Réfutabilité ( scientificité) de la physique

Cet article:

https://www.symmetrymagazine.org/article/falsifiability-and-physics

est en lien sur le blog « Not even wrong »

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Not_even_wrong

Falsifiability and physics

blog créé par Peter Woit , physicien auteur du livre du même titre, très polémique vis à vis de la théorie des cordes, accusée d’être « même pas fausse » c’est à dire non réfutable, donc non vérifiable, donc non scientifique. En face, ceux qui tiennent pour cette théorie affirment que l’idée même de science évolue, et que l’émergence de la théorie des cordes correspond à cette évolution.

»Popper wrote in his classic book The Logic of Scientific Discovery that a theory that cannot be proven false—that is, a theory flexible enough to encompass every possible experimental outcome—is scientifically useless. He wrote that a scientific idea must contain the key to its own downfall: It must make predictions that can be tested and, if those predictions are proven false, the theory must be jettisoned.  ». Popper visait à cette époque non la physique, mais les idéologies freudienne et stalinienne.

Il est évident que des théories comme celle de la terre plate ou celle de la terre creuse sont réfutées par l’expérience , donc réfutables et pourtant ce ne sont pas des théories scientifique. Mais l’article en question cite plusieurs cas, comme la théorie des cordes, ou la supersymétrie- où la matière sombre (dard matter) édit une différence intéressante entre paradigme et modèles : ainsi par exemple

«A related  problem confronts dark matter researchers: Despite strong indirect evidence for a large amount of mass invisible to all forms of light, particle experiments have yet to find any dark matter particles. It could be that dark matter particles are just impossible to directly detect. A small but vocal group of researchers has argued that we need to consider alternative theories of gravity instead.

Slatyer, whose research involves looking for dark matter, considers the criticism partly as a problem of language. “When you say ‘dark matter,’ [you need] to distinguish dark matter from specific scenarios for what dark matter could be,” she says. “The community has not always done that well.”

En un mot, les problèmes sont évacués sur le plan du langage, comme chez Wittgenstein: certains modèles de la matière sombre peuvent être réfutés, mais le paradigme de la matière sombre n’est pas touché, car aucune théorie alternative e permet d’expliquer des scénarios que cette théorie de la gravité permet de comprendre.

La relativité générale , l’une des théories les mieux confirmées par l’expérience, mène à des « mondes » jugés impossibles (comme des mondes où le voyage temporel est possible ) ou bien à des prévisions invérifiables , comme le mouvement des particules à l’intérieur d’un trou noir.

D’autres, comme l’inflation ( expansion rapide de l’Univers une seconde après le Big Bang ) ont des coséquences importantes qui seraient incompréhensibles et inexplicables sans elle.

En résumé , la plupart des théories sont accompagnées de prévisions vérifiables ou non vérifiables, et cela n’empeche pas les physiciens de travailler sur ces théories.

Donc il ressort de tout cela que la distinction entre théories vérifiables et théories non vérifiables est trop générale et ne s’applique pas à la totalité du travail de recherche en physique.

 

Advertisements
This entry was posted in Philosophie, Physique, Quantum relativity, Science, mathesis, Science-internelle. Bookmark the permalink.