L’opposition entre la Relativité de Whitehead (process philosophy) et celle d’Einstein

J’ai déjà commenté cet article qui oppose Whitehead et Einstein :

http://www.rehseis.cnrs.fr/IMG/pdf/DESMET_1.pdf

et où Whitehead est caractérisé par, selon les mots d’Isabelle Stengers, par la capacité de résister aux théories qui font taire le sens commun ( et la relativité einsteinienne en est une)

En bon logicien (il a écrit les « Principia mathematica » avec Bertrand Russell) il estime qu’une théorie doit être révisée quand elle nie « ce qui est implicitement et inévitablement présupposé en pratique «  ( ne fût ce que pour continuer de vivre).

Exemple : Einstein nie l’indépendance de l’espace-temps  et son uniformité. Mais Whitehead montre qu’en pratique, résoudre les équations d’Einstein  et mesurer ses prévisions implique cette indépendance et cette uniformité . Donc la théorie doit être abandonnée, et je suis d’accord avec cette argument purement logique sous réserve bien sûr de vérifier que la pratique ( qui permet de vérifier la SR et la GR)présuppose bien l’indépendance de la gravitation et son uniformité . Le livre de Whitehead est ici:

https://archive.org/details/theprincipleofre00whituoft/page/n8

et il y a aussi cet article :

https://arxiv.org/abs/physics/0505027

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Whitehead%27s_theory_of_gravitation

Whitehead’s Theory of Relativity

 

Whitehead’s Principle of Relativity

Cette fissure s’est développée jusqu’ à une « process physics «  :

http://www.anandavala.info/TASTMOTNOR/Process%20Physics.html

qui  se distingue radicalement de la « non process physics » de Galilée, Newton et Einstein, en particulier sur le point de modéliser le temps : utilisation d’un modèle géométrique pour la « non process physics » , d’un modèle à base de « processus » pour la « process physics »

l’un des chercheurs en physique de pointe de la « process physics » est Reginald Cahill , qui réinterprété l’expérience de Michelson et Morley en 1887 comme « prouvant le mouvement absolu, par rapport à l’espace, de la Terre »:

http://www.ptep-online.com/2005/PP-03-04.PDF

Je suis plutôt favorable à Einstein, à cause des analyses de Brunschvicg :

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/05/05/leon-brunschvicg-la-relation-entre-le-mathematique-et-le-physique/

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/05/04/leon-brunschvicg-les-conditions-du-progres-spirituel-dans-la-theorie-de-la-relativite/

mais il est clair qu’avant même de se lancer dans les polémiques entourant la théorie des cordes, il s’agit d’étudier la question de la bataille entre « process physics » et « relativité d’Einstein » en tenant compte de tous les aspects- philosophiques notamment.

un premier pas en ce sens pourrait être d’étudier les propos de Bergson, qui était présent à la conférence du 6 avril 1922 et dans « Durée et simultanéité «  nie la dilatation du temps et le paradoxe de Langevin.

En cette affaire je suis en quelque sorte le « Candide » puisque je n’ai aucune connaissance en physique. Il y a donc du travail en perspective.

 

 

 

 

This entry was posted in Bergson, Cochet-Brunschvicg, Léon Brunschvicg, opposition monde véritable-monde imaginaire, Ouvert : dualité plan vital-plan spirituel, Philosophie, Philosophie mathématique, Physique, Plan vital-plan spirituel, Quantum mechanics, Relativité, Science, mathesis, Science-internelle, Whitehead. Bookmark the permalink.