples, mais une seule mathématique et une seule physique : les nazis tentaient d’opposer une physique aryenne ( allemande) à une physique mathématique juive, mais cela faisait bien rigoler, ou pleurer, les véritables physiciens allemands

En un mot, LA physique et LA mathématique, qui avec l’émergence de la relativité tendent a s’identifier, comme on le comprend à la contribution extraordinaire de Brunschvicg lors de la conférence d’Einstein en 1922 :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/04/25/conference-deinstein-a-la-societe-de-philosophie-le-6-avril-1922/

LA physique mathématique donc, c’est à dire l’unité sans couture aussi bien de la physique et de la mathématique que de la relativité et de la théorie quantique, est l’universel. Par contre LES systèmes philosophiques  sont d’ordre particulier, de même que les systèmes politiques, les religions ethniques aux dieux à nom propre.

mais si l’on parle de la philosophie comme d’une activité , de clarification des théorèmes de la physique mathématique, alors il n’y en a qu’une, de même qu’il n’y a qu’une seule physique.

Jusqu’à présent , j’ai plus parlé ici de mathématique ( théorie des catégories, théorie homotopique des types) que de physique, où pourtant les nouvelles percées mathématiques sont notables, notamment en provenance de la théorie des topoi  (« topos physics ») dans les travaux de Doering et Islam :

 

https://arxiv.org/abs/0803.2361

https://arxiv.org/abs/quant-ph/0703060

https://arxiv.org/abs/1004.3564

https://physics.stackexchange.com/questions/75274/in-the-topos-theoretic-interpretation-of-physics-by-isham-doering-what-role-do

Cette exclusivité donnée à la mathématique ressemble curieusement à celle que je reproche à Badiou , qui ne parle jamais de physique.

La raison en est l’interprétation des trois oppositions fondamentales de Brunschvicg :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/07/27/brunschvicgraisonreligion-les-trois-oppositions-fondamentales-ou-les-trois-axes-du-mouvement-de-conversion-spirituelle-dans-raison-et-religion/

en une seule « synthétique » que j’appelle « Ouvett », entre monde et plan internel- spirituel, et qui rejoint d’ailleurs le malebranchisme ( le plan internel est l’Etendue intelligible de Malebranche)

Mais depuis j’ai redécouvert la seconde opposition, entre monde imaginaire et monde véritable de la physique unifiant la relativité et la théorie quantique ( dans la thé’orie des cordes ? ) et surtout redécouvert la pensée de Brunschvicg sur la Relativité  comme réalisant l’unité «  sans endroit ni envers » du mathématique et du physique :

 

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/04/25/conference-deinstein-a-la-societe-de-philosophie-le-6-avril-1922/

«Mr Einstein a déjà pris place parmi les génies qui nous permettent de transformer, selon l’image platonicienne, la lumière sensible en lumière intelligible » dit Brunschvicg..

« Le Monde kantien a d’une part un contenant, l’espace et le temps, et d’autre part un contenu, la matière et la force. Le monde einsteinien se caractérise par le fait qu’il ne permet plus de séparer contenant et contenu »

»Le monde selon Mr Einstein est sans endroit et sans envers : il se constitue d’un seul tenant par la corrélation progressive du mathématique et du physique qui ne laisse à aucun moment du travail intellectuel subsister un hiatus, une fissure entre la position du continuum spatio-temporel et la réalité qui en détermine les caractéristiques »

voici comment je vois les choses sur cette unification : la relativité (ou la théorie des cordes ?)  définit le cadre mathématique, le « contenu » (matière, champs) est donné par la théorie quantique . C’est ainsi que l’on peut parler de «  quantum relativity «  pour la « theory of everything » non encore formalisée.  Le meilleur candidat pour cette TOE, la théorie des cordes, est attaquée par des physiciens excellents, comme Peter Woit, ou Lee Smolin, comme impossible à vérifier expérimentalement, donc non scientifique.

Advertisements
This entry was posted in Philosophie, Physique, Science, mathesis, Science-internelle. Bookmark the permalink.