Jean Pierre Melville vu par José Giovanni

 

Oui mais… voici ce qu’on lit sur la page Wikipedia du film « Le deuxième souffle «  réalisé en 1966 par Melville d’après le roman de José Giovanni :

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Le_Deuxième_Souffle

«Orloff c’est Nicolaï Alexandre Raineroff dit « Orloff », agent de la Gestapo, qui sera fusillé pour intelligence avec l’ennemi le 8 mai 1945, et avec lequel Giovanni avait rançonné deux Juifs cachés à Lyon en août 1944. »

Si c’est vrai c’est ignoble… donc ne connaissant pas la vérité, je n’accorderai pas (principe de précaution) une once de crédit aux propos de Giovanni dont il n’est pas difficile d’ailleurs  de deviner les tendances antisémites.. or Melville était juif par sa naissance.. d’autre part Melville s’est engagé , et a pris part aux combats de Monte Cassino et à la  résistance, on ne peut donc pas lui dénier un certain courage, plus en tout cas que celui requis pour rançonner des juifs, en situation de faiblesse.

Néanmoins on ne peut pas non plus nier que Melville était une personne « difficile », il y a trop de témoignages… j’ai donné ici  beaucoup trop d’importance au cinéma comme d’ailleurs à la littérature, Tout cela ne libère aucunement du monde imaginaire et ce n’est pas le caractère psychopathe ou sociopathe de grands créateurs comme Melville ou Kubrick  qui me fera changer d’avis.. comme disait Thomas Mann : » l’artiste est le frère du fou et du criminel »

Oui, mais pour quelqu’un qui vise à la libération par la « pureté absolue de l’esprit « , autant ne pas s’encombrer

donc ciao les mots et les images, désormais on ne trouvera plus ici que de la physique mathématique… que le film , le premier de Kubrick en 1952 , « Fear and desire » serve d’explication et de caution  à mon dessein de libération vis à vis de cette forêt où « il y a la guerre », c’est à dire le monde imaginaire des instincts, le plan vital, cette forêt profonde rêvée par Dante et dont Descartes  voulait libérer l’humanité :

 

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2017/09/13/stanley-kubrick-fear-and-desire-v-o-st-fr-1952/

 

 

 

 

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.