L’arcane XV du Tarot qui explique « Rendez vous « d’André Téchiné

dr

C’est l’Arcane « Le diable » dont la signification est l’esclavage imposé par le plan vital aux humains dans le sexe .

L’imaage représente un couple d’humains qui ne sont pas vraiment humains ( ils ont des sortes de pattes qui se terminent par des sabots griffus, ainsi que des queues, pour marquer leur état d’animalisation ) enchaînés au « piédestal » central où se tient le «  Diable ». A gauche se situe l’être « masculin » ,  à droite le « féminin » . Cette lame, la XV eme des 22 arcanes majeurs du Tarot, pourrait symboliser l’évolution de nos sociétés occidentales « libérées «  depuis 50 ans où le sexe obsède les consciences et où la pornographie joue un rôle  de plus en plus malfaisant . Ce con de Giscard, qui a autorisé les premiers films pornos softs de la série « Emmanuelle » , a joué un rôle prédominant dans cette évolution catastrophique, par contre c’est l’honneur de Jean-Pierre Melville d’avoir lutté à son niveau contre les débuts de l’invasion du porno au cinéma, mais avec Internet il y a longtemps que nous ne sommes plus dans le « soft ». On dit souvent qu’il faut «  sauver les jeunes » mais que les adultes peuvent regarder. C’est une sottise, comme d’ailleurs pour l’alcool : le porno c’est mauvais pour tout le monde, car c’est une oppression de la conscience, et ici « libération » se traduit par esclavage, c’est d’ailleurs le sens de la Lame XV

 

On dit généralement, citant Baudelaire, que « la plus grande ruse du Diable, c’est de faire croire qu’il n’existe pas ». Mais ici la ruse, c’est que le Diable singe Dieu : le sexe prend le nom d’Amour. Le fini se travestit en Infini.

Le très beau film « Rendez vous » , que l’on peut encore voir sur Arte Replay jusqu’au 31 juillet, tient tout entier dans cette lame.

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2019/07/26/andre-techine-rendez-vous-1985-sur-replay-arte-jusquau-31-juillet/

Quentin (Lambert Wilson) a joué à Londres le rôle de Roméo dans la pièce de Shakespeare mise en scène  par Scrutzler  où c’était la propre fille de Scrutzler qui jouait Juliette . Les deux jeunes gens sont tombés amoureux et « ne voulant pas avoir à redescendre » , ont décidé de se suicider ensemble ( comme dans Axel de Villiers de l’Isle d’Adam, et il y a une histoire similaire dans le film « Hôtel du Nord » en 1937, avec le jeune Jean Pierre Aumont). Mais Quentin a survécu et traîne une désespérance qui le pousse à se suicider à Paris, tentant d’entrainer Lina (Juliette Binoche ) dans sa « chute dans le temps ».

Mais ce qui rend cette chute dans le désespoir si tragique, ce n’est pas le sexe, c’est, dans ma terminologie, le dysthème, mythème  malfaisant de l’Amour avec un grand A. Cet article ancien montre l’emploi rusé  du dysthème par un expert en sophistique : Edwy Plenel

https://anthroposophiephilosophieetscience.wordpress.com/2018/10/20/faux-idealisme-le-cas-dedwy-plenel-et-de-lislamogauchisme/

Ici le caractère de dysthème est dû au fait que l’amour sexuel imite l’agapé, amour chrétien ou platonicien spirituel. Le sexe par lui même n’est pas plus nocif que d’autres activités naturelles, mis à part les risques de grossesse non voulue , ceux de maladie vénérienne et ceux d’addiction.. ça fait beaucoup de « mis à part » !

Mais s’il prétend donner accès au « spirituel » , comme dans certaines sectes, cela signifie que ce qui est fini, comme tout ce qui est d’ordre naturel, prétend dépasser le domaine du fini pour se porter au « divin », ou quelque soit le nom qu’on lui donne.

Advertisements
This entry was posted in Cinéma. Bookmark the permalink.